10.3 L’entrée dans la vie

10.3 L’entrée dans la vie

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 444)

Comment appréhendes-tu les spécificités de l’esprit ? Comment le Saint-Esprit opère-t-Il en l’homme ? Comment Satan opère-t-il en l’homme ? Comment les mauvais esprits opèrent-ils en l’homme ? Quelles sont les manifestations de ce travail ? Quand quelque chose t’arrive, est-ce l’œuvre du Saint-Esprit, et devrais-tu l’accueillir ou le rejeter ? La véritable pratique des gens donne lieu à beaucoup de ce qui provient de la volonté humaine, mais dont les gens pensent toujours que cela provient du Saint-Esprit. Certaines choses proviennent des mauvais esprits, mais les gens pensent toujours qu’elles proviennent du Saint-Esprit, et parfois, le Saint-Esprit guide les gens de l’intérieur, et pourtant, les gens ont peur qu’une telle inspiration provienne de Satan, et n’osent pas obéir, alors qu’en réalité, c’est l’éclairage du Saint-Esprit. Ainsi, à moins de pratiquer la différenciation, il n’est pas possible de savoir quand de telles expériences t’arrivent et, sans différenciation, il n’est pas possible d’avoir la vie. Comment le Saint-Esprit œuvre-t-Il ? Comment les mauvais esprits travaillent-ils ? Qu’est-ce qui provient de la volonté de l’homme ? Et qu’est-ce qui est issu de la direction et de l’éclairage du Saint-Esprit ? Si tu saisis les règles qui régissent l’œuvre du Saint-Esprit en l’homme, alors tu seras capable de développer tes connaissances et ton pouvoir de discernement dans ta vie quotidienne et au cours tes expériences pratiques ; tu parviendras à connaître Dieu, tu seras capable de comprendre et de discerner Satan, tu ne seras pas confus dans ton obéissance ou ta quête, et tu seras quelqu’un dont les pensées sont claires et qui obéit à l’œuvre du Saint-Esprit.

L’œuvre du Saint-Esprit est une direction proactive et un éclairage positif. Elle ne permet pas aux gens d’être passifs. Elle leur apporte du réconfort, leur donne la foi et la résolution, et leur permet de chercher à être rendus parfaits par Dieu. Quand le Saint-Esprit est à l’œuvre, les gens peuvent activement entrer ; ils ne sont pas passifs ou forcés, mais ils agissent selon leur propre initiative. Quand le Saint-Esprit est à l’œuvre, les gens sont heureux et disposés, prêts à obéir et heureux de se rabaisser. Même s’ils ont de la peine et se sentent fragiles dans leur for intérieur, ils ont la volonté de coopérer, ils souffrent volontiers, ils sont capables d’obéir, et ils ne sont pas corrompus par la volonté humaine, ils ne sont pas corrompus par la pensée de l’homme et ne sont certainement pas corrompus par les désirs et les motivations de l’homme. Lorsque les gens font l’expérience de l’œuvre du Saint-Esprit, ils sont particulièrement saints à l’intérieur. Ceux qui bénéficient de l’œuvre du Saint-Esprit vivent de l’amour de Dieu et de l’amour de leurs frères et sœurs ; ils se réjouissent des choses qui réjouissent Dieu et détestent les choses que Dieu déteste. Les gens qui sont touchés par l’œuvre du Saint-Esprit ont une humanité normale, ils poursuivent constamment la vérité et jouissent de cette humanité. Lorsque le Saint-Esprit travaille dans les gens, leurs conditions sont de mieux en mieux, et leur humanité devient de plus en plus normale et, bien que parfois, leur coopération paraisse insensée, leurs motivations sont fondées, leur entrée est positive, ils n’essaient pas d’interrompre et il n’y a aucune malveillance en eux. L’œuvre du Saint-Esprit est normale et réelle, le Saint-Esprit œuvre en l’homme selon les règles de la vie normale de l’homme, et Il éclaire et guide les gens selon la quête réelle des personnes normales. Lorsque le Saint-Esprit travaille chez les gens, Il les guide et les éclaire selon les besoins des personnes normales. Il les soutient selon leurs besoins, et Il les guide et les éclaire positivement selon ce qui leur fait défaut et selon leurs déficiences. L’œuvre du Saint-Esprit consiste à éclairer et à guider les gens dans la vie réelle ; les gens sont capables de voir l’œuvre du Saint-Esprit seulement s’ils font l’expérience des paroles de Dieu dans leur vie réelle. Si, dans leur quotidien, les gens sont dans un état positif et mènent une vie spirituelle normale, alors ils bénéficient de l’œuvre du Saint-Esprit. Dans un tel état, quand ils mangent et boivent les paroles de Dieu, ils ont la foi ; quand ils prient, ils sont inspirés ; quand quelque chose leur arrive, ils ne sont pas passifs, et pendant que des choses arrivent, ils sont capables d’en tirer les leçons que Dieu exige qu’ils apprennent. Ils ne sont pas passifs ou faibles et, bien qu’ils soient face à de réelles difficultés, ils sont prêts à se conformer à tous les arrangements de Dieu.

Quels sont les effets produits par l’œuvre du Saint-Esprit ? Tu peux être stupide, et il se peut qu’il n’y ait pas de discernement en toi, mais le Saint-Esprit ne peut que travailler pour que tu aies la foi en toi, pour que tu aies toujours le sentiment de ne pas pouvoir aimer Dieu suffisamment, pour que tu sois disposé à coopérer, quelle que soit l’importance des difficultés à venir. Des choses vont t’arriver et tu ne sauras pas exactement si elles viendront de Dieu ou de Satan, mais tu seras capable d’attendre, et tu ne seras pas passif ou négligent. C’est ça, l’œuvre normale du Saint-Esprit. Quand le Saint-Esprit agit en eux, les gens continuent de se heurter à de réelles difficultés ; parfois, ils pleurent, et parfois, il y a des obstacles qu’ils ne peuvent pas surmonter, mais tout cela est une étape de l’œuvre ordinaire du Saint-Esprit. Bien qu’ils ne surmontent pas ces difficultés, et bien qu’à ce moment-là, ils soient faibles et se plaignent, ensuite, ils sont toujours capables d’aimer Dieu avec une foi inébranlable. Ta passivité ne peut pas t’empêcher de vivre des expériences normales et, indépendamment de ce que les autres disent et des attaques qu’ils lancent contre toi, tu es toujours capable d’aimer Dieu. Pendant la prière, les gens ont toujours le sentiment que, dans le passé, ils étaient extrêmement redevables envers Dieu, et ils prennent la résolution de satisfaire Dieu et de renoncer à la chair lorsqu’ils se heurtent de nouveau à de telles difficultés. Cette force est la preuve que le Saint-Esprit travaille en eux. C’est la condition normale de l’œuvre du Saint-Esprit.

Quel travail provient de Satan ? Dans le travail qui provient de Satan, les visions des gens sont vagues et abstraites ; ils sont dépourvus d’humanité normale, les motivations qui sous-tendent leurs actions sont erronées et, bien qu’ils souhaitent aimer Dieu, ils portent toujours des accusations en eux, et ces accusations et ces pensées provoquent en eux d’incessantes interférences, limitant le développement de leur vie et les empêchant de venir devant Dieu dans des conditions normales. C’est-à-dire, chaque fois que Satan agit en eux, leur cœur ne peut pas être en paix devant Dieu, ils ne savent plus à quel saint se vouer, la vue d’une assemblée leur donne envie de fuir et ils sont incapables de fermer les yeux quand les autres prient. Le travail des mauvais esprits détruit la relation normale qui existe entre l’homme et Dieu et dérange les visions antérieures des gens ou leur ancien chemin d’entrée dans la vie ; dans leur cœur, ils ne peuvent jamais se rapprocher de Dieu et des choses surviennent toujours qui les perturbent et les enchaînent. Leur cœur ne peut pas trouver la paix, il ne leur reste aucune force pour aimer Dieu et leur esprit se décourage. Telles sont les manifestations du travail de Satan. Le travail de Satan se manifeste comme suit : être incapable de garder ta position et de témoigner, ce qui te fait devenir quelqu’un qui est coupable devant Dieu et qui n’a aucune fidélité envers Dieu. Quand Satan s’en mêle, tu perds l’amour et la fidélité que tu as envers Dieu, une relation normale avec Dieu t’est arrachée, tu ne cherches pas la vérité ou l’amélioration de toi-même, tu régresses et deviens passif, tu te laisses tenter, tu donnes libre cours à la propagation du péché et ne hais pas le péché. De plus, l’influence de Satan te rend dissolu, elle fait disparaître la marque de Dieu en toi et te fait te plaindre de Dieu et t’opposer à Lui, t’amenant à interroger Dieu. Tu risques même d’abandonner Dieu. Tout cela provient de Satan.

Extrait de « L’œuvre du Saint-Esprit et le travail de Satan », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 445)

Quand quelque chose t’arrive dans ta vie quotidienne, comment devrais-tu discerner que cette chose provient de l’œuvre du Saint-Esprit ou du travail de Satan ? Lorsque les conditions des gens sont normales, leur vie spirituelle et leur vie charnelle sont normales, et leur raison est normale et ordonnée. Généralement, de ce qu’ils vivent et parviennent à connaître en eux-mêmes à ce moment-là, on peut dire que cela provient du fait d’avoir été touché par le Saint-Esprit (avoir des idées ou détenir une connaissance superficielle lorsqu’ils mangent et boivent les paroles de Dieu, ou être fidèles en certaines choses, ou avoir la force d’aimer Dieu en certaines choses – tout cela provient du Saint-Esprit). L’œuvre du Saint-Esprit en l’homme est particulièrement normale ; l’homme est incapable de la ressentir et elle semble émerger de l’homme lui-même, mais, en fait, c’est l’œuvre du Saint-Esprit. Dans la vie quotidienne, le Saint-Esprit réalise en tout homme une œuvre à la fois grande et petite, et c’est simplement que l’ampleur de cette œuvre varie. Certaines personnes ont un bon calibre, elles comprennent les choses rapidement et l’éclairage du Saint-Esprit est particulièrement grand en elles. Pendant ce temps, certaines personnes ont un calibre médiocre et il leur faut plus de temps pour comprendre les choses, mais le Saint-Esprit les touche dans leur for intérieur et elles aussi sont capables de devenir fidèles à Dieu : le Saint-Esprit agit en tous ceux qui cherchent Dieu. Quand, dans la vie quotidienne, les gens ne s’opposent pas à Dieu ou ne se rebellent pas contre Dieu, ne font pas des choses qui sont en contradiction avec la gestion de Dieu et n’interfèrent pas avec l’œuvre de Dieu, en chacun d’eux, l’Esprit de Dieu agit à différents degrés et les touche, les éclaire, leur donne la foi, leur donne la force et les pousse à entrer de manière proactive, sans être paresseux ni convoiter les plaisirs de la chair, disposés à pratiquer la vérité et à chercher ardemment les paroles de Dieu. Tout cela est l’œuvre qui provient du Saint-Esprit.

Quand les gens ne sont pas dans un état normal, ils sont abandonnés par le Saint-Esprit, ils sont grincheux dans leur for intérieur, leurs motivations ne sont pas fondées, ils sont paresseux, ils se livrent aux plaisirs charnels et leur cœur se rebelle contre la vérité. Tout cela provient de Satan. Lorsque les conditions des gens sont anormales, lorsqu’ils sont obscurs dans leur for intérieur et ont perdu leur bon sens, ont été abandonnés par le Saint-Esprit et sont incapables de sentir Dieu en eux-mêmes, c’est le moment où Satan agit en eux. Si les gens ont toujours la force en eux et aiment toujours Dieu, alors, généralement, quand des choses leur arrivent, elles proviennent du Saint-Esprit et, quelles que soient les personnes qu’ils rencontrent, cela relève des arrangements de Dieu. Ce qui revient à dire que lorsque ta condition est normale, quand tu fais partie de la grande œuvre du Saint-Esprit, alors il est impossible pour Satan de te faire vaciller. Sur cette base, on peut dire que tout provient du Saint-Esprit et, bien que tu puisses avoir des pensées erronées, tu es en mesure de renoncer à ces pensées et de ne pas les suivre. Tout cela provient de l’œuvre du Saint-Esprit. Dans quelles situations Satan intervient-il ? Quand ta condition n’est pas normale, quand tu n’as pas été touché par Dieu et ne vis pas l’œuvre de Dieu, quand tu es asséché et aride dans ton for intérieur, quand tu pries Dieu, mais ne comprends rien et quand tu manges et bois les paroles de Dieu, mais n’es pas éclairé ou illuminé, à de pareils moments, il est facile pour Satan d’agir en toi. En d’autres termes, quand tu as été abandonné par le Saint-Esprit et que tu ne peux pas ressentir Dieu, alors beaucoup de choses t’arrivent qui sont issues de la tentation de Satan. Satan se met au travail au même moment où le Saint-Esprit Se met à l’œuvre. Satan intervient en l’homme au même moment où le Saint-Esprit touche l’intérieur de l’homme. Toutefois, l’œuvre du Saint-Esprit l’emporte, et ceux dont les conditions sont normales peuvent triompher ; c’est le triomphe de l’œuvre du Saint-Esprit sur le travail de Satan. Pendant que le Saint-Esprit est à l’œuvre, un tempérament corrompu existe toujours chez les gens ; cependant, durant l’œuvre du Saint-Esprit, il est facile pour les gens de découvrir et de reconnaître leur rébellion, leurs motivations et leurs altérations. C’est alors seulement que les gens éprouvent des remords et sont prêts à se repentir. Ainsi, leurs tempéraments rebelles et corrompus sont progressivement rejetés dans l’œuvre de Dieu. L’œuvre du Saint-Esprit est particulièrement normale et, pendant qu’Il agit chez les gens, ceux-ci continuent d’avoir des ennuis, ils continuent de pleurer, de souffrir et d’être faibles, et beaucoup de choses leur sont encore obscures, et pourtant, dans un tel état, ils sont capables de s’empêcher de régresser et peuvent aimer Dieu et, bien qu’ils pleurent et soient affligés, ils sont encore en mesure de louer Dieu ; l’œuvre du Saint-Esprit est particulièrement normale et n’a rien de surnaturel. La plupart des gens croient que, dès que le Saint-Esprit commence à travailler, leur état change et les choses qui leur sont essentielles sont enlevées. De telles croyances sont illusoires. Quand le Saint-Esprit agit en l’homme, les choses passives en lui demeurent et sa stature reste la même, mais il reçoit l’illumination et l’éclairage du Saint-Esprit, donc son état est plus proactif, les conditions qu’il vit sont normales et il change rapidement. Les hommes, dans leurs expériences réelles, expérimentent principalement soit l’œuvre du Saint-Esprit, soit le travail de Satan, et s’ils sont incapables d’avoir prise sur ces états et ne discernent pas, alors il n’est plus question d’expériences réelles, encore moins de changements de tempérament. Ainsi, la clé pour faire l’expérience de l’œuvre de Dieu, c’est de pouvoir percer à jour ces choses ; de cette façon, il leur sera plus facile de les vivre.

Extrait de « L’œuvre du Saint-Esprit et le travail de Satan », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 446)

L’œuvre du Saint-Esprit est un progrès positif, tandis que le travail de Satan, c’est le retrait, la négativité, la rébellion, la résistance à Dieu, la perte de foi en Dieu, le refus ne serait-ce que de chanter des hymnes et la faiblesse trop grande pour accomplir son devoir. Tout ce qui vient de l’éclairage du Saint-Esprit est absolument naturel, ne t’est pas imposé. Si tu y adhères, tu auras la paix ; sinon, on te réprimandera ensuite. Avec l’éclairage du Saint-Esprit, rien de ce que tu fais ne sera compromis ou limité, tu seras libéré, tu te frayeras un chemin pour mettre tes actions en pratique et tu ne seras soumis à aucune contrainte : tu seras en mesure d’agir selon la volonté de Dieu. Le travail de Satan te fait obstacle en beaucoup de choses, il te rend réticent à la prière, trop paresseux pour manger et boire les paroles de Dieu et pas disposé à vivre la vie de l’église, et il t’éloigne de la vie spirituelle. L’œuvre du Saint-Esprit ne se mêle pas de ta vie quotidienne et n’interfère pas avec ta vie spirituelle normale. Tu es incapable de discerner beaucoup de choses au moment même où elles arrivent, cependant, après quelques jours, ton cœur devient plus lumineux et ton esprit plus clair. Tu en viens à avoir une certaine idée des choses de l’esprit, et peu à peu, tu peux discerner si une pensée est venue de Dieu ou de Satan. Certaines choses te poussent clairement à t’opposer à Dieu et à te rebeller contre Dieu, ou t’empêchent de mettre les paroles de Dieu en pratique ; toutes ces choses proviennent de Satan. Certaines choses ne sont pas apparentes, et tu ne peux savoir de quoi il est question sur le coup ; après, tu peux voir leurs manifestations puis exercer ton discernement. Si tu peux discerner clairement quelles choses viennent de Satan et lesquelles sont dirigées par le Saint-Esprit, alors tu seras difficilement détourné du droit chemin dans le cadre de tes expériences. Parfois, lorsque ta condition n’est pas bonne, tu as certaines pensées qui te sortent de ton état passif. Cela montre que, même lorsque ta condition est peu reluisante, certaines de tes pensées peuvent encore provenir du Saint-Esprit. Il n’est pas vrai que, lorsque tu es passif, toutes tes pensées sont envoyées par Satan ; si cela était vrai, alors quand serais-tu capable de passer à un état positif ? Ayant été passif pendant un certain temps, le Saint-Esprit te donne l’occasion d’être rendu parfait. Il te touche et te fait sortir de ton état passif.

