Où que Tu ailles je Te serai attaché

Où que Tu ailles je Te serai attaché

Je T'ai donné mon cœur.

Je n'ai nul autre amour que Toi.

Mon amour pour Toi est un fleuve profond,

cher bien-aimé,

je veux Te suivre, pour le reste de ma vie,

c'est mon vœu solennel.

Le raffinement fait mal, me brise le cœur.

Tes paroles majestueuses, m'ont conquis.

J'ai vu Ta beauté. Je connais Ta sainteté.

Si souvent, Tu me traites durement.

Ce n'est qu'après tant de larmes cachées,

je sais que Tu es le plus admirable.

Je ne veux rien d'autre que Toi.

Je suis prêt à donner ma vie pour T'aimer.

Je vais T'aimer jusqu'à la fin, jusqu'à la fin,

et voir le jour où Tu gagnes Ta gloire, Ta gloire.

Même par la douleur, même si Satan me harcèle,

je ne regretterai pas de T'aimer.

Je me donne tout entier à Toi.

Où que Tu ailles, je Te serai attaché.

Et j'aspire à… Oh, je veux Te contempler.

Oui, j'aspire à… Je veux tant Te contempler.

Qui ne T'aimerait pas ?

Tu es le plus admirable.

Mon amour pour Toi est loyal, rien n'est plus fort.

Il est comme un arbre planté, près d'un fleuve.

Il ne craint pas la chaleur.

Sécheresse ? Il ne flétrit pas.

Je souffre pour mon amour pour Toi.

Je ne m'inquiète pas du lendemain.

Les vents et les tempêtes, l'humiliation même,

j'accepte tout pour être Ton témoin.

Je T'offre ce que j'ai pour rendre Ton grand amour.

Je vais T'aimer jusqu'à la fin, jusqu'à la fin,

et voir le jour où Tu gagnes Ta gloire, Ta gloire.

Même par la douleur, même si Satan me harcèle,

je ne regretterai pas de T'aimer.

Je me donne tout entier à Toi.

Où que Tu ailles, je Te serai attaché.

Et j'aspire à… Oh, je veux Te contempler.

Oui, j'aspire à… Je veux tant Te contempler.

Mon cœur s'enflamme en moi.

Je désire grandir plus vite,

T'aimer plus purement, me donner entièrement à Toi.

Je pleure amèrement, je prie.

Je déteste Te décevoir.

Je dois rejeter mes impuretés,

et Te joindre au festin.

Combien je veux Te voir,

pour ne plus être séparés.

Pendant l'agonie indescriptible,

Tes paroles me réconfortent.

Calomnié, rejeté, j'accepte tout cela.

Penser à Toi, a attisé mon amour.

Tu peux l'entendre quand je Te prie.

Même par la douleur, même si Satan me harcèle,

je ne regretterai pas de T'aimer.

Je me donne tout entier à Toi.

Où que Tu ailles, je Te serai attaché.

Et j'aspire à… Oh, je veux Te contempler.

Oui, j'aspire à… Je veux tant Te contempler,

je veux tant Te contempler.

Extrait de « Suivre l'Agneau et chanter de nouvelles chansons »

Où que Tu ailles je Te serai attaché