Sachant en quoi consiste l’œuvre du Saint-Esprit et en quoi consiste le travail de Satan, tu peux les comparer à ton propre état au cours de tes expériences et à tes propres expériences, et de cette façon, il y aura, dans tes expériences, beaucoup plus de vérités relatives au principe. Après avoir compris ces vérités au sujet du principe, tu seras en mesure de maîtriser ton état réel et tu pourras faire la différence entre les gens et les événements, et tu n’auras pas à fournir autant d’efforts pour bénéficier de l’œuvre du Saint-Esprit. Bien sûr, cela vaut aussi longtemps que tes motivations sont bonnes et aussi longtemps que tu es prêt à chercher et à pratiquer. Un langage comme celui-ci – qui se rapporte aux principes – devrait faire partie de tes expériences. Sans ce langage, tes expériences seront totalement influencées par Satan et truffées de connaissances insensées. Si tu ne comprends pas le mode de fonctionnement du Saint-Esprit, alors tu ne comprends pas comment faire pour entrer, et si tu ne comprends pas le mode de fonctionnement de Satan, alors tu ne comprends pas que tu dois être prudent à chaque pas. Les gens devraient comprendre à la fois le mode de fonctionnement du Saint-Esprit et le mode de fonctionnement de Satan ; les deux constituent un élément indispensable de l’expérience des gens.

Extrait de « L’œuvre du Saint-Esprit et le travail de Satan », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 447)

Quels aspects l’humanité normale inclut-elle ? La perspicacité, la raison, la conscience et le caractère. Si tu peux parvenir à la normalité dans chacun de ces aspects, alors ton humanité répondra à la norme. Tu devrais ressembler à un être humain normal, tu devrais te comporter comme quelqu’un qui croit en Dieu. Tu n’as pas besoin d’accomplir trop de choses ou de t’engager dans la diplomatie ; tu dois juste être un être humain normal, avec la raison d’une personne normale, être capable de voir à travers les choses et ressembler au moins à un être humain normal. Ce sera suffisant. Tout ce qu’on attend de toi aujourd’hui est à la portée de tes capacités ; il ne s’agit pas de faire entrer un carré dans un rond. Aucune parole inutile ou œuvre inutile ne seront faites sur toi. Toute la laideur exprimée ou révélée dans ta vie doit être rejetée. Vous avez été corrompus par Satan et débordez du venin de Satan. Tout ce que l’on te demande, c’est de te débarrasser de ce tempérament satanique corrompu. On ne te demande pas de devenir une personnalité de haut rang, ou une personne célèbre ou importante. Cela est inutile. L’œuvre qui est faite tient compte de ce qui est inhérent en vous. Ce que J’exige des gens se définit au sein de limites. Si vous pratiquiez sur le même ton et de la même manière que parlent les intellectuels, cela n’irait pas ; vous n’en seriez pas capables. Étant donné votre calibre, vous devriez au moins pouvoir parler avec sagesse et tact, et expliquer les choses de manière claire et compréhensible. C’est là tout ce qu’il faut pour répondre aux exigences. Si, au strict minimum, vous acquérez la perspicacité et le bon sens, alors cela fera l’affaire. À l’heure actuelle, le plus important est de rejeter votre tempérament satanique corrompu. Tu dois te débarrasser de la laideur qui se manifeste en toi. Comment peux-tu parler de sens et de connaissance suprêmes si tu ne t’en débarrasses pas ? Beaucoup de gens, voyant que l’ère a changé, ne font preuve ni d’humilité ni de patience, et il se pourrait qu’ils n’aient pas non plus d’amour ni de sainte décence. Comme ces gens-là sont absurdes ! Ont-ils seulement une once d’humanité normale ? Ont-ils un quelconque témoignage à évoquer ? Ils n’ont aucune perspicacité et aucun bon sens. Bien sûr, certains aspects déviants et erronés de la pratique des gens doivent être corrigés ; leur vie spirituelle rigide du passé ou leur apparence de torpeur et d’imbécillité, par exemple – toutes ces choses doivent changer. Le changement ne signifie pas te laisser devenir dissolu ou te livrer à la chair, en disant tout ce que tu veux. Tu ne dois pas parler négligemment. Avoir le discours et le comportement d’un être humain normal, c’est parler de manière cohérente, dire « oui » quand on veut dire « oui » et « non » quand on veut dire « non ». Tiens-t’en aux faits et parle normalement. Ne triche pas, ne mens pas. Les limites qu’une personne normale peut atteindre en ce qui concerne un changement de tempérament doivent être comprises. Sinon, tu ne pourras pas entrer dans la réalité.

Extrait de « Augmenter le calibre permet de recevoir le salut de Dieu », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 448)

Pour l’homme, s’acquitter de son devoir, c’est en réalité accomplir tout ce qui est inhérent à l’homme, c’est-à-dire, ce qui est possible pour l’homme. C’est alors que son devoir est accompli. Les défauts de l’homme pendant son service sont graduellement réduits par l’expérience qu’il acquiert progressivement et l’expérience qu’il a du jugement ; ils n’entravent ni n’affectent le devoir de l’homme. Ceux qui cessent de servir ou abandonnent et se retirent par crainte des désavantages qui pourraient exister dans leur service sont les plus lâches de tous. Si les gens ne peuvent pas exprimer ce qu’ils devraient exprimer pendant le service ou réaliser ce qui leur est intrinsèquement possible, et à la place perdent leur temps et n’agissent que pour l’apparence, ils ont perdu la fonction qu’un être créé devrait avoir. De telles gens sont considérés comme des « médiocrités » ; ils sont des déchets qui ne servent à rien. Comment de telles gens peuvent-ils être appelés des êtres créés ? Ne sont-ils pas des êtres corrompus qui brillent à l’extérieur, mais sont pourris à l’intérieur ? Si un homme se proclame Dieu, mais est incapable d’exprimer l’être de la divinité, de faire l’œuvre de Dieu Lui-même ou de représenter Dieu, sans aucun doute, il n’est pas Dieu, car il n’a pas l’essence de Dieu, et ce que Dieu peut intrinsèquement réaliser n’existe pas en lui. Si l’homme perd ce qui lui est intrinsèquement accessible, il ne peut plus être considéré comme un homme et il ne mérite pas de se faire passer pour un être créé ou de se présenter devant Dieu et Le servir. De plus, il n’est pas digne de recevoir la grâce de Dieu ou d’être surveillé, protégé et perfectionné par Dieu. Bon nombre de ceux qui ont perdu la confiance de Dieu perdent ensuite la grâce de Dieu. Non seulement ils n’ont pas honte de leurs mauvaises actions, mais ils propagent effrontément l’idée que le chemin de Dieu n’est pas correct, et les rebelles vont jusqu’à nier l’existence de Dieu. Comment de telles gens qui sont si rebelles pourraient-ils avoir le droit de jouir de la grâce de Dieu ? Ceux qui ne font pas leur devoir sont très rebelles contre Dieu et Lui sont très redevables, mais ils se retournent et déclarent ouvertement que Dieu est mauvais. Comment ce genre d’homme pourrait-il être digne d’être perfectionné ? N’est-ce pas un signe avant-coureur de l’élimination et de la punition ? Les gens qui ne font pas leur devoir devant Dieu sont déjà coupables du plus odieux des crimes pour lequel même la mort est une peine insuffisante, pourtant ils ont l’effronterie de se disputer avec Dieu et de se mesurer à Lui. Quel est l’intérêt de perfectionner de telles gens ? Lorsque les gens ne parviennent pas à faire leur devoir, ils devraient se sentir coupables et redevables ; ils devraient avoir honte de leur faiblesse et de leur inutilité, de leur rébellion et de leur corruption et, plus encore, ils devraient donner leur vie à Dieu. C’est alors seulement qu’ils deviennent des êtres créés qui aiment vraiment Dieu et seuls des hommes de ce genre sont dignes de jouir des bénédictions et des promesses de Dieu et d’être perfectionnés par Dieu. Qu’en est-il de la majorité d’entre vous ? Comment traitez-vous le Dieu qui vit parmi vous ? Comment avez-vous accompli votre devoir devant Lui ? Avez-vous fait tout ce que vous étiez supposés faire, même aux dépens de votre propre vie ? Qu’avez-vous sacrifié ? N’avez-vous pas reçu beaucoup de Moi ? Pouvez-vous discerner ? À quel degré M’êtes-vous fidèles ? Comment M’avez-vous servi ? Et qu’en est-il de tout ce que Je vous ai accordé et de tout ce que J’ai fait pour vous ? Avez-vous pris la mesure de tout cela ? L’avez-vous tous jugé et comparé avec le peu de conscience que vous avez en vous ? De qui vos paroles et vos actions pourraient-elles être dignes ? Se pourrait-il que ce minuscule sacrifice de votre part soit à la hauteur de tout ce que Je vous ai accordé ? Je n’ai pas d’autre choix et Je me suis consacré à vous sans réserve, pourtant vos intentions à Mon égard sont méchantes et vous êtes peu enthousiastes à Mon sujet. Telle est l’étendue de votre devoir, votre seule fonction. N’est-ce pas le cas ? Ne savez-vous pas que vous avez échoué totalement à l’accomplissement de votre devoir d’êtres créés ? Comment pouvez-vous être considérés comme des êtres créés ? Ne savez-vous pas clairement ce que vous exprimez et vivez ? Vous avez manqué à votre devoir, mais vous cherchez à obtenir la tolérance et l’abondante grâce de Dieu. Cette grâce n’a pas été préparée pour des gens sans valeur et ignobles comme vous, mais pour ceux qui ne demandent rien et font des sacrifices avec joie. Des hommes comme vous, des médiocrités, ne sont pas du tout dignes de jouir de la grâce du ciel. Seules la misère et la punition sans fin seront votre lot quotidien ! Si vous ne pouvez pas M’être fidèles, votre destin ne sera fait que de souffrances. Si vous ne pouvez pas être responsables de Mes paroles et de Mon œuvre, la punition sera votre fin. Vous ne recevrez ni grâce, ni bénédiction, ni une vie merveilleuse dans le royaume. C’est la fin que vous méritez de recevoir et la conséquence de votre propre action !

Extrait de « La différence entre le ministère de Dieu incarné et le devoir de l’homme », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 449)

Non seulement ces hommes ignorants et arrogants n’ont pas donné le meilleur d’eux-mêmes ni rempli leur devoir, mais en plus ils ont les mains tendues vers la grâce, comme s’ils méritaient ce qu’ils demandent. Et s’ils n’arrivent pas à recevoir ce qu’ils demandent, ils deviennent encore moins fidèles. Comment de tels hommes peuvent-ils être considérés comme raisonnables ? Vous avez un petit calibre et vous êtes dépourvus de raison, totalement incapables de remplir le devoir qui est le vôtre pendant l’œuvre de gestion. Votre valeur a déjà chuté. Votre échec à vous acquitter envers Moi d’une telle grâce est déjà un acte d’extrême rébellion, suffisant pour vous condamner et démontrer votre lâcheté, votre incompétence, votre bassesse et votre indignité. Qu’est-ce qui vous donne le droit de garder les mains tendues ? Vous n’êtes pas capables de la moindre aide pour Mon œuvre, vous êtes incapables de loyauté et incapables de témoigner de Moi, et pourtant vous M’attaquez, vous dites des mensonges sur Moi et vous vous plaignez que Je suis injuste. Cela fait déjà partie de vos mauvaises actions et de vos échecs. C’est ce qui constitue votre fidélité ? C’est ce qui constitue votre amour ? Quel autre travail pouvez-vous réaliser en plus de cela ? Comment avez-vous contribué à tout le travail qui a été fait ? Combien avez-vous dépensé ? J’ai déjà fait preuve d’une grande tolérance en ne vous blâmant pas, pourtant vous continuez à Me présenter des excuses sans vergogne, et vous vous plaignez de Moi en privé. Avez-vous seulement la moindre trace d’humanité ? Bien que le devoir de l’homme soit entaché par l’esprit de l’homme et de ses notions, tu dois remplir ton devoir et montrer ta loyauté. Les impuretés dans le travail de l’homme relèvent de son calibre, alors que si l’homme ne remplit pas son devoir, cela révèle sa rébellion. Il n’y a pas de corrélation entre le devoir de l’homme et le fait qu’il soit béni ou maudit. Le devoir est ce que l’homme doit accomplir ; c’est sa vocation qui vient du ciel et ne devrait pas dépendre de la récompense, des conditions ou des raisons. C’est alors seulement qu’il fait son devoir. Être béni, c’est être perfectionné et jouir des bénédictions de Dieu après avoir fait l’expérience du jugement. Être maudit, c’est conserver son tempérament inchangé après avoir fait l’expérience du châtiment et du jugement, c’est ne pas faire l’expérience d’être perfectionné, mais être puni. Mais qu’ils soient bénis ou maudits, les êtres créés doivent accomplir leur devoir, faire ce qu’ils doivent faire et faire ce qu’ils sont capables de faire C’est le moins que puisse faire une personne qui cherche Dieu. Tu ne devrais pas remplir ton devoir seulement pour être béni, et tu ne devrais pas refuser d’agir par peur d’être maudit. Laissez-Moi vous dire la chose suivante : l’homme doit accomplir son devoir, et s’il en est incapable, c’est sa rébellion. C’est par le processus de l’accomplissement de son devoir que l’homme change progressivement, et c’est par ce processus qu’il démontre sa fidélité. Ainsi, plus tu es capable de remplir ton devoir, plus tu recevras de vérités, et plus ton expression deviendra réelle. Ceux qui n’agissent que pour l’apparence quand ils accomplissent leur devoir et qui ne cherchent pas la vérité seront éliminés à la fin, car de tels hommes ne remplissent pas leur devoir dans la pratique de la vérité et ne pratiquent pas la vérité pendant qu’ils s’acquittent de leur devoir. De tels hommes ne changent pas et ils seront maudits. Non seulement leurs expressions sont impures, mais tout ce qu’ils expriment est méchant.

Extrait de « La différence entre le ministère de Dieu incarné et le devoir de l’homme », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 450)

Si tu ne connais pas l’œuvre de Dieu, tu ne sauras pas comment coopérer avec Dieu. Si tu ne connais pas les principes de l’œuvre de Dieu et ignores comment Satan travaille dans l’homme, tu n’auras aucun chemin de pratique. Une simple poursuite zélée ne te permettra pas d’atteindre les résultats que Dieu exige. Une telle expérience est semblable à celle de Lawrence, ne faisant aucune distinction, mais se concentrant uniquement sur l’expérience, tout à fait ignorant de ce qu’est le travail de Satan, de ce qu’est l’œuvre du Saint-Esprit, de l’état dans lequel est l’homme sans la présence de Dieu et du type de personnes que Dieu veut perfectionner. Comment se comporter envers différents genres de personnes ; comment saisir la volonté de Dieu dans le présent ; comment connaître le tempérament de Dieu ; vers quelles personnes, quelles circonstances et quelle ère, la miséricorde de Dieu, Sa majesté et Sa justice sont orientées : il ne comprend rien de tout cela. Si les hommes n’ont pas un grand nombre de visions comme base, comme fondement de leurs expériences, alors la vie est hors de question, et encore plus l’expérience ; ils peuvent continuer à se soumettre à tout, à tout endurer, de manière insensée. De tels hommes sont très difficiles à amener à la perfection. On peut dire que si tu n’as aucune des visions abordées plus haut, la preuve est faite que tu es un insensé semblable à une statue de sel qui se dresse toujours en Israël. De tels hommes sont inutiles, bons à rien ! Certains hommes ne font que se soumettre aveuglément, ils se connaissent toujours eux-mêmes et utilisent toujours leurs propres manières de se comporter lorsqu’ils traitent de nouvelles questions ou utilisent la « sagesse » pour traiter de questions banales qui ne sont pas dignes d’être mentionnées. De tels hommes sont dépourvus de discernement, et c’est comme si leur nature consistait à se résigner à l’adversité, et ils sont toujours les mêmes. Ils ne changent jamais. Des hommes comme cela sont insensés, sans le moindre discernement. Ils ne tentent jamais de prendre des mesures appropriées aux circonstances ou aux différentes personnes. De tels hommes n’ont pas d’expérience. J’ai vu que certains hommes se connaissent à un point tel que, lorsqu’ils sont confrontés à des gens qui sont possédés par le travail de mauvais esprits, ils baissent la tête et confessent leurs péchés, n’osant pas se lever pour les condamner. Face à l’œuvre évidente du Saint-Esprit, ils n’osent pas non plus obéir. Ils croient que les mauvais esprits sont également entre les mains de Dieu et ils n’ont pas le moindre courage pour se lever et leur résister. De tels hommes font honte à Dieu et sont absolument incapables de porter un lourd fardeau pour Lui. De tels idiots ne font aucune distinction d’aucune sorte. Un tel mode d’expérience doit donc être éliminé, car il est inacceptable aux yeux de Dieu.

Extrait de « Au sujet de l’expérience », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 451)

Dans le courant actuel, tous ceux qui aiment vraiment Dieu ont la possibilité d’être amenés à la perfection par Lui. Qu’ils soient jeunes ou vieux, du moment qu’ils conservent dans leur cœur une obéissance à l’égard de Dieu et qu’ils Le vénèrent, ils peuvent être amenés à la perfection par Lui. Dieu perfectionne les gens selon leurs différentes fonctions. Tant que tu exerces toute ta force et te soumets à l’œuvre de Dieu, tu peux être amené à la perfection par Lui. À présent, aucun de vous n’est parfait. Parfois, vous êtes en mesure de remplir un type de fonction, et d’autres fois, vous êtes capables d’en exercer deux. Tant que vous faites votre maximum pour vous dépenser pour Dieu, en fin de compte, vous serez amenés à la perfection par Lui.

Les jeunes ont peu de philosophies de vie et ils manquent de sagesse et de perspicacité. Dieu vient pour perfectionner la sagesse et la perspicacité de l’homme. Sa parole compense leurs déficiences. Toutefois, les jeunes sont d’un tempérament instable, qui doit être transformé par Dieu. Les jeunes ont moins de notions religieuses et moins de philosophies de vie ; ils pensent à tous les sujets en termes simples et leurs réflexions ne sont pas compliquées. D’où la part de leur humanité encore immature, et c’est une part louable ; cependant, les jeunes sont ignorants et manquent de sagesse. C’est quelque chose qui doit être perfectionné par Dieu. Être perfectionnés par Dieu vous permettra de développer le discernement. Vous serez capables de comprendre clairement beaucoup de choses spirituelles et, peu à peu, de vous transformer en une personne qui est apte à être utilisée par Dieu. Les frères et sœurs plus âgés ont également leurs fonctions à exercer, et ils ne sont pas abandonnés par Dieu. Les frères et sœurs plus âgés ont aussi des aspects à la fois désirables et indésirables. Ils ont plus de philosophies de vie et plus de notions religieuses. Dans leurs actions, ils adhèrent à beaucoup de conventions rigides, ils aiment les règles, qu’ils appliquent mécaniquement, sans flexibilité. C’est un aspect indésirable. Cependant, ces frères et sœurs plus âgés restent calmes et sereins quoi qu’il arrive ; leur tempérament est stable, et ils ne sont pas d’humeur imprévisible. Ils peuvent être plus lents à accepter les choses, mais ce n’est pas une faute majeure. Tant que vous pouvez vous soumettre, tant que vous pouvez accepter les paroles actuelles de Dieu et ne pas examiner les paroles de Dieu avec suspicion, tant que vous ne vous préoccupez que de vous soumettre et de suivre et ne portez jamais de jugement sur les paroles de Dieu ou n’avez pas d’autres pensées mauvaises à leur sujet, tant que vous acceptez Ses paroles et les mettez en pratique, alors, une fois ces conditions remplies, vous pouvez être amenés à la perfection.

Que vous soyez un frère ou une sœur jeunes ou plus âgés, vous connaissez la fonction que vous devriez exercer. Ceux qui sont dans leur jeunesse ne sont pas insolents ; ceux qui sont plus âgés ne sont pas passifs et ne régressent pas non plus. En plus, ils sont capables d’utiliser les points forts des uns et des autres pour compenser leurs faiblesses, et ils peuvent se rendre service entre eux sans aucun préjugé. Un pont d’amitié est construit entre frères et sœurs plus jeunes et plus âgés, et grâce à l’amour de Dieu, vous êtes en mesure de mieux vous comprendre les uns les autres. Les frères et sœurs plus jeunes ne sous-estiment pas les frères et sœurs plus âgés, et les frères et les sœurs plus âgés ne sont pas prétentieux : n’est-ce pas un partenariat harmonieux ? Si vous avez tous une telle résolution, alors la volonté de Dieu s’accomplira certainement au sein de votre génération.

Extrait de « Concernant tous ceux qui remplissent leur fonction », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 452)

À l’avenir, que tu sois béni ou maudit, cela sera décidé d’après vos actions et votre comportement d’aujourd’hui. Si vous devez être amenés à la perfection par Dieu, ce doit être maintenant, dans cette ère ; il n’y aura pas d’autre occasion à l’avenir. Dieu veut vraiment vous perfectionner maintenant, et ce n’est pas une façon de parler. À l’avenir, peu importent les épreuves qui s’abattent sur vous, les événements qui arrivent ou les catastrophes que vous rencontrez, Dieu souhaite vous perfectionner ; c’est un fait établi et irréfutable. À quoi cela se voit-il ? Cela se voit au fait que la parole de Dieu, à travers les ères et les générations, n’a jamais atteint une si grande hauteur qu’aujourd’hui. Elle a pénétré le domaine le plus élevé et aujourd’hui, l’œuvre du Saint-Esprit sur toute l’humanité est sans précédent. Presque personne des générations antérieures n’a connu une telle expérience ; même à l’ère de Jésus, les révélations d’aujourd’hui n’existaient pas. Les paroles qui vous sont adressées, ce que vous comprenez et votre expérience, tout cela a atteint de nouveaux sommets. Au milieu des épreuves et des châtiments, vous n’abandonnez pas, et c’est une preuve suffisante que l’œuvre de Dieu a atteint une magnificence sans précédent. Ce n’est pas une affaire que l’homme est capable de mener et ce n’est pas non plus quelque chose qui est soutenu par l’homme ; c’est plutôt l’œuvre de Dieu Lui-même. Ainsi, à partir des nombreuses réalités de l’œuvre de Dieu, on peut voir que Dieu souhaite perfectionner l’homme, et Il est sûrement capable de vous rendre complets. Si vous avez cette perspicacité et faites cette nouvelle découverte, alors vous n’attendrez pas la seconde venue de Jésus ; au contraire, vous permettrez à Dieu de vous rendre complets dans l’ère présente. Par conséquent, vous devez chacun faire de votre mieux, en ne vous épargnant aucun effort, pour que Dieu puisse vous amener à la perfection.

Désormais, tu ne dois pas prêter attention aux choses négatives. Tout d’abord, mets de côté chaque chose qui peut faire que tu te sentes négatif. Lorsque tu gères des affaires, fais-le avec un cœur qui cherche à trouver le chemin pour avancer, un cœur qui se soumet à Dieu. Chaque fois que vous découvrez une faiblesse en vous mais que vous ne la laissez pas vous contrôler et que, malgré elle, vous exercez la fonction que vous devriez, vous avez fait un bon pas en avant. Par exemple, vous, frères et sœurs plus âgés, vous avez des notions religieuses, mais tu es capable de prier, de te soumettre, de manger et de boire de la parole de Dieu et de chanter des hymnes… C’est-à-dire que tu devrais consacrer toutes tes forces à ce que tu es capable de faire, aux fonctions que tu es capable d’exercer. N’attends pas passivement. Être capable de satisfaire Dieu dans l’accomplissement de ton devoir est la première étape. Ensuite, une fois que tu seras en mesure de comprendre la vérité et d’atteindre l’entrée dans la réalité des paroles de Dieu, tu auras été amené à la perfection par Lui.

Extrait de « Concernant tous ceux qui remplissent leur fonction », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 453)

Tous ceux qui l’ont décidé peuvent servir Dieu, mais seuls ceux qui prêtent toute leur attention à la volonté de Dieu et comprennent la volonté de Dieu doivent être qualifiés pour servir Dieu et habilités à le faire. J’ai découvert ceci parmi vous : beaucoup de gens croient que tant qu’ils répandent avec ferveur l’Évangile pour Dieu, se mettent sur la route pour Dieu, se dépensent et renoncent à des choses pour Dieu, et ainsi de suite, alors c’est cela servir Dieu. Même les gens plus religieux croient que servir Dieu signifie courir à droite et à gauche avec une Bible dans les mains, répandre l’Évangile du royaume des cieux et sauver les gens en les amenant à se repentir et à se confesser. Il y a aussi beaucoup de responsables religieux qui pensent que servir Dieu consiste à prêcher dans les chapelles après avoir poursuivi des études supérieures et été formés au séminaire et à instruire les gens par des lectures tirées des Saintes Écritures. De plus, il y a des gens dans des régions défavorisées qui croient que servir Dieu signifie guérir les malades et chasser les démons parmi les frères et sœurs, ou prier pour eux ou les servir. Parmi vous, beaucoup croient que servir Dieu signifie manger et boire les paroles de Dieu, prier Dieu tous les jours, ainsi que visiter des Églises partout et y travailler. Il y a d’autres frères et sœurs qui croient que servir Dieu signifie ne jamais se marier ni fonder une famille, et consacrer tout leur être à Dieu. Pourtant, peu de gens savent ce que signifie réellement servir Dieu. Bien qu’il y ait autant de gens qui servent Dieu qu’il y a d’étoiles dans le ciel, le nombre de ceux qui peuvent servir directement et qui sont en mesure de servir en accord avec la volonté de Dieu est dérisoire, médiocrement petit. Pourquoi est-ce que Je dis cela ? Je dis cela parce que vous ne comprenez pas l’essence de l’expression « service à Dieu », et vous comprenez si peu la façon de servir en accord avec la volonté de Dieu. Il est urgent que les gens comprennent exactement quelle sorte de service à Dieu peut être en harmonie avec Sa volonté.

Si vous voulez servir en accord avec la volonté de Dieu, vous devez d’abord comprendre quel genre de gens sont agréables à Dieu, quel genre de gens sont abhorrés par Dieu, quel genre de gens sont rendus parfaits par Dieu et quel genre de gens sont qualifiés pour servir Dieu. À tout le moins, vous devriez être équipés de cette connaissance. De plus, vous devriez connaître les objectifs de l’œuvre de Dieu et l’œuvre que Dieu fera ici et maintenant. Après avoir compris cela, et par la direction des paroles de Dieu, vous devriez d’abord avoir une entrée et d’abord recevoir le mandat de Dieu. Une fois que vous aurez réellement fait l’expérience des paroles de Dieu et quand vous connaîtrez vraiment l’œuvre de Dieu, vous serez qualifiés pour servir Dieu. Et c’est quand vous Le servez que Dieu ouvre vos yeux spirituels et vous permet d’avoir une meilleure compréhension de Son œuvre et de la voir plus clairement. Lorsque tu entreras dans cette réalité, tes expériences seront plus profondes et réelles, et tous ceux parmi vous qui ont eu de telles expériences pourront circuler parmi les Églises et soutenir leurs frères et sœurs, de sorte que chacun puisse puiser dans les points forts de l’autre pour combler ses propres insuffisances et acquière une connaissance plus riche dans son esprit. Ce n’est qu’après avoir obtenu cet effet que vous pourrez servir en accord avec la volonté de Dieu et être rendus parfaits par Dieu au cours de votre service.

Ceux qui servent Dieu devraient être les intimes de Dieu, ils devraient être agréables à Dieu et capables de la plus grande loyauté envers Dieu. Peu importe que tu agisses en privé ou en public, tu es en mesure de gagner la joie de Dieu devant Dieu, tu es en mesure de tenir ferme devant Dieu, et quelle que soit la façon dont les autres te traitent, tu empruntes toujours le chemin que tu devrais emprunter et tu prêtes toute ton attention au fardeau de Dieu. Seules de telles gens sont des intimes de Dieu. Les intimes de Dieu sont capables de Le servir directement parce qu’ils ont reçu le grand mandat de Dieu et le fardeau de Dieu, qu’ils sont en mesure de considérer le cœur et le fardeau de Dieu comme le leur et parce qu’ils n’accordent aucune importance à leurs perspectives d’avenir : même quand ils n’ont aucune perspective et qu’ils n’en retireront aucun avantage, ils croient toujours en Dieu avec un cœur aimant. Et donc, ce genre de personne est un intime de Dieu. Les intimes de Dieu sont aussi Ses confidents ; seuls les confidents de Dieu pourraient partager Son inquiétude et Ses pensées, et, bien que leur chair soit endolorie et faible, ils sont capables d’endurer la douleur et d’abandonner ce qu’ils aiment pour satisfaire Dieu. Dieu confie plus de fardeaux à de telles personnes et ce que Dieu désire faire est corroboré dans le témoignage de telles personnes. Ainsi, ces gens sont agréables à Dieu, ils sont les serviteurs de Dieu, selon Son cœur et seuls des gens comme cela peuvent régner avec Dieu. Lorsque tu seras vraiment devenu un intime de Dieu, c’est précisément alors que tu régneras avec Dieu.

Extrait de « Comment servir en harmonie avec la volonté de Dieu », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 454)

Jésus a pu accomplir le mandat de Dieu – l’œuvre de la rédemption de toute l’humanité – parce qu’Il a prêté toute Son attention à la volonté de Dieu, sans planifier ni arranger quoi que ce soit pour Lui-même. De même, Il était aussi l’intime de Dieu, Dieu Lui-même, ce que vous comprenez tous très bien. (En fait, Il était Dieu Lui-même. Dieu a témoigné en Sa faveur. Je le mentionne ici pour utiliser le fait de Jésus afin d’illustrer le sujet.) Il a été en mesure de placer le plan de gestion de Dieu en plein centre et a toujours prié le Père céleste et cherché la volonté du Père céleste. Il a prié et dit : « Dieu le Père ! Accomplis ce qui appartient à Ta volonté et n’agis pas selon Mes désirs, mais selon Ton plan. L’homme peut être faible, mais pourquoi devrais-Tu prendre soin de lui ? Comment l’homme pourrait-il être digne de Tes préoccupations, l’homme qui est comme une fourmi dans Ta main ? Dans Mon cœur, Je veux seulement accomplir Ta volonté et Je veux que Tu puisses faire ce que Tu voudrais faire en Moi selon Tes propres désirs. » Sur la route de Jérusalem, Jésus était en agonie, comme si un couteau était tourné dans Son cœur, mais Il n’avait pas la moindre intention de revenir sur Sa parole ; une puissante force Le poussait toujours de l’avant, où Il serait crucifié. Finalement, Il a été cloué sur la croix et est devenu la ressemblance de la chair pécheresse, achevant l’œuvre de la rédemption de l’humanité. Il S’est libéré des chaînes de la mort et de l’Hadès. Devant Lui, la mortalité, l’enfer et l’Hadès ont perdu leur puissance et ont été vaincus par Lui. Il a vécu pendant trente-trois ans pendant lesquels Il a toujours fait de Son mieux pour répondre à la volonté de Dieu selon l’œuvre de Dieu à l’époque, ne considérant jamais Son propre gain ou Sa propre perte et pensant toujours à la volonté de Dieu le Père. Ainsi, après qu’Il a été baptisé, Dieu a dit : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai mis toute mon affection. » En raison de Son service devant Dieu en harmonie avec la volonté de Dieu, Dieu a placé sur Ses épaules le lourd fardeau du rachat de toute l’humanité et L’a envoyé pour l’accomplir, et Il était qualifié pour accomplir cette tâche importante et habilité à le faire. Tout au long de Sa vie, Il a enduré des souffrances incommensurables pour Dieu et Il a été tenté par Satan un nombre incalculable de fois, mais Il ne S’est jamais découragé. Dieu Lui a donné une tâche si énorme parce qu’Il Lui faisait confiance et L’aimait, et donc, Dieu a dit personnellement : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai mis toute mon affection. » En ce temps-là, Jésus seul pouvait accomplir ce mandat, et c’était un aspect concret de l’achèvement par Dieu de Son œuvre de rédemption de toute l’humanité à l’ère de la Grâce.

Si, comme Jésus, vous êtes en mesure de prêter toute votre attention au fardeau de Dieu et de tourner le dos à votre chair, Dieu vous confiera Ses tâches importantes, de sorte que vous remplirez les conditions requises pour servir Dieu. Seulement dans de telles circonstances, vous oserez dire que vous faite la volonté de Dieu et que vous remplissez Son mandat, et seulement alors vous oserez dire que vous servez vraiment Dieu. Comparé à l’exemple de Jésus, oses-tu dire que tu es un intime de Dieu ? Oses-tu dire que tu fais la volonté de Dieu ? Oses-tu dire que tu sers vraiment Dieu ? Aujourd’hui, tu ne sais pas comment servir Dieu, oses-tu dire que tu es un intime de Dieu ? Si tu dis que tu sers Dieu, ne blasphèmes-tu pas contre Dieu ? Penses-y : sers-tu Dieu ou te sers-tu toi-même ? Tu sers Satan, mais tu dis obstinément que tu sers Dieu : en cela, ne blasphèmes-tu pas contre Dieu ? Beaucoup de gens derrière Mon dos convoitent la bénédiction du statut, ils se gavent de nourriture, ils aiment dormir et prêter toute leur attention à la chair, toujours craintifs que la chair ne puisse jamais s’en sortir. Ils ne remplissent pas leur fonction appropriée dans l’Église, mais vivent aux crochets de l’Église, ou bien ils admonestent leurs frères et sœurs avec Mes paroles, dominant sur les autres depuis des positions d’autorité. Ces gens continuent de dire qu’ils font la volonté de Dieu et disent toujours qu’ils sont les intimes de Dieu : n’est-ce pas absurde ? Si tes intentions sont bonnes, mais que tu es incapable de servir en accord avec la volonté de Dieu, alors tu es stupide ; mais si tes intentions ne sont pas bonnes et que tu dis quand même que tu sers Dieu, alors tu es quelqu’un qui s’oppose à Dieu et tu dois être puni par Dieu ! Je n’ai aucune sympathie pour de tels individus ! Dans la maison de Dieu, ils en profitent, convoitent toujours le confort de la chair et ne prennent jamais en considération les intérêts de Dieu. Ils cherchent toujours ce qui est bon pour eux et ne prêtent aucune attention à la volonté de Dieu. En tout ce qu’ils font, ils refusent l’examen de l’Esprit de Dieu. Ils manipulent et trompent toujours leurs frères et sœurs, et ils sont des êtres à deux visages, comme un renard dans une vigne, qui vole toujours les raisins et piétine le vignoble. De tels hommes pourraient-ils être les intimes de Dieu ? Es-tu apte à recevoir les bénédictions de Dieu ? Tu n’assumes aucun fardeau pour ta vie et pour l’Église. Es-tu apte à recevoir le mandat de Dieu ? Qui oserait faire confiance à quelqu’un comme toi ? Quand tu sers comme cela, Dieu pourrait-Il oser te confier une plus grande tâche ? L’œuvre n’en serait-elle pas retardée ?

Je dis cela pour que vous sachiez quelles conditions doivent être remplies pour servir en harmonie avec la volonté de Dieu. Si vous ne donnez pas votre cœur à Dieu, si vous ne prêtez pas toute votre attention à la volonté de Dieu comme Jésus, alors Dieu ne peut pas vous faire confiance, et vous finirez par être jugés par Dieu. Peut-être qu’aujourd’hui, dans ton service à Dieu, tu as toujours l’intention de tromper Dieu et tu Le traites toujours avec indifférence. Bref, peu importe tout le reste, si tu triches Dieu, un jugement sans merci tombera sur toi. Vous devriez profiter de votre récente entrée sur la bonne voie du service de Dieu pour donner premièrement votre cœur à Dieu, sans allégeances partagées. Peu importe que tu sois devant Dieu ou devant d’autres gens, ton cœur devrait toujours se tourner vers Dieu et tu devrais être résolu à aimer Dieu comme Jésus L’a aimé. De cette façon, Dieu te rendra parfait de sorte que tu deviendras un serviteur de Dieu selon Son cœur. Si tu veux vraiment être rendu parfait par Dieu et que ton service est en harmonie avec Sa volonté, alors tu devrais changer tes vues précédentes sur la foi en Dieu et changer la façon dont tu servais Dieu, de sorte que davantage de ton être soit rendu parfait par Dieu. De cette façon, Dieu ne t’abandonnera pas et, comme Pierre, tu seras à l’avant-garde de ceux qui aiment Dieu. Si tu restes impénitent, tu rencontreras la même fin que Judas. Cela devrait être compris par tous ceux qui croient en Dieu.

Extrait de « Comment servir en harmonie avec la volonté de Dieu », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 455)

Depuis le début de Son œuvre dans tout l’univers, Dieu a prédestiné de nombreuses personnes à Le servir, dont des gens issus de tous les horizons. Son but est de satisfaire Sa volonté et d’achever Son œuvre sur terre en douceur. C’est l’objectif de Dieu en choisissant des gens pour Le servir. Toute personne qui sert Dieu doit comprendre Sa volonté. Cette œuvre qui est la Sienne, rend plus évidents pour les gens la sagesse et la toute-puissance de Dieu, ainsi que les principes de Son œuvre sur terre. Dieu est réellement venu sur terre pour accomplir Son œuvre et S’engager à l’égard des gens afin qu’ils connaissent Ses actes plus clairement. Aujourd’hui, vous, ce groupe de personnes, avez le privilège de servir le Dieu concret. C’est une grande bénédiction pour vous. En vérité, c’est Dieu qui vous exalte. En choisissant une personne pour Le servir, Dieu a toujours Ses propres principes. Servir Dieu n’est absolument pas une simple question d’enthousiasme, comme les gens l’imaginent. Aujourd’hui, vous voyez que tous ceux qui servent Dieu le font parce qu’ils sont guidés par Dieu et par l’œuvre du Saint-Esprit, et parce qu’ils cherchent de la vérité. Ce sont les conditions minimums pour tous ceux qui servent Dieu.

Servir Dieu n’est pas une mince affaire. Ceux dont le tempérament corrompu demeure inchangé ne peuvent jamais servir Dieu. Si ton tempérament n’a pas été jugé et châtié par les paroles de Dieu, alors ton tempérament représente encore Satan, ce qui prouve que ton service pour Dieu relève de ta propre bonne intention, que ton service est basé sur ta nature satanique. Tu sers Dieu avec ton caractère naturel et en fonction de tes préférences. En plus, tu penses toujours que ce que tu es prêt à faire réjouit Dieu et que ce que tu n’es pas prêt à faire est l’objet de la haine de Dieu ; ton travail est entièrement guidé par tes propres préférences. Peut-on appeler cela servir Dieu ? En fin de compte, ton tempérament de vie ne changera pas du tout ; au contraire, ton service te rendra encore plus têtu, enracinant ainsi en profondeur ton tempérament corrompu et, de ce fait, à l’intérieur de toi-même, seront formées des règles pour servir Dieu basées sur rien d’autre que ton propre caractère et sur des expériences découlant de ton service selon ton propre tempérament. Ce sont les expériences et les leçons de l’homme. C’est la philosophie de l’homme sur la vie dans le monde. Des gens de ce genre peuvent être classés parmi les pharisiens et les responsables religieux. S’ils ne se réveillent jamais ni ne se repentent, alors se transformeront sûrement en ces faux Christs et antéchrists qui trompent les gens dans les derniers jours. Les faux Christs et les antéchrists dont on a parlé seront issus de gens comme eux. Si ceux qui servent Dieu suivent leur propre caractère et agissent selon leur propre volonté, alors ils courent le risque d’être chassés n’importe quand. Ils tomberont devant Dieu ceux qui se servent de leurs nombreuses années d’expérience acquise au service de Dieu pour séduire le cœur des gens, leur faire la morale et les contrôler, pour s’élever eux-mêmes, ceux qui jamais ne se repentent, ne se confessent, ni ne renoncent aux avantages que procure la position. Ce sont des gens de même type que Paul, se prévalant de leur ancienneté et exhibant leurs qualités. Dieu ne conduira pas ce type de personnes à la perfection. Ce genre de service fait obstacle à l’œuvre de Dieu. Les gens s’accrochent toujours à ce qui est ancien. Ils s’accrochent aux notions du passé, à tout ce qui appartient au passé. C’est un sérieux obstacle à leur service. Si tu ne peux pas t’en débarrasser, ces choses obstrueront toute ta vie. Dieu ne te félicitera pas le moins du monde, même si tu cours à t’en briser les jambes ou travailles à t’en briser les reins, et même si tu es martyrisé dans le cadre de ton service pour Dieu. Bien au contraire : Il dira que tu es un malfaiteur.

Extrait de « Servir religieusement doit être interdit », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 456)

Dorénavant, Dieu va formellement perfectionner ceux qui n’ont pas de notions religieuses, qui sont prêts à mettre de côté leur vieil homme et qui obéissent à Dieu d’une manière toute simple. Il va perfectionner ceux qui languissent après les paroles de Dieu. Ces personnes devraient se lever et servir Dieu. En Dieu, il y a une abondance sans fin et une sagesse sans limites. Son œuvre superbe et Ses précieuses paroles sont là pour que davantage de personnes en tirent profit. À l’état actuel, ces nouvelles choses sont difficiles à accepter par ceux qui ont des notions religieuses, ceux qui s’arrogent l’ancienneté et ceux qui ne peuvent pas se mettre de côté. Le Saint-Esprit n’a aucune chance de perfectionner ces personnes. Si un individu n’a pas décidé d’obéir et n’a pas soif des paroles de Dieu, alors il n’y a aucun moyen qu’il accepte ces choses nouvelles. Il deviendra simplement et de plus en plus rebelle, de plus en plus rusé et ainsi finira sur la mauvaise voie. Dans Son œuvre aujourd’hui, Dieu élèvera davantage de personnes qui L’aiment véritablement et qui peuvent accepter la nouvelle lumière. Et Il abattra complètement les responsables religieux qui se prévalent de leur ancienneté. Il ne veut pas d’une seule personne qui résiste obstinément au changement. Veux-tu être parmi ces gens ? Fais-tu ton service selon tes propres préférences ou fais-tu ce que Dieu exige ? C’est quelque chose que tu dois savoir pour toi-même. Es-tu un responsable religieux, ou es-tu un nouveau-né en train d’être rendu parfait par Dieu ? Quelle part de ton service est louée par le Saint-Esprit ? De quelle part Dieu ne Se préoccupera-t-Il même pas de Se souvenir ? Après toutes tes années de service, à quel point ta vie a-t-elle connu un changement ? Tout cela est-il clair pour toi ? Si la foi est vraie pour toi, tu t’affranchiras de tes vieilles notions religieuses du passé et tu serviras Dieu d’une nouvelle et meilleure manière. Il n’est pas trop tard pour se lever maintenant. Les anciennes notions religieuses peuvent faire perdre à une personne toute sa vie. L’expérience acquise par un individu peut l’éloigner de Dieu et l’amener à faire les choses à sa propre façon. Si tu n’abandonnes pas de telles choses, elles deviendront des pierres d’achoppement pour la croissance de ta vie. Dieu perfectionne toujours ceux qui Le servent et ne les rejette pas avec légèreté. Si tu acceptes vraiment le jugement et le châtiment des paroles de Dieu, si tu peux mettre de côté tes anciennes pratiques et règles religieuses et arrêter d’utiliser d’anciennes notions religieuses comme mesure des paroles de Dieu aujourd’hui, alors seulement il y aura un avenir pour toi. Mais si tu t’accroches à des choses anciennes, si tu continues de leur attacher une grande valeur, alors il n’y a aucun moyen pour toi d’être sauvé. Dieu ne tient pas compte de tels individus. Si tu veux réellement être rendu parfait, alors tu dois te résoudre à abandonner complètement toutes les choses antérieures. Même si ce qui était fait dans le passé était juste, même si c’était l’œuvre de Dieu, tu dois quand même être capable de le mettre de côté et d’arrêter de t’y accrocher. Même si c’était manifestement l’œuvre du Saint-Esprit, si c’était fait directement par le Saint-Esprit, aujourd’hui tu dois le mettre de côté. Tu ne dois pas y rester accroché. C’est ce que Dieu demande. Tout doit être renouvelé. Dans Son œuvre et Ses paroles, Dieu ne fait aucune référence aux choses anciennes qui ont été accomplies auparavant et Il ne creuse pas dans le vieil almanach. Dieu est un Dieu qui est toujours nouveau et jamais ancien. Il ne S’accroche même pas à Ses propres paroles du passé. Cela montre que Dieu ne suit aucune règle. Donc, en tant qu’être humain, si tu t’accroches toujours fermement aux choses du passé, si tu refuses de les abandonner et les appliques rigoureusement à la manière de formules, alors que Dieu n’œuvre plus en utilisant les moyens du passé, alors, tes paroles et tes actions ne sont-elles pas une perturbation ? N’es-tu pas devenu un ennemi de Dieu ? Veux-tu ruiner ta vie entière à cause de ces choses anciennes ? Ces choses anciennes feront de toi quelqu’un qui entrave l’œuvre de Dieu. Est-ce le type de personne que tu veux être ? Si ce n’est vraiment pas ce que tu souhaites, alors arrête tout de suite ce que tu es en train de faire et fais demi-tour ; repars à zéro. Dieu ne Se souviendra pas de ton service passé.

Extrait de « Servir religieusement doit être interdit », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 457)

Concernant le travail, l’homme croit qu’il s’agit de courir de tous les côtés pour Dieu, de prêcher partout et de se dépenser pour Lui. Bien que cette croyance soit correcte, elle est trop unilatérale ; ce que Dieu exige de l’homme n’est pas seulement qu’il coure de tous les côtés pour Lui : au-delà de ça, ce travail concerne le ministère et l’approvisionnement dans l’esprit. Beaucoup de frères et sœurs, même après toutes ces années d’expérience, n’ont jamais pensé à travailler pour Dieu, parce que le travail tel qu’il est conçu par l’homme est incompatible avec ce que Dieu demande. Par conséquent, l’homme ne porte aucun intérêt au travail, ce qui est précisément la raison pour laquelle son entrée est également tout à fait unilatérale. Vous devriez tous commencer votre entrée en travaillant pour Dieu, afin de mieux vous soumettre à tous les aspects de l’expérience. C’est en cela que vous devriez entrer. Le travail ne signifie pas qu’il faille courir de tous les côtés pour Dieu, mais se réfère plutôt à la question de savoir si la vie de l’homme et ce qu’il vit peuvent donner satisfaction à Dieu. Le travail se réfère à l’utilisation par l’homme de sa dévotion à l’égard de Dieu et de sa connaissance de Dieu pour témoigner à Son sujet, et aussi à l’administration des hommes. Telle est la responsabilité de l’homme et c’est ce que tout homme devrait comprendre. On pourrait dire que votre entrée est votre travail, et que vous cherchez à entrer au cours de votre travail pour Dieu. Faire l’expérience de Dieu ne signifie pas seulement que vous savez manger et boire Sa parole : plus important, vous devez savoir comment témoigner au sujet de Dieu, être capable de Le servir, et de prendre soin de l’homme et de subvenir à ses besoins. C’est le travail, et c’est aussi votre entrée ; c’est ce que toute personne devrait accomplir. Nombreux sont ceux qui accordent de l’importance uniquement au fait de courir de tous les côtés pour Dieu et de prêcher partout, mais négligent leur expérience individuelle et leur entrée dans la vie spirituelle. C’est ce qui a conduit ceux qui servent Dieu à devenir ceux qui résistent à Dieu. Ces gens, qui servent Dieu et prennent soin de l’homme depuis toutes ces années, ont simplement considéré le travail et la prédication comme une entrée, et aucun n’a considéré son expérience spirituelle individuelle comme une entrée importante. Au contraire, ils ont considéré l’illumination qu’ils tirent de l’œuvre du Saint-Esprit comme un capital à partir duquel enseigner aux autres. Lorsqu’ils prêchent, ils sont surchargés et font l’objet du travail du Saint-Esprit, et par ce moyen, ils libèrent la voix du Saint-Esprit. À ce moment-là, ceux qui travaillent sont emplis de suffisance, comme si l’œuvre du Saint-Esprit était devenue leur expérience spirituelle individuelle ; ils estiment que toutes les paroles qu’ils prononcent appartiennent à leur être individuel, mais là encore, comme si leur propre expérience n’était pas aussi claire qu’ils l’ont décrite. Qui plus est, avant de parler, ils n’ont pas la moindre idée de ce qu’ils vont dire, mais quand le Saint-Esprit travaille en eux, ils débitent leurs paroles dans un flux ininterrompu. Après que tu as prêché une fois avec une telle attitude, tu sens que ta stature réelle n’est pas si petite que tu croyais, et comme dans une situation dans laquelle le Saint-Esprit aurait travaillé en toi plusieurs fois, tu conclus que tu as déjà la stature et tu crois à tort que le travail du Saint-Esprit est ta propre entrée et ton propre être. Lorsque tu vivras constamment de cette manière, tu deviendras négligent au sujet de ta propre entrée, tu sombreras dans la paresse sans t’en rendre compte et tu cesseras d’accorder de l’importance à ton entrée individuelle. Pour cette raison, lorsque tu prends soin des autres, tu dois clairement faire la distinction entre ta stature et le travail du Saint-Esprit. Cela peut mieux permettre ton entrée et rendre ton expérience plus profitable. Quand l’homme assimile son expérience individuelle au travail du Saint-Esprit, cela devient une source de dépravation. C’est pourquoi Je dis que quel que soit le devoir que vous accomplissez, vous devez considérer votre entrée comme une leçon vitale.

Extrait de « L’œuvre et l’entrée (2) », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 458)

L’homme travaille pour satisfaire la volonté de Dieu, pour amener devant Lui tous ceux qui sont selon le cœur de Dieu, pour amener l’homme à Dieu, et pour présenter le travail du Saint-Esprit et la direction de Dieu à l’homme, perfectionnant ainsi les fruits de l’œuvre de Dieu. Par conséquent, il est impératif que vous soyez totalement clairs concernant l’essence du travail. Étant utilisé par Dieu, chaque homme est digne de travailler pour Dieu, c’est-à-dire que chacun a la possibilité d’être utilisé par le Saint-Esprit. Cependant, il y a un élément que vous devez saisir : quand l’homme fait le travail mandaté par Dieu, l’homme a reçu la possibilité d’être utilisé par Dieu, mais ce qui est dit et connu par l’homme n’est pas entièrement la stature de l’homme. Tout ce que vous pouvez faire, c’est mieux connaître vos propres lacunes au cours de votre travail et entrer en possession d’une plus grande illumination du Saint-Esprit. De cette manière, vous aurez la possibilité d’obtenir une meilleure entrée au cours de votre travail. Si l’homme considère la direction qui vient de Dieu comme sa propre entrée et comme quelque chose qui lui est inhérent, alors la stature de l’homme n’a aucun potentiel de croissance. L’illumination que le Saint-Esprit élabore chez les hommes se produit quand ils sont dans un état normal ; dans de tels moments, les hommes font souvent l’erreur de percevoir l’illumination qu’ils reçoivent comme étant leur propre stature réelle, parce que la manière dont le Saint-Esprit éclaire est exceptionnellement normale, et Il fait usage de ce qui est inhérent à l’homme. Quand les hommes travaillent et parlent, ou quand ils prient et font leurs dévotions spirituelles, une vérité devient soudain claire pour eux. En réalité, cependant, ce que l’homme voit n’est que l’illumination du Saint-Esprit (naturellement, cette illumination est liée à la coopération de l’homme) et ne représente pas la vraie stature de l’homme. Après que l’homme a vécu une période au cours de laquelle il a été confronté à des difficultés et à des épreuves, sa vraie stature devient manifeste dans de telles circonstances. Alors seulement, l’homme découvre que sa stature n’est pas si grande, et l’égoïsme, les considérations personnelles et la cupidité de l’homme apparaissent. Ce n’est qu’après plusieurs cycles de telles expériences que beaucoup de ceux qui ont l’esprit éveillé se rendront compte que ce qu’ils avaient vécu dans le passé n’était pas leur propre réalité individuelle, mais une illumination momentanée du Saint-Esprit, et que l’homme avait tout simplement reçu la lumière. Quand le Saint-Esprit éclaire l’homme afin qu’il comprenne la vérité, c’est souvent d’une manière claire et distincte, sans explication sur la façon dont les choses se sont produites ou sur la direction qu’elles prennent. C’est-à-dire que plutôt qu’intégrer les difficultés de l’homme dans cette révélation, Il révèle la vérité directement. Quand l’homme se heurte à des difficultés dans le processus de l’entrée et intègre alors l’illumination du Saint-Esprit, cela devient l’expérience réelle de l’homme. […] Par conséquent, au même moment où vous recevez l’œuvre du Saint-Esprit, vous devriez attacher encore davantage d’importance à votre entrée, prêtant attention à l’œuvre du Saint-Esprit et à votre entrée, tout en intégrant le travail du Saint-Esprit dans votre entrée, afin d’être perfectionnés par le Saint-Esprit de bien des façons et de telle sorte que l’essence de l’œuvre du Saint-Esprit puisse vous marquer. Au cours de votre expérience de l’œuvre du Saint-Esprit, vous en viendrez à connaître le Saint-Esprit et aussi à vous connaître vous-mêmes, et au milieu de tant de cas d’extrême souffrance, vous développerez une relation normale avec Dieu, et votre relation avec Dieu deviendra plus étroite de jour en jour. Après d’innombrables expériences d’émondage et d’épurement, vous développerez un véritable amour pour Dieu. Voilà pourquoi vous devez comprendre que la souffrance, les coups et les tribulations ne sont pas à craindre ; ce qui est angoissant, c’est de n’avoir que le travail du Saint-Esprit sans votre entrée. Lorsque viendra le jour où l’œuvre de Dieu sera terminée, vous aurez travaillé pour rien ; même si vous avez expérimenté l’œuvre de Dieu, vous n’aurez pas appris à connaître le Saint-Esprit ou n’aurez pas reçu votre propre entrée. L’illumination que le Saint-Esprit crée en l’homme n’a pas pour but de soutenir la passion de l’homme, mais d’ouvrir une voie pour l’entrée de l’homme et de permettre à l’homme de connaître le Saint-Esprit, et ainsi, de développer des sentiments de vénération et d’adoration de Dieu.

Extrait de « L’œuvre et l’entrée (2) », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 459)

La déviation est bien moindre dans le travail de ceux qui ont été émondés, traités, jugés et châtiés, et l’expression de leur travail est beaucoup plus claire. Ceux qui comptent sur leur naturalité pour travailler font des erreurs plutôt majeures. Le travail des gens non perfectionnés exprime trop de leur propre naturalité, ce qui constitue un obstacle majeur à l’œuvre du Saint-Esprit. Quelle que soit la qualité du calibre des gens, ils doivent quand même être émondés, traités et jugés avant de pouvoir faire le travail du mandat de Dieu. S’ils ne subissent pas un tel jugement, peu importe leur succès, leur travail ne peut pas être en accord avec les principes de la vérité et est toujours le fruit de leur propre naturalité et bonté humaine. Le travail de ceux qui ont été émondés, traités et jugés est bien plus clair que le travail de ceux qui n’ont pas été émondés, traités et jugés. Ceux qui n’ont pas subi le jugement n’expriment rien de plus que la chair humaine et les pensées humaines mélangées avec beaucoup d’intelligence humaine et des talents innés. Ce n’est pas l’expression exacte de l’œuvre de Dieu par les hommes. Leurs disciples sont attirés à eux par leur calibre inné. Parce qu’ils expriment trop de la perspicacité et de l’expérience de l’homme, qui sont presque déconnectées de l’intention originelle de Dieu et s’éloignent trop de Dieu, le travail de ce type de gens ne peut amener les hommes devant Dieu, les amène plutôt devant l’homme. Alors, ceux qui n’ont pas subi le jugement et le châtiment ne sont pas qualifiés pour mener à bien l’œuvre du mandat de Dieu. Le travail d’un ouvrier qualifié peut amener les gens sur la bonne voie et leur accorder une meilleure entrée dans la vérité. Son travail peut amener les gens devant Dieu. En outre, le travail qu’il fait peut varier d’un individu à l’autre et n’est pas limité par des règles, accordant aux gens la libération et la liberté et la capacité de progresser graduellement dans la vie et d’avoir une entrée plus profonde dans la vérité. Le travail d’un ouvrier non qualifié est loin d’être suffisant ; son travail est stupide. Il n’a que des règlements à donner aux gens et ce qu’il exige des gens ne varie pas d’un individu à l’autre ; il ne travaille pas en fonction des besoins réels des gens. Dans ce type de travail, il y a trop de règlements et trop de doctrines, et cela ne peut pas amener les gens dans la réalité ni dans la pratique normale de la croissance dans la vie. Il ne peut que permettre aux gens d’adhérer à quelques règles sans valeur. Une telle direction ne peut qu’égarer les gens. Il te guide afin que tu deviennes comme lui ; il peut t’amener dans ce qu’il a et ce qu’il est. Les disciples peuvent discerner si les guides sont qualifiés en regardant la voie qu’ils empruntent et les résultats de leur travail, en considérant si leurs principes sont en accord avec la vérité et si eux-mêmes, les disciples, reçoivent des moyens de pratique appropriés à leur transformation. Tu devrais faire la distinction entre le travail différent de différents types de gens ; tu ne devrais pas être un disciple stupide. Cela a un rapport avec la question de l’entrée des gens. Si tu es incapable de faire la distinction entre un guide qui a une voie et un autre qui n’en a pas, tu seras facilement trompé. Tout cela a une incidence directe sur ta propre vie. Il y a trop de naturalité dans le travail de gens non perfectionnés ; il y a trop de volonté humaine dans le mélange. Leur être est la naturalité, ce qu’ils avaient à la naissance. Ce n’est pas la vie après avoir été traité ni la réalité après avoir été transformé. Comment une telle personne peut-elle soutenir ceux qui cherchent la vie ? La vie originelle de l’homme est son intelligence innée ou son talent inné. Ce genre d’intelligence ou de talent sont plutôt éloignés des exigences exactes de Dieu envers l’homme. Si un homme n’a pas été perfectionné et son tempérament corrompu n’a pas été émondé et traité, il y aura un grand écart entre ce qu’il exprime et la vérité ; ce qu’il exprime sera mélangé avec des choses vagues comme son imagination et son expérience unilatérale, etc. En outre, indépendamment de la façon dont il travaille, les gens sentent qu’il n’y a pas d’objectif global et pas de vérité qui convienne à l’entrée de tous les gens. La majorité des exigences placées sur les gens dépassent leur capacité, autant leur demander de chercher la quadrature du cercle. C’est le travail de la volonté humaine. Le tempérament corrompu de l’homme, ses pensées et ses notions imprègnent toutes les parties de son corps. L’homme ne naît pas avec l’instinct de pratiquer la vérité ni n’a l’instinct de comprendre directement la vérité. Ajoutez à cela le tempérament corrompu de l’homme, et alors quand ce genre d’individu naturel travaille, ne provoque-t-il pas des interruptions ? Mais un homme qui a été perfectionné a l’expérience de la vérité que les gens devraient comprendre et la connaissance de leurs tempéraments corrompus, de sorte que les choses vagues et irréelles dans son travail diminuent graduellement, les falsifications humaines deviennent moins nombreuses et son travail et son service se rapprochent de plus en plus des normes requises par Dieu. Ainsi, son travail est entré dans la réalité-vérité et est aussi devenu réaliste. Les pensées dans l’esprit de l’homme en particulier bloquent l’œuvre du Saint-Esprit. L’homme a une riche imagination, une logique raisonnable et une longue expérience de la gestion des affaires. Si ces aspects de l’homme ne subissent pas l’émondage et la correction, ils sont tous des obstacles à l’œuvre. Par conséquent, le travail de l’homme ne peut pas atteindre le plus haut degré de précision, en particulier le travail des gens non perfectionnés.

Extrait de « L’œuvre de Dieu et le travail de l’homme », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 460)

Tu dois avoir une compréhension des nombreux états dans lesquels les hommes seront lorsque le Saint-Esprit œuvrera en eux. Ceux qui coordonnent le service de Dieu, en particulier, doivent avoir une compréhension encore meilleure des nombreuses conditions engendrées par l’œuvre que le Saint-Esprit réalise sur les hommes. Si tu parles uniquement des nombreuses expériences et des moyens d’entrer, cela montre que ton expérience est trop partiale. Sans connaître ton véritable état ni saisir le principe-vérité, il ne te sera pas possible d’atteindre un changement de tempérament. Sans connaître les principes de l’œuvre du Saint-Esprit ni comprendre les résultats qu’elle produit, il sera difficile de discerner l’œuvre d’esprits maléfiques. Tu dois exposer l’œuvre d’esprits maléfiques, de même que les notions des hommes, et aller directement au cœur de la question. Tu dois également souligner de nombreuses déviations dans la pratique des gens et dans les problèmes qu’ils rencontrent dans leur foi en Dieu, afin qu’ils puissent les reconnaître. Tout au moins, tu ne dois pas faire en sorte qu’ils se sentent négatifs ou passifs. Cependant, tu dois comprendre les difficultés qui existent de manière objective pour la plupart des gens. Tu ne dois pas être déraisonnable ni t’épuiser à la tâche en vain. Ce serait un comportement stupide. Pour résoudre les nombreuses difficultés des hommes, tu dois d’abord saisir la dynamique de l’œuvre du Saint-Esprit, comment Il accomplit Son œuvre en fonction des personnes ; tu dois comprendre les difficultés des hommes et leurs manquements ; tu dois trouver l’essence du problème et toucher sa source, sans commettre de déviation ni d’erreur. Seul ce type de personne est qualifié pour coordonner le service de Dieu.

Que tu puisses ou non saisir les problèmes clés et voir de nombreuses choses clairement, cela dépend de tes expériences individuelles. La manière dont tu expérimentes est aussi celle dont tu diriges les autres. Si tu comprends la lettre et les doctrines, alors tu conduiras les autres à les comprendre. La manière dont tu expérimentes la réalité des paroles de Dieu est celle dont tu conduis les autres à entrer dans la réalité des déclarations de Dieu. Si tu es en mesure de comprendre de nombreuses vérités et de voir clairement beaucoup de choses dans les paroles de Dieu, tu peux alors aussi conduire les autres à comprendre de nombreuses vérités et ceux que tu diriges auront une compréhension claire des visions. Si tu te concentres sur la compréhension des sentiments surnaturels, alors ceux que tu diriges en feront de même. Si tu négliges la pratique et mets plutôt l’accent sur la discussion, ceux que tu diriges se concentreront également sur la discussion, sans la moindre pratique ni transformation de leur tempérament, leur enthousiasme ne sera que superficiel et ils n’auront pratiqué aucune vérité. Tous les hommes donnent aux autres ce qu’ils possèdent eux-mêmes. Le type de personne que l’on est détermine le chemin sur lequel on dirige les autres, ainsi que le type de personnes que l’on conduit. Pour être vraiment apte à être utilisé par Dieu, vous devez non seulement avoir une aspiration, mais aussi beaucoup de Son éclairage et des orientations venant de Ses paroles, ainsi qu’avoir connu l’expérience de Son traitement et de l’épurement de Ses paroles. Sur cette base, en temps normal, vous devriez prêter attention à vos observations, réflexions, méditations et conclusions, et pratiquer l’assimilation ou l’élimination en conséquence. Ce sont tous des chemins pour votre entrée dans la réalité et tous sont indispensables. C’est ainsi qu’œuvre Dieu. Si tu entres dans cette méthode par laquelle Il réalise Son œuvre, alors tu auras tous les jours des occasions d’être amené à la perfection par Dieu. À tout moment, que tu sois dans un environnement hostile ou favorable, que tu sois éprouvé ou tenté, que tu travailles ou non, que tu mènes une vie solitaire ou vives en communauté, tu trouveras toujours des occasions d’être amené à la perfection par Dieu, sans jamais en manquer une seule. Tu seras en mesure de les découvrir toutes et, de cette façon, tu auras trouvé le secret pour expérimenter les paroles de Dieu.

Extrait de « Ce dont un berger compétent doit être équipé », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 461)

De nos jours, beaucoup de gens ne font pas attention aux leçons à tirer quand ils collaborent avec les autres. J’ai découvert que beaucoup d’entre vous ne peuvent tirer aucune leçon quand ils collaborent avec les autres ; la plupart d’entre vous s’en tiennent à leurs propres opinions. Lorsque tu travailles dans l’Église, tu dis ce que tu penses, un autre dit ce qu’il pense, et l’un n’a aucun rapport avec l’autre ; vous ne coopérez pas du tout en fait. Vous êtes tous très absorbés par la simple communication de vos propres idées ou par la libération des « fardeaux » que vous portez à l’intérieur de vous, vous ne cherchez pas la vie, même de la façon la plus médiocre. Tu sembles ne faire le travail que de façon superficielle, croyant toujours que tu devrais suivre ton propre chemin, peu importe ce que quiconque dit ou pense ; tu crois que tu devrais échanger selon la direction du Saint-Esprit, quelles que soient les circonstances des autres. Tu n’es pas capable de découvrir les forces des autres et tu n’es pas capable non plus de t’examiner toi-même. Votre acceptation des choses est vraiment perverse et erronée. On peut dire que même maintenant, tu manifestes toujours beaucoup de suffisance, comme si tu avais rechuté dans cette vieille maladie. Vous ne communiquez pas les uns avec les autres de manière à atteindre une ouverture totale. Par exemple, vous ne communiquez jamais sur le type de résultat que vous avez atteint en travaillant dans certaines Églises ou sur la condition récente de tes états intérieurs, etc. ; vous ne communiquez tout simplement jamais à propos de telles choses. Vous ne prêtez absolument aucune attention à certaines pratiques comme l’abandon de vos propres notions ou le renoncement à vous-mêmes. Les dirigeants et les ouvriers ne pensent qu’à la manière d’empêcher leurs frères et sœurs d’être négatifs et la manière de les amener à suivre avec vigueur. Cependant, vous pensez tous que suivre avec vigueur est suffisant en soi, et fondamentalement, vous ne comprenez pas ce que signifient se connaître soi-même et renoncer à soi-même, encore moins comprenez-vous ce que signifie servir en harmonie avec les autres. Vous ne pensez qu’à avoir vous-mêmes la volonté de rendre à Dieu Son amour, à avoir la volonté de vivre vous-mêmes le style de Pierre. En dehors de ces choses, vous ne pensez à rien d’autre. Tu dis même que peu importe ce que font les autres, tu ne te soumettras pas aveuglément, et que peu importe comment sont les autres, toi-même tu chercheras à être perfectionné par Dieu, et cela suffira. Le fait est, cependant, que ta volonté n’a pas du tout trouvé une expression concrète dans la réalité. Tout cela n’est-il pas le genre de comportement que vous affichez de nos jours ? Chacun de vous tient fermement à sa propre idée, et vous désirez tous être perfectionnés. Je vois que vous avez servi pendant si longtemps sans avoir fait beaucoup de progrès ; en particulier, dans cette leçon du travail ensemble en harmonie, vous n’avez absolument rien obtenu ! Lorsque tu visites les Églises, tu communiques à ta manière et les autres communiquent à leur manière. Il y a rarement une collaboration harmonieuse, et cela est encore plus vrai pour les adeptes de rang inférieur. C’est-à-dire qu’il y a rarement parmi vous quelqu’un qui comprend ce que servir Dieu signifie ou comment on doit servir Dieu. Vous êtes embrouillés et vous traitez les leçons de ce genre comme des questions insignifiantes. Il y a même beaucoup de gens qui non seulement n’arrivent pas à pratiquer cet aspect de la vérité, mais qui font aussi sciemment du tort. Même ceux qui ont servi pendant de nombreuses années se battent et complotent les uns contre les autres. Ils sont jaloux et compétitifs. C’est chacun pour soi et ils ne collaborent pas du tout. Toutes ces choses ne représentent-elles pas votre stature réelle ? Vous qui servez ensemble quotidiennement, vous êtes comme les Israélites qui servaient directement Dieu Lui-même chaque jour dans le temple. Comment se fait-il que vous, qui servez Dieu, ne sachiez pas du tout comment vous concerter ou comment servir ?

Extrait de « Servir comme les Israélites », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 462)

L’exigence qui vous est imposée aujourd’hui de travailler ensemble en harmonie est semblable au service que l’Éternel requérait des Israélites : sinon, cessez tout simplement d’exécuter du service. Parce que vous êtes des gens qui servent Dieu directement, à tout le moins vous devez être capables de loyauté et de soumission dans votre service, et devez également être en mesure de tirer des leçons de manière pratique. En particulier, pour ceux d’entre vous qui travaillent dans l’Église, est-ce que l’un des frères et sœurs d’un rang inférieur au vôtre oserait avoir affaire à vous ? Quelqu’un oserait-il vous indiquer vos erreurs en face ? Vous vous imposez à tout le monde ; vous régnez réellement en rois ! Vous n’étudiez même pas ni n’entrez dans ce genre de leçons pratiques, pourtant vous parlez toujours de servir Dieu ! À l’heure actuelle, il t’est demandé de diriger un certain nombre d’Églises, mais non seulement tu ne renonces pas à toi-même, mais tu t’accroches même à tes propres notions et opinions, disant par exemple : « Je crois que cette chose devrait être faite de cette façon, comme Dieu a dit que nous ne devrions pas être retenus par les autres et que de nos jours nous ne devrions pas nous soumettre aveuglément. » Par conséquent, chacun de vous tient à sa propre opinion et personne n’obéit à l’autre. Bien que tu saches clairement que ton service est dans une impasse, tu dis quand même : « À mon avis, ma manière n’est pas loin du but. En tout cas, nous avons tous un point de vue : parle du tien et je parlerai du mien ; échange sur tes perspectives et je parlerai de mon entrée. » Tu n’assumes jamais la responsabilité des nombreuses choses qui doivent être traitées, ou tu te débrouilles tout simplement, chacun de vous présentant ses propres opinions et protégeant prudemment son propre statut, sa propre réputation et sa propre face. Aucun de vous n’est prêt à s’humilier, et aucun des partis ne prend l’initiative de renoncer à lui-même et de compenser les lacunes de l’autre afin que la vie puisse progresser plus rapidement. Lorsque vous vous concertez, vous devez apprendre à chercher la vérité. Vous pourriez dire : « Je n’ai pas une bonne compréhension de cet aspect de la vérité. Quelle expérience en as-tu ? » Ou vous pourriez dire : « Tu as plus d’expérience que moi en ce qui concerne cet aspect ; pourrais-tu s’il te plaît me donner une certaine direction ? » Ne serait-ce pas une bonne façon de procéder ? Vous avez écouté un grand nombre de sermons et avez de l’expérience dans l’exécution du service. Si vous n’apprenez pas les uns des autres, ne vous aidez pas entre vous, ni ne compensez vos lacunes mutuelles lorsque vous travaillez dans les Églises, comment pouvez-vous en tirer des leçons ? Chaque fois que vous faites face à quelque chose, vous devriez échanger entre vous afin que votre vie puisse en bénéficier. De plus, vous devriez attentivement échanger sur des sujets de toute sorte avant de prendre des décisions. Ce n’est qu’en agissant ainsi que vous assumez la responsabilité de l’Église plutôt que d’agir simplement de manière superficielle. Après avoir visité toutes les Églises, vous devriez vous rassembler et échanger sur toutes les questions que vous avez découvertes et tous les problèmes rencontrés dans votre travail, et ensuite vous devriez communiquer sur l’éclairage et l’illumination que vous avez reçus : c’est une pratique de service indispensable. Vous devez parvenir à une coopération harmonieuse pour les besoins de l’œuvre de Dieu, pour le profit de l’Église et afin de motiver vos frères et sœurs à progresser. Tu devrais collaborer avec les autres, chacun corrigeant l’autre et parvenant à un meilleur résultat de travail, de manière à te préoccuper de la volonté de Dieu. C’est cela la véritable coopération, et seuls ceux qui y participent gagneront une véritable entrée. En coopérant, certains des mots que vous prononcez peuvent ne pas être convenables, mais cela n’a pas d’importance. Échangez sur ce sujet plus tard et retirez-en une compréhension claire ; ne le négligez pas. Après ce genre d’échange, vous pouvez compenser les carences de vos frères ou de vos sœurs. Ce n’est qu’en approfondissant votre travail de cette manière que vous pourrez obtenir de meilleurs résultats. Chacun de vous, en tant que personne qui sert Dieu, doit être capable de défendre les intérêts de l’Église en tout ce qu’il fait au lieu de simplement considérer ses propres intérêts. Il est inacceptable d’agir seul, en se minant toujours les uns les autres. Les gens qui se comportent ainsi ne sont pas aptes à servir Dieu ! Des gens de ce genre ont un terrible tempérament ; il ne leur reste pas une once d’humanité. Ils sont Satan à cent pour cent ! Ce sont des bêtes ! Même maintenant, de telles choses se produisent encore parmi vous. Vous allez même jusqu’à vous attaquer les uns les autres pendant les échanges, cherchant intentionnellement des prétextes et vous fâchant tout rouge en vous disputant sur une question banale, aucun ne voulant se rendre, chacun cachant ses pensées intérieures à l’autre, regardant attentivement l’autre parti et étant toujours sur ses gardes. Ce genre de tempérament convient-il au service de Dieu ? Un travail comme le vôtre peut-il fournir quoi que ce soit à vos frères et sœurs ? Non seulement tu n’es pas en mesure de guider les gens vers un bon parcours de vie, mais tu insuffles en fait tes propres tempéraments corrompus à l’intérieur de tes frères et sœurs. Ne fais-tu pas du tort aux autres ? Ta conscience est horrible, et elle est pourrie jusqu’à la moelle ! Tu n’entres pas dans la réalité ni ne mets la vérité en pratique. De plus, tu exposes ta nature diabolique aux autres sans vergogne. Tu ne connais tout simplement aucune honte ! Ces frères et sœurs t’ont été confiés, mais tu les emmènes en enfer. Ta conscience n’a-t-elle pas pourri ? Tu n’as absolument aucune honte !

Extrait de « Servir comme les Israélites », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 463)

Es-tu capable de communiquer le tempérament exprimé par Dieu à chaque ère de manière concrète, dans un langage qui transmet correctement la signification de cette ère ? Toi qui fais l’expérience de l’œuvre de Dieu des derniers jours, es-tu capable de décrire en détail le juste tempérament de Dieu ? Peux-tu témoigner du tempérament de Dieu avec clarté et précision ? Comment transmettras-tu ce que tu as vu et expérimenté à ces pitoyables croyants religieux, malheureux et fervents qui ont faim et soif de justice et espèrent que tu les paisses ? Quels types de gens espèrent que tu les paisses ? Peux-tu l’imaginer ? Es-tu conscient du fardeau sur tes épaules, de ta commission et de ta responsabilité ? Où est ton sens de la mission historique ? Comment serviras-tu adéquatement en maître à la prochaine ère ? As-tu un sens élevé de maîtrise ? Comment expliquerais-tu le maître de toutes choses ? Est-ce réellement le maître de toutes les créatures vivantes et de toutes les choses physiques dans le monde ? Quels plans as-tu pour la progression de la prochaine étape de l’œuvre ? Combien de personnes attendent que tu sois leur berger ? Ta tâche est-elle lourde ? Ils sont malheureux, pitoyables, aveugles, et éperdus, gémissant dans les ténèbres. Où est le chemin ? Combien ils aspirent à ce que la lumière, comme une étoile filante, descende soudainement et dissipe les forces des ténèbres qui ont accablé les hommes depuis tant d’années. Qui peut savoir exactement dans quelle mesure ils espèrent anxieusement et comment ils languissent jour et nuit après cela ? Ces hommes qui souffrent profondément restent emprisonnés dans un donjon obscur, sans espoir d’être libérés, même un jour où la lumière illumine. Quand cesseront-ils de pleurer ? Le malheur de ces esprits fragiles, à qui l’on n’a jamais accordé le repos, est terrible, et ils ont longtemps été gardés attachés dans cet état par d’impitoyables liens et par l’histoire figée. Qui a entendu les cris de leurs gémissements ? Qui a observé leur état misérable ? As-tu jamais imaginé à quel point le cœur de Dieu est chagriné et anxieux ? Comment peut-Il supporter de voir l’humanité innocente, créée de Ses propres mains, endurer un tel tourment ? Après tout, les êtres humains sont les victimes qui ont été empoisonnées. Bien que l’homme ait survécu jusqu’à ce jour, qui aurait su que l’humanité a depuis longtemps été empoisonnée par le malin ? As-tu oublié que tu es l’une des victimes ? Dans ton amour pour Dieu, n’es-tu pas prêt à t’efforcer de sauver ces survivants ? N’es-tu pas prêt à consacrer toute ton énergie à rembourser Dieu qui aime l’humanité comme Sa propre chair et Son propre sang ? Tout compte fait, comment interprètes-tu ton utilisation par Dieu pour vivre ta vie extraordinaire ? As-tu réellement la détermination et la confiance pour vivre la vie riche de sens d’une personne pieuse qui sert Dieu ?

Extrait de « Comment devrais-tu entreprendre ta future mission ? », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 464)

L’homme a foi en Moi, mais ne peut pas Me rendre témoignage, ni témoigner de Moi avant que Je me fasse connaître. L’homme voit seulement que Je dépasse les créatures et tous les saints. Il voit que l’œuvre que J’accomplis ne peut pas être réalisée par les hommes. Ainsi, des Juifs aux hommes de nos jours, toute personne ayant vu Mes actes glorieux est tout simplement pleine de curiosité à Mon égard. Pourtant, la bouche d’aucune créature n’a pu Me rendre témoignage. Seul Mon Père M’a rendu témoignage et M’a tracé un chemin parmi toutes les créatures. Sinon, peu importe la manière dont J’œuvrais, l’homme n’aurait jamais su que J’étais le Seigneur de la création, car il ne sait que prendre et sa foi en Moi ne découle pas de Mon œuvre. L’homme ne Me connaît que parce que Je suis innocent et exempt de péchés, parce que Je peux expliquer de nombreux mystères, parce que Je suis au-dessus de la multitude ou parce qu’il a tiré de Moi de nombreux bénéfices. Pourtant, rares sont ceux qui pensent que Je suis le Seigneur de la création. Voilà pourquoi Je dis que l’homme ne sait pas pourquoi il a foi en Moi. Il ne sait pas quel est le but, ni quelle est la signification de la foi en Moi. L’homme ne détient pas assez de réalité et cela le rend presque indigne de Me rendre témoignage. Vous avez trop peu de foi véritable. Vous avez acquis trop peu, donc votre témoignage est trop faible. De plus, vous comprenez trop peu et êtes trop déficients, ce qui vous rend presque inaptes à témoigner de Mes actes. Votre détermination est en effet considérable, mais êtes-vous certains que vous serez en mesure de témoigner brillamment de l’essence de Dieu ? Ce que vous avez vécu et vu surpasse ce que les saints et prophètes de jadis ont vu et vécu, mais êtes-vous en mesure de rendre un meilleur témoignage que ces saints et prophètes de jadis ? Ce que Je vous donne maintenant dépasse Moïse et éclipse David, alors Je demande que votre témoignage surpasse celui de Moïse et que vos paroles soient meilleures que celles de David. Je vous donne au centuple, alors Je vous demande de Me rembourser de la même manière. Vous devez savoir que Je suis Celui qui donne la vie à l’humanité, et c’est vous qui recevez la vie de Moi et qui devez Me rendre témoignage. C’est le devoir que Je vous confie et que vous devez faire pour Moi. Je vous ai conféré toute Ma gloire et la vie que le peuple élu, les Israélites, n’a jamais reçue. En toute justice, vous devez Me rendre témoignage, Me consacrer votre jeunesse et donner votre vie pour Moi. Celui à qui Je conférerai Ma gloire devra Me rendre témoignage et donner sa vie pour Moi. Je l’ai prédestiné depuis longtemps. Vous avez de la chance que Je vous confère Ma gloire et votre devoir est d’en témoigner. Si vous ne croyez en Moi que pour recevoir des bénédictions, alors Mon œuvre n’aurait pas eu beaucoup de sens et vous n’accompliriez pas votre devoir. Les Israélites n’ont vu que Ma miséricorde, Mon amour et Ma grandeur, et les Juifs, Ma patience et Ma rédemption. Ils n’ont vu que très, très peu de l’œuvre de Mon Esprit, au point qu’ils ne comprenaient qu’un dix millième de ce que vous avez vu et entendu. Ce que vous avez vu dépasse même ce qu’ont vu les principaux sacrificateurs parmi eux. Aujourd’hui, la vérité que vous avez comprise surpasse la leur ; ce que vous avez vu ce jour dépasse ce qui était vu à l’ère de la Loi, ainsi qu’à l’ère de la Grâce, et ce que vous avez vécu dépasse même ce que Moïse et Élie ont vécu. Car ce que les Israélites ont compris n’était que la loi de l’Éternel et ce qu’ils ont vu n’était que Son dos. Ce que les Juifs ont compris n’était que la rédemption de Jésus, ce qu’ils ont reçu n’était que la grâce qu’Il a accordée et ce qu’ils ont vu n’était que Son image dans la maison des Juifs. Ce que vous voyez aujourd’hui, c’est la gloire de l’Éternel, la rédemption de Jésus et tous Mes actes de ce jour. Vous avez également entendu les paroles de Mon Esprit, apprécié Ma sagesse, appris à connaître Ma splendeur et découvert Mon tempérament. J’ai également partagé tout Mon plan de gestion avec vous. Ce que vous avez vu n’est pas seulement un Dieu aimant et miséricordieux, mais un Dieu rempli de justice. Vous avez vu Ma merveilleuse œuvre et su que Je suis rempli de colère et de majesté. En outre, vous savez que J’ai déjà déversé Ma fureur déchaînée sur la maison d’Israël et qu’aujourd’hui, c’est votre tour. Vous avez compris davantage de Mes mystères dans le ciel qu’Ésaïe et Jean. Vous en savez plus sur Ma beauté et Ma respectabilité que tous les saints des générations précédentes. Ce que vous avez reçu n’est pas seulement Ma vérité, Ma voie et Ma vie, mais une vision et une révélation supérieures à celles de Jean. Vous avez compris beaucoup plus de mystères et avez également vu Mon vrai visage. Vous avez accepté davantage de Mon jugement et connaissez davantage de Mon tempérament juste. Ainsi, bien que vous soyez nés dans les derniers jours, votre compréhension est celle de l’ancien et du passé. Vous avez aussi connu ce qui est de ce jour, qui a été accompli par Ma main. Ce que Je vous demande n’est pas déraisonnable, car Je vous ai donné beaucoup et vous avez beaucoup vu en Moi. Par conséquent, Je vous demande de témoigner de Moi auprès des saints de tous les temps. Tel est Mon seul désir.

Extrait de « Que connais-tu de la foi ? », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 465)

Maintenant, sais-tu vraiment pourquoi tu crois en Moi ? Connais-tu vraiment le but et la signification de Mon œuvre ? Connais-tu vraiment ton devoir ? Connais-tu vraiment Mon témoignage ? Si tu crois simplement en Moi, mais que ni Ma gloire ni Mon témoignage ne sont visibles en toi, alors Je t’ai rejeté depuis longtemps. Quant à ceux qui savent tout, ils sont encore plus d’épines dans Mon œil. Dans Ma maison, ils ne sont rien de plus que des obstacles sur Mon chemin. Ils sont l’ivraie qui doit être complètement vannée de Mon œuvre. Ils n’ont pas la moindre utilité et sont bons à rien. Je les déteste depuis longtemps. Quant à ceux qui n’ont pas de témoignage, Ma colère s’abat perpétuellement sur eux et Ma verge ne s’éloigne jamais d’eux. Je les ai remis aux mains du malin depuis longtemps et ils n’ont aucune de Mes bénédictions. Quand le jour viendra, leur punition sera beaucoup plus pénible que celle des folles. Maintenant, Je ne fais que l’œuvre qu’il est Mon devoir d’accomplir. Je vais lier tout le blé en gerbes avec cette ivraie. C’est Mon œuvre maintenant. Cette ivraie sera vannée du bon grain au moment de Mon vannage, ensuite les grains de blé seront rassemblés dans l’entrepôt et l’ivraie vannée sera jetée au feu pour être brûlée en cendres. Maintenant, Mon œuvre consiste simplement à lier tous les hommes en gerbes, c’est-à-dire à les conquérir complètement. Ensuite, Je commencerai à vanner pour révéler la fin de tous les hommes. Tu dois donc savoir comment tu dois Me satisfaire maintenant et comment tu dois emprunter la bonne voie dans ta foi en Moi. Ce que Je désire, c’est ta fidélité, ton obéissance, ton amour et ton témoignage maintenant. Même si tu ne sais pas, à l’heure actuelle, ce que sont le témoignage et l’amour, tu dois Me donner tout ton être et Me remettre les seuls trésors que tu possèdes : ta fidélité et ton obéissance. Tu dois savoir que le témoignage de Ma victoire sur Satan se trouve dans la loyauté et l’obéissance de l’homme, tout comme le témoignage de Ma conquête complète de l’homme. Le devoir de ta foi en Moi est de témoigner pour Moi, de M’être fidèle, à Moi et à personne d’autre, et d’être obéissant jusqu’à la fin. Avant que J’entame la prochaine étape de Mon œuvre, comment Me rendras-tu témoignage ? Comment Me seras-tu fidèle et obéissant ? Vas-tu consacrer toute ta fidélité à ta fonction ou simplement abandonner ? Souhaiterais-tu plutôt te soumettre à tous Mes arrangements (même la mort ou la destruction) ou fuir à mi-chemin pour éviter Mon châtiment ? Je te châtie afin que tu Me rendes témoignage et que tu Me sois fidèle et obéissant. En outre, le châtiment à l’heure actuelle sert à inaugurer la prochaine étape de Mon œuvre et à permettre à l’œuvre de progresser sans entrave. Par conséquent, Je t’exhorte à être sage et à ne pas traiter ta vie ni la signification de ton existence comme un terrain sablonneux sans valeur. Peux-tu savoir exactement ce que sera Ma prochaine œuvre ? Sais-tu comment Je travaillerai dans les jours à venir et comment se déroulera Mon œuvre ? Tu dois connaître la signification de l’expérience que tu as de Mon œuvre et, en outre, la signification de ta foi en Moi. J’ai tant réalisé. Comment pourrais-Je abandonner à mi-chemin comme tu te l’imagines ? J’ai accompli une œuvre si vaste. Comment pourrais-Je la détruire ? En effet, Je suis venu mettre fin à cette ère. Cela est vrai, mais tu dois aussi savoir que Je vais commencer une nouvelle ère, une nouvelle œuvre et, surtout, diffuser l’Évangile du royaume. Ainsi, tu dois savoir que l’œuvre actuelle consiste seulement à commencer une nouvelle ère, à jeter les bases pour la diffusion de l’Évangile à long terme et pour la conclusion future de cette ère. Mon œuvre n’est pas aussi simple que tu le penses, elle n’est pas non plus sans valeur ni sans importance comme tu peux le croire. Par conséquent, Je dois encore te dire : tu dois donner ta vie pour Mon œuvre et, plus encore, tu dois te consacrer à Ma gloire. J’ai tant attendu que tu Me rendes témoignage et J’ai attendu encore plus longtemps que tu répandes Mon Évangile. Tu dois comprendre ce qu’il y a dans Mon cœur.

Extrait de « Que connais-tu de la foi ? », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 466)

Bien que votre foi soit très sincère, aucun de vous n’est capable de rendre pleinement compte de Moi, aucun de vous n’est capable de rendre entièrement témoignage de tous les faits que vous voyez. Pensez-y. Aujourd’hui, la plupart d’entre vous sont négligents dans leurs devoirs, cherchant plutôt la chair, assouvissant la chair et jouissant goulûment de la chair. Vous détenez peu de vérité. Comment pouvez-vous alors rendre témoignage de tout ce que vous avez vu ? Êtes-vous réellement persuadés que vous pouvez être Mes témoins ? Si, un jour, tu es incapable de témoigner de tout ce que tu as vu aujourd’hui, alors tu auras perdu la fonction d’un être créé. Il n’y aura aucun sens à ton existence. Tu ne seras pas digne d’être un humain. On pourrait même dire que tu ne seras pas humain ! J’ai accompli en vous une œuvre d’une ampleur infinie. Mais, quand Je devrai étendre Mon œuvre, tu auras le regard vide, resteras bouche bée et seras complètement inutile, parce qu’en ce moment tu n’apprends rien, tu ne sais rien et tu travailles en vain. Cela ne fera-t-il pas de toi un pécheur à jamais ? Quand arrivera ce moment, n’auras-tu pas les plus profonds regrets ? Ne céderas-tu pas à l’abattement ? Je ne réalise pas Mon œuvre aujourd’hui par oisiveté et ennui, mais pour jeter les bases de Mon œuvre future. Ce n’est pas parce que Je suis dans une impasse et dois présenter quelque chose de nouveau. Tu devrais comprendre l’œuvre que Je fais ; ce n’est pas quelque chose qu’accomplit un enfant qui joue dans la rue, mais c’est une représentation de Mon Père. Vous devriez savoir que Je ne suis pas en train de faire tout cela seul, mais que Je représente Mon Père. Pendant ce temps, votre rôle consiste strictement à suivre, obéir, changer et témoigner. Vous devez comprendre la raison pour laquelle vous devez croire en Moi. C’est la question la plus importante que chacun de vous doit comprendre. Mon Père, pour l’amour de Sa gloire, vous a tous prédestinés pour Moi à partir du moment où Il a créé le monde. C’est pour le bien de Mon œuvre et pour l’amour de Sa gloire qu’Il vous a prédestinés. C’est en raison de Mon Père que vous croyez en Moi ; c’est en raison du travail de prédestination de Mon Père que vous Me suivez. Rien de cela ne relève de votre choix. Il est encore plus important que vous compreniez que vous êtes ceux que Mon Père M’a confiés pour que vous Me rendiez témoignage. Puisqu’Il vous a confiés à Moi, vous devez vous conformer aux chemins que Je vous montre, ainsi qu’aux chemins et aux paroles que Je vous enseigne, car il est de votre devoir de respecter Mes chemins. C’est là la raison originelle de votre foi en Moi. Alors, Je vous dis ceci : vous êtes simplement des gens que Mon Père M’a confiés pour que vous vous conformiez à Mes chemins. Cependant, vous ne faites que croire en Moi. Vous n’êtes pas de Moi, parce que vous n’êtes pas de la famille des Israélites, mais au contraire de l’espèce de l’ancien serpent. Tout ce que Je vous demande de faire, c’est de Me rendre témoignage, mais aujourd’hui vous devez emprunter Mes chemins. Tout cela est pour le bien des témoignages futurs. Si vous fonctionnez seulement comme des personnes qui écoutent Mes chemins, alors vous n’aurez aucune valeur et le fait que Mon Père vous a confiés à Moi perdra son sens. J’insiste sur ce point : vous devez emprunter Mes chemins.

Extrait de « Quelle est ta compréhension de Dieu ? », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 467)

Comment le Saint-Esprit travaille-t-Il dans l’Église de nos jours ? As-tu une bonne compréhension de cette question ? Quelles sont les plus grandes difficultés de tes frères et sœurs ? De quoi manquent-ils le plus ? À l’heure actuelle, il y a des gens qui sont négatifs alors qu’ils subissent des épreuves, et certains se plaignent même. D’autres ne vont plus de l’avant parce que Dieu a cessé de parler. Les gens ne sont pas entrés dans la bonne voie de la croyance en Dieu. Ils ne peuvent pas vivre de manière autonome et ils ne peuvent pas maintenir leur propre vie spirituelle. Certaines gens suivent et poursuivent énergiquement, et ils sont prêts à pratiquer lorsque Dieu parle, mais quand Dieu ne parle pas, ils ne vont plus de l’avant. Les gens n’ont toujours pas compris la volonté de Dieu dans leur cœur, et ils n’ont pas un amour spontané pour Dieu ; ils suivaient Dieu dans le passé parce qu’ils y étaient forcés. Maintenant, il y a des gens qui sont las de l’œuvre de Dieu. Ces gens ne sont-ils pas en danger ? Beaucoup de gens existent dans un simple état de survie. Bien qu’ils mangent et boivent les paroles de Dieu et Le prient, ils le font avec un cœur partagé et ils n’ont plus l’élan qu’ils avaient autrefois. La plupart des gens ne s’intéressent pas à l’œuvre d’épurement et de perfection de Dieu et, en effet, c’est comme s’ils n’avaient jamais d’élan intérieur. Lorsqu’ils sont vaincus par des transgressions, ils ne se sentent pas redevables à Dieu ni ne sont conscients de ressentir du remords. Ils ne poursuivent pas la vérité ni ne quittent l’Église, et à la place ils ne poursuivent que des plaisirs temporaires. Ces gens sont des idiots, totalement insensés ! Quand le moment viendra, ils seront tous expulsés, et pas un seul ne sera sauvé ! Penses-tu que si quelqu’un a été sauvé une fois, il sera toujours sauvé ? Cette croyance est une pure supercherie ! Tous ceux qui ne cherchent pas une entrée dans la vie seront châtiés. La plupart des gens n’ont absolument aucun intérêt à entrer dans la vie, dans les visions, ou à mettre la vérité en pratique. Ils ne cherchent pas à entrer, et ils ne cherchent certainement pas à entrer plus profondément. Ne se ruinent-ils pas eux-mêmes ? À l’heure actuelle, il y a une partie des gens dont les conditions s’améliorent constamment. Plus le Saint-Esprit œuvre, plus ils deviennent confiants ; plus ils ont d’expérience, plus ils ressentent le profond mystère de l’œuvre de Dieu. Plus ils entrent en profondeur, plus ils comprennent. Ils sentent que l’amour de Dieu est tellement grand, et ils se sentent stables et éclairés en eux-mêmes. Ils ont une compréhension de l’œuvre de Dieu. Ce sont les personnes dans lesquelles œuvre le Saint-Esprit. Certaines personnes disent : « Bien qu’il n’y ait pas de nouvelles paroles venant de Dieu, je dois toujours chercher à approfondir la vérité, je dois être sérieuse à propos de chaque chose dans mon expérience réelle et entrer dans la réalité des paroles de Dieu. » Ce genre de personne possède l’œuvre du Saint-Esprit. Bien que Dieu ne montre pas Son visage, qu’Il soit caché à chacune des personnes, qu’Il ne prononce aucune parole et qu’il y ait des moments où les gens connaissent un épurement interne, Dieu n’a pas complètement quitté les gens. Si une personne ne peut pas conserver la vérité qu’elle est censée accomplir, elle n’aura pas l’œuvre du Saint-Esprit. Au cours de la période d’épurement, quand Dieu ne Se montre pas, si tu n’as pas confiance, mais qu’à la place tu bas en retraite, si tu ne te concentres pas sur l’expérience de Ses paroles, alors tu fuis l’œuvre de Dieu. Plus tard, tu seras l’un de ceux qui sont jetés dehors. Ceux qui ne cherchent pas à entrer dans la parole de Dieu ne peuvent pas être des témoins pour Lui. Les gens qui sont capables de témoigner de Dieu et de satisfaire Sa volonté dépendent tous entièrement de leur élan pour chercher les paroles de Dieu. L’œuvre que Dieu accomplit chez les gens consiste principalement à leur permettre de gagner la vérité ; te faire chercher la vie a pour but de te perfectionner, et c’est entièrement pour te rendre compatible à l’usage de Dieu. Tout ce que tu cherches maintenant, c’est à entendre des mystères, à écouter les paroles de Dieu, à délecter tes yeux, à regarder aux alentours pour voir s’il y a une nouveauté ou tendance, et ainsi à satisfaire ta curiosité. Si telle est l’intention de ton cœur, il te sera impossible de répondre aux exigences de Dieu. Ceux qui ne cherchent pas la vérité ne peuvent pas suivre jusqu’au bout. À l’heure actuelle, ce n’est pas que Dieu ne fasse pas quelque chose, c’est que les gens ne coopèrent pas avec Lui, parce qu’ils sont las de Son œuvre. Ils veulent seulement entendre les paroles qu’Il prononce pour accorder des bénédictions, et ils ne veulent pas entendre les paroles de Son jugement et de Son châtiment. Quelle en est la raison ? La raison en est que le désir des gens de gagner des bénédictions n’a pas été satisfait, et ils sont donc devenus négatifs et faibles. Ce n’est pas que, délibérément, Dieu ne permette pas aux gens de Le suivre ni qu’Il inflige intentionnellement des coups à l’humanité. Les gens sont négatifs et faibles seulement parce que leurs intentions sont inappropriées. Dieu est le Dieu qui donne vie à l’homme, et Il ne peut pas amener l’homme à la mort. Les gens eux-mêmes sont responsables de toute leur négativité, toutes leurs faiblesses et leurs rechutes.

L’œuvre actuelle de Dieu épure les gens, et seuls ceux qui peuvent tenir ferme en recevant cet épurement obtiendront l’approbation de Dieu. Peu importe Sa manière de Se cacher, que ce soit en ne parlant pas ou en n’œuvrant pas, tu peux quand même continuer vigoureusement ta recherche. Même si Dieu disait qu’Il te rejetait, tu Le suivrais quand même. C’est rendre témoignage à Dieu. Si Dieu Se cache à toi et que tu cesses de Le suivre, est-ce rendre témoignage à Dieu ? Si les gens ne parviennent pas à une entrée réelle, ils n’ont pas une réelle stature, et quand ils feront réellement face à une grande épreuve, ils trébucheront. Lorsque Dieu ne parle pas ou que Son action n’est pas conforme à tes propres notions, tu t’effondres. Si Dieu agissait dans le présent selon tes propres notions, s’Il satisfaisait ta volonté et que tu pouvais te lever et poursuivre énergiquement, quel serait alors le fondement de ta vie ? Je dis qu’il y a beaucoup de gens qui vivent en totale dépendance de la curiosité humaine. Au plus profond de leur cœur, ils n’ont aucun désir de chercher. Tous ceux qui ne cherchent pas l’entrée dans la vérité, mais comptent sur leur curiosité dans la vie, sont des gens méprisables, et ils sont en danger ! Les différents types d’œuvres de Dieu sont tous réalisés afin de perfectionner l’humanité. Cependant, les gens sont toujours curieux, ils aiment se renseigner sur les ouï-dire, ils s’inquiètent de l’actualité à l’étranger, par exemple, ils sont curieux de savoir ce qui se passe en Israël ou s’il y a eu un tremblement de terre en Égypte, ils cherchent toujours des choses nouvelles et récentes pour satisfaire leurs désirs égoïstes. Ils ne cherchent ni la vie ni à être rendus parfaits. Tout ce qu’ils cherchent, c’est de hâter le jour de Dieu, afin que leur beau rêve puisse être réalisé et leurs désirs extravagants accomplis. Ce genre de personne n’est pas pratique ; c’est une personne qui a une perspective inappropriée. Seule la recherche de la vérité est le fondement de la croyance de l’humanité en Dieu, et si les gens ne cherchent pas l’entrée dans la vie, s’ils ne cherchent pas à satisfaire Dieu, ils seront voués à la punition. Ceux qui doivent être punis sont ceux qui n’ont pas eu l’œuvre du Saint-Esprit pendant le temps de l’œuvre de Dieu.

Extrait de « Tu devrais maintenir ta dévotion à Dieu », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 468)

Comment les gens devraient-ils coopérer avec Dieu pendant cette étape de Son œuvre ? Dieu teste actuellement les gens. Il ne déclare aucune parole, mais Il Se cache et ne contacte pas directement les gens. De l’extérieur, il semble qu’Il ne fait aucune œuvre, mais la vérité est qu’Il œuvre toujours en l’homme. Tous ceux qui cherchent l’entrée dans la vie ont une vision pour leur recherche de la vie, et ils n’ont pas de doutes même s’ils ne comprennent pas totalement l’œuvre de Dieu. En subissant des épreuves, même quand tu ne sais pas ce que Dieu veut faire et quelle œuvre Il veut accomplir, tu dois savoir que les intentions de Dieu envers l’humanité sont toujours bonnes. Si tu Le cherches avec un cœur sincère, Il ne te quittera jamais, et à la fin, assurément, Il te perfectionnera et amènera les gens à une destination appropriée. Quelle que soit la façon dont Dieu teste actuellement les gens, viendra un jour où Il accordera aux gens un résultat approprié et leur donnera la rétribution appropriée en fonction de ce qu’ils ont fait. Dieu ne conduira pas les gens jusqu’à un certain point pour ensuite simplement les mettre de côté et les ignorer. C’est parce que Dieu est digne de confiance. À ce stade, le Saint-Esprit fait l’œuvre de l’épurement. Il épure chaque personne en particulier. Dans les étapes de l’œuvre, constituées de l’épreuve de la mort et de l’épreuve du châtiment, l’épurement était réalisé par les paroles. Pour que les gens fassent l’expérience de l’œuvre de Dieu, ils doivent d’abord comprendre Son œuvre actuelle et comment l’humanité devrait coopérer. En effet, c’est quelque chose que tout le monde devrait comprendre. Peu importe ce que Dieu fait, qu’il s’agisse de l’épurement, ou même qu’Il ne parle pas, aucune étape de l’œuvre de Dieu n’est conforme aux notions de l’humanité. Chaque étape de Son œuvre fait voler les notions des gens en éclat et les détruit. C’est Son œuvre. Mais, puisque l’œuvre de Dieu a atteint un certain stade, tu dois croire qu’Il ne fera pas mourir toute l’humanité, quoi qu’il arrive. Il donne à la fois des promesses et des bénédictions à l’humanité, et tous ceux qui Le cherchent pourront obtenir Ses bénédictions, tandis que ceux qui ne le font pas seront rejetés par Dieu. Cela dépend de ta recherche. Peu importe tout le reste, tu dois croire que lorsque l’œuvre de Dieu sera conclue, chaque personne aura une destination appropriée. Dieu a fourni aux hommes de merveilleuses aspirations, mais sans recherche, elles sont inatteignables. Tu devrais être en mesure de voir ceci maintenant : l’épurement et le châtiment des personnes sont l’œuvre de Dieu, mais les gens, pour leur part, doivent chercher un changement de tempérament en tout temps. Dans ton expérience pratique, tu dois d’abord savoir comment manger et boire les paroles de Dieu ; dans Ses paroles, tu dois trouver en quoi tu dois entrer, ainsi que tes faiblesses ; tu dois chercher l’entrée dans ton expérience pratique, et prendre la partie des paroles de Dieu qui devraient être mises en pratique et essayer de les pratiquer. Manger et boire les paroles de Dieu constitue un aspect. De plus, la vie de l’Église doit être maintenue, tu dois avoir une vie spirituelle normale et pouvoir confier toutes tes situations actuelles à Dieu. Peu importe à quel point Son œuvre change, ta vie spirituelle devrait rester normale. Une vie spirituelle peut maintenir ton entrée normale. Peu importe ce que Dieu fait, tu devrais continuer ta vie spirituelle sans interruption et remplir ton devoir. C’est ce que les gens devraient faire. Tout est l’œuvre du Saint-Esprit, mais tandis que pour ceux qui ont une condition normale, c’est un perfectionnement, pour ceux qui ont une condition anormale, c’est une épreuve. À l’étape actuelle de l’œuvre d’épurement du Saint-Esprit, certaines personnes disent que l’œuvre de Dieu est si grandiose et que les gens ont absolument besoin d’épurement, sinon, leur stature sera trop petite et ils n’auront aucun moyen d’atteindre la volonté de Dieu. Cependant, pour ceux qui n’ont pas une bonne condition, cela devient une raison pour ne pas chercher Dieu et une raison pour ne pas assister aux réunions ou ne pas manger et boire la parole de Dieu. Dans l’œuvre de Dieu, peu importe ce qu’Il fait ou quel changement Il produit, les gens doivent maintenir une vie spirituelle normale comme base. Il se peut que tu n’aies pas été négligent dans cette phase actuelle de ta vie spirituelle, mais tu n’as toujours pas gagné beaucoup et n’as pas récolté une grande moisson. Dans ce genre de circonstances, tu dois toujours suivre les règles ; tu dois t’en tenir à ces règles, afin de ne pas subir de pertes dans ta vie et pour satisfaire la volonté de Dieu. Si ta vie spirituelle est anormale, tu ne peux pas comprendre l’œuvre actuelle de Dieu et, à la place, tu sens toujours qu’elle est complètement incompatible avec tes propres notions et, bien que tu sois prêt à Le suivre, tu manques d’élan interne. Donc, peu importe ce que Dieu fait actuellement, les gens doivent coopérer. Si les gens ne coopèrent pas, le Saint-Esprit ne peut pas accomplir Son œuvre, et si les gens n’ont pas le cœur à coopérer, ils peuvent à peine gagner l’œuvre du Saint-Esprit. Si tu veux avoir l’œuvre du Saint-Esprit à l’intérieur de toi et que tu veux obtenir l’approbation de Dieu, tu dois maintenir ta dévotion originelle devant la face de Dieu. Ceci étant dit, il n’est pas nécessaire que tu aies une compréhension plus profonde, une théorie supérieure ou d’autres choses semblables, tout ce qui est exigé, c’est que tu maintiennes la parole de Dieu sur le fondement original. Si les gens ne coopèrent pas avec Dieu et ne cherchent pas une entrée plus profonde, Dieu enlèvera tout ce qui leur appartenait à l’origine. À l’intérieur, les gens sont toujours avides de facilité et préféreraient jouir de ce qui est déjà accessible. Ils veulent bénéficier des promesses de Dieu sans payer aucun prix. Ce sont là les pensées extravagantes que l’humanité entretient. Gagner la vie elle-même sans payer de prix : y a-t-il jamais eu quelque chose de si facile ? Quand quelqu’un croit en Dieu et cherche à entrer dans la vie et à réaliser un changement dans son tempérament, il doit payer le prix et atteindre un état dans lequel il suivra toujours Dieu, peu importe ce qu’Il fait. C’est quelque chose que les gens doivent faire. Même si, en règle générale, tu suis tout cela, tu dois toujours t’y tenir, et peu importe le sérieux des épreuves, tu ne peux pas abandonner ta relation normale avec Dieu. Tu devrais être capable de prier, de préserver ta vie d’Église et de ne jamais quitter tes frères et sœurs. Lorsque Dieu t’éprouve, tu devrais continuer à chercher la vérité. C’est l’exigence minimum pour une vie spirituelle. Toujours avoir le désir de chercher et t’efforcer à coopérer, investir toute ton énergie, cela peut-il se faire ? Si les gens le prennent comme fondement, ils pourront acquérir le discernement et l’entrée dans la réalité. Il est facile d’accepter la parole de Dieu lorsque ton propre état est normal ; dans ces circonstances, il ne semble pas difficile de pratiquer la vérité, et tu as le sentiment que l’œuvre de Dieu est merveilleuse. Mais si ta condition est déplorable, peu importe que l’œuvre de Dieu soit merveilleuse et peu importe les belles paroles que quelqu’un avance, tu n’y prêteras pas attention. Quand la condition d’une personne est anormale, Dieu ne peut œuvrer en elle, et elle ne peut parvenir à un changement dans son tempérament.

Extrait de « Tu devrais maintenir ta dévotion à Dieu », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 469)

Si les gens n’ont aucune confiance, il ne leur est pas facile de continuer sur ce chemin. Tout le monde peut maintenant voir que l’œuvre de Dieu n’est pas du tout conforme aux notions des gens. Dieu a tellement œuvré et a prononcé tellement de paroles qui ne sont pas conformes aux notions humaines. Alors, les gens doivent avoir la confiance et la volonté de défendre ce qu’ils ont déjà vu et ce qu’ils ont acquis de leurs expériences. Peu importe ce que Dieu fait chez les gens, ils doivent préserver ce qu’ils possèdent eux-mêmes, être sincères devant Dieu et continuer à Lui être dévoués jusqu’à la fin. C’est le devoir de l’humanité. Les gens doivent respecter ce qu’ils devraient faire. La croyance en Dieu exige qu’on Lui obéisse et que l’on fasse l’expérience de Son œuvre. Dieu a tellement œuvré : on pourrait dire que, pour les gens, tout concerne la perfection, l’épurement et, plus encore, le châtiment. Il n’y a pas eu une seule étape de l’œuvre de Dieu qui ait été conforme aux notions humaines ; les gens ont apprécié les paroles sévères de Dieu. Quand Dieu vient, les gens doivent apprécier Sa majesté et Sa colère. Cependant, peu importe la sévérité de Ses paroles, Il vient sauver et perfectionner l’humanité. En tant que créatures, les gens doivent remplir les devoirs qui leur incombent et témoigner de Dieu au milieu de l’épurement. Dans chaque épreuve, ils doivent rendre le témoignage qui convient et le faire d’une manière retentissante par égard pour Dieu. Quelqu’un qui le fait est un vainqueur. Peu importe comment Dieu t’épure, tu demeures plein de confiance et ne perds jamais confiance en Lui. Tu fais ce que l’homme est censé faire. C’est ce que Dieu exige de l’homme, et le cœur de l’homme doit être disposé à retourner entièrement à Lui et à se tourner vers Lui à chaque instant qui passe. C’est un vainqueur. Ceux à qui Dieu Se réfère en tant que « vainqueurs » sont ceux qui sont encore capables de témoigner, de maintenir leur confiance et leur dévouement envers Dieu lorsqu’ils subissent l’influence de Satan et lorsque Satan les assiège, c’est-à-dire lorsqu’ils se retrouvent au milieu des forces des ténèbres. Si tu es toujours en mesure de garder un cœur pur devant Dieu et de maintenir ton véritable amour pour Dieu, quoi qu’il en soit, tu es témoin devant Dieu, et c’est ce que Dieu appelle être un « vainqueur ». Si ta recherche est excellente lorsque Dieu te bénit, mais que tu te retires quand tu n’as pas Ses bénédictions, cela est-il la pureté ? Puisque tu es certain que cette voie est vraie, tu dois la suivre jusqu’à la fin ; tu devras maintenir ta dévotion à Dieu. Puisque tu as vu que Dieu Lui-même est venu sur la terre pour te rendre parfait, tu devrais Lui donner entièrement ton cœur. Maintenir ta pureté devant Dieu, c’est pouvoir Le suivre, peu importe ce qu’Il fait, même s’Il détermine pour toi un résultat défavorable à la fin. Offrir à Dieu un corps spirituel saint et une vierge pure signifie garder un cœur sincère devant Dieu. Pour l’humanité, la sincérité est la pureté, et la capacité d’être sincère envers Dieu, c’est maintenir la pureté. C’est ce que tu devrais mettre en pratique. Quand tu dois prier, tu pries ; quand tu dois te rassembler avec d’autres pour échanger, tu le fais ; quand tu dois chanter des hymnes, tu chantes des hymnes ; et quand tu dois renoncer à la chair, tu renonces à la chair. Lorsque tu accomplis ton devoir, tu ne le fais pas tant bien que mal ; lorsque tu es confronté à des épreuves, tu tiens bon. C’est la dévotion envers Dieu. Si tu ne soutiens pas ce que les gens devraient faire, alors toutes tes souffrances et tes résolutions antérieures ont été vaines.

Extrait de « Tu devrais maintenir ta dévotion à Dieu », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 470)

Pour chaque étape de l’œuvre de Dieu, il y a un moyen pour que les gens coopèrent. Dieu épure les gens afin qu’ils aient confiance quand ils subissent des épurements. Dieu perfectionne les gens afin qu’ils aient confiance d’être rendus parfaits par Lui et qu’ils acceptent Ses épurements et d’être traités et émondés par Dieu. L’Esprit de Dieu œuvre chez les gens pour leur apporter l’éclairage et l’illumination, pour qu’ils coopèrent avec Lui et qu’ils pratiquent. Dieu ne parle pas pendant les épurements. Il ne fait pas entendre Sa voix, mais tout de même, il reste encore du travail que les hommes doivent accomplir. Tu devrais préserver ce que tu as déjà, tu devrais encore pouvoir prier Dieu, être près de Dieu et témoigner devant Dieu ; de cette façon, tu vas remplir ton propre devoir. Vous devriez tous clairement voir, à partir de l’œuvre de Dieu, que Ses épreuves de la confiance et de l’amour des gens exigent qu’ils prient Dieu davantage et qu’ils savourent plus souvent les paroles de Dieu devant Lui. Si Dieu t’éclaire et te fait comprendre Sa volonté, mais que tu ne mets rien de tout cela en pratique, tu ne gagneras rien. Lorsque tu mets les paroles de Dieu en pratique, tu devrais toujours être en mesure de Le prier, et lorsque tu savoures Ses paroles, tu devrais te présenter devant Lui, chercher et être plein de confiance en Lui sans aucune trace de découragement ou de froideur. Ceux qui ne mettent pas les paroles de Dieu en pratique sont pleins d’énergie pendant les réunions, mais ils sombrent dans les ténèbres quand ils rentrent chez eux. Certains ne veulent même pas se réunir. Tu dois donc clairement voir quel devoir les gens ont à remplir. Tu ne sais peut-être pas quelle est réellement la volonté de Dieu, mais tu peux accomplir ton devoir, tu peux prier quand il le faut, tu peux mettre la vérité en pratique comme il se doit et tu peux faire ce que les gens sont censés faire. Tu peux garder ta vision originelle. De cette façon, tu seras plus en mesure d’accepter la prochaine étape de l’œuvre de Dieu. C’est un problème si tu ne mènes pas ta recherche quand Dieu œuvre en secret. Quand Il parle et prêche pendant les assemblées, tu écoutes avec enthousiasme, mais quand Il ne parle pas, tu manques d’énergie et tu te retires. Quel genre d’homme agit de cette façon ? C’est quelqu’un qui suit simplement le troupeau où qu’il aille. Il n’a aucune position, aucun témoignage et aucune vision ! La plupart des gens sont comme cela. Si tu continues de cette façon, un jour, quand tu rencontreras une grande épreuve, tu écoperas d’une punition. Avoir une position est très important dans le processus du perfectionnement de l’homme par Dieu. Si tu ne doutes d’aucune des étapes de l’œuvre de Dieu, que tu remplis le devoir de l’homme, que tu soutiens sincèrement ce que Dieu te fait mettre en pratique, c’est-à-dire que tu te souviens des exhortations de Dieu, et que tu n’oublies pas Ses exhortations, peu importe ce qu’Il fait de nos jours, si tu n’as aucun doute sur Son œuvre, que tu maintiens ta position, que tu continues à témoigner et que tu es victorieux à chaque étape du chemin, en fin de compte, tu seras rendu parfait et proclamé vainqueur par Dieu. Si tu es capable de tenir ferme à chaque étape des épreuves de Dieu et de toujours tenir ferme à la fin, tu es un vainqueur et tu es quelqu’un qui a été rendu parfait par Dieu. Si tu n’es pas en mesure de tenir ferme dans tes épreuves actuelles, cela te sera encore plus difficile dans l’avenir. Si tu ne subis que de minimes souffrances et que tu ne cherches pas la vérité, en fin de compte tu n’obtiendras rien. Tu te retrouveras les mains vides. Il y a des gens qui abandonnent leur recherche quand ils voient que Dieu ne parle pas, et leur cœur est distrait. Un homme de ce genre n’est-il pas stupide ? De telles sortes de gens n’ont pas de réalité. Quand Dieu parle, ils courent toujours dans toutes les directions, occupés et enthousiastes en apparence, mais maintenant qu’Il ne parle pas, ils cessent leur recherche. Ce type de personne n’a pas d’avenir. Au cours des épurements, tu dois entrer depuis une perspective positive et tirer les leçons que tu dois apprendre ; lorsque tu pries Dieu et que tu lis Sa parole, tu devrais mesurer ton propre état par rapport à elle, découvrir tes défauts et trouver que tu as encore tellement de leçons à apprendre. Plus tu cherches sincèrement alors que tu subis des épurements, plus tu découvriras ton insuffisance. Lorsque tu passes par l’expérience des épurements, tu rencontres de nombreux problèmes ; tu ne peux pas les voir clairement, tu te plains, tu révèles ta propre chair. Ce n’est que de cette manière que tu peux découvrir que tu as beaucoup trop de tempéraments corrompus en toi.

Extrait de « Tu devrais maintenir ta dévotion à Dieu », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 471)

L’œuvre de Dieu dans les derniers jours exige une confiance énorme, une confiance encore plus grande que celle de Job. Ceux qui sont sans confiance ne pourront pas continuer à gagner de l’expérience ni être rendus parfaits par Dieu. Le jour où de grandes épreuves viendront, certaines personnes quitteront les Églises, certaines ici, certaines là. Parmi ces personnes, il y aura celles qui auront très bien fait leur recherche les jours précédents, et il ne sera pas possible d’expliquer pourquoi elles auront cessé de croire. Beaucoup de choses se produiront, tu ne les comprendras pas, et Dieu ne révélera aucun signe ni aucun prodige, ni ne fera quoi que ce soit de surnaturel. C’est pour voir si tu peux tenir ferme ; Dieu utilise les faits pour épurer les hommes. Tu n’as pas encore beaucoup souffert. À l’avenir, lorsque surviendront de grandes épreuves, dans certains endroits, tout le monde dans l’Église partira, et ceux avec qui tu t’entendais très bien partiront et abandonneront leur foi. Pourras-tu alors tenir ferme ? Jusqu’à maintenant, les épreuves que tu as rencontrées ont été mineures, et tu as probablement été à peine capable de leur résister. Cette étape inclut des épurements et un perfectionnement par des paroles seulement. À l’étape suivante, des événements t’arriveront pour t’épurer, et tu seras en danger. Une fois que cela deviendra vraiment sérieux, Dieu te conseillera de partir sans tarder, et les gens religieux tenteront de te séduire pour que tu les accompagnes. C’est pour voir si tu peux continuer sur le chemin, et toutes ces choses sont des épreuves. Les épreuves actuelles sont mineures, mais le jour viendra où il y aura des foyers où les parents ne croiront plus, et d’autres où les enfants ne croiront plus. Seras-tu capable de continuer ? Plus tu avanceras, plus tes épreuves deviendront grandes. Dieu réalise Son œuvre d’épurement des gens selon leurs besoins et leur stature. Au cours de la phase pendant laquelle Dieu perfectionne l’humanité, il est impossible que le nombre de personnes continue de croître. Il ne pourra que diminuer. C’est uniquement grâce à ces épurements que les gens peuvent être rendus parfaits. Être traité, discipliné, testé, châtié, maudit, peux-tu résister à tout cela ? Lorsque tu vois une Église avec une situation particulièrement bonne, où les sœurs et les frères cherchent avec une grande énergie, tu te sens personnellement encouragé. Le jour où tous seront partis, certains d’entre eux ne croyant plus, certains, pour faire des affaires ou pour se marier, et certains, s’étant joints à la religion, pourras-tu alors tenir ferme ? Pourras-tu rester intact au-dedans de toi ? Le perfectionnement de l’humanité par Dieu n’est pas une chose si simple ! Il utilise beaucoup de choses pour épurer les gens. Les gens considèrent ces choses comme des méthodes, mais dans l’intention originelle de Dieu, ce ne sont pas du tout des méthodes, mais des faits. À la fin, quand Il aura épuré les gens jusqu’à un certain point et qu’ils n’auront plus de plaintes, cette étape de Son œuvre sera complète. La grande œuvre du Saint-Esprit est de te perfectionner, et quand Il n’œuvre pas et Se cache, c’est encore plus dans le but de te perfectionner, et de cette façon particulièrement, on peut voir si tu as de l’amour pour Dieu et si tu as une véritable confiance en Lui. Quand Dieu parle clairement, tu n’as pas besoin de chercher ; c’est seulement quand Il est caché que tu dois chercher et tâtonner. Tu devrais être en mesure de remplir ton devoir d’être créé et, quels que puissent être ton résultat futur et ta destination, tu devrais être capable de chercher à connaître et à aimer Dieu pendant les années où tu es en vie et, peu importe comment Dieu te traite, tu devrais être capable d’éviter de te plaindre. L’œuvre du Saint-Esprit en l’homme est conditionnée par une chose. Il doit être assoiffé et doit chercher, ne doit pas avoir le cœur partagé ni avoir des doutes sur les actions de Dieu, et il doit être capable de remplir son devoir en tout temps ; ce n’est que de cette façon qu’il peut gagner l’œuvre du Saint-Esprit. À chaque étape de l’œuvre de Dieu, ce qui est requis de l’humanité, c’est une énorme confiance et qu’elle se présente devant Dieu pour chercher. Ce n’est que par l’expérience que les gens sont capables de découvrir à quel point Dieu est bon et comment le Saint-Esprit agit en l’homme. Si tu n’en fais pas l’expérience, si tu ne cherches pas en tâtonnant, si tu ne mènes pas ta recherche, tu ne gagneras rien. Tu dois chercher en tâtonnant à travers tes expériences, et ce n’est qu’à travers tes expériences que tu peux voir les actions de Dieu et reconnaître Son caractère merveilleux et insondable.

Extrait de « Tu devrais maintenir ta dévotion à Dieu », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 472)

Dieu t’expose à toutes sortes de tempêtes, d’épreuves, de difficultés, ainsi qu’à de nombreux revers et échecs, de sorte qu’au bout du compte, et au fur et à mesure que tu fais l’expérience de ces choses-là, tu en viens à découvrir que tout ce que Dieu dit est vrai, et que tes croyances, tes opinions, tes représentations imaginaires, tes connaissances, tes théories philosophiques, tes philosophies, ce que tu as appris en ce monde et ce que t’ont enseigné tes parents, que tout cela est faux. Tout cela ne peut te mettre sur le droit chemin de la vie, tout cela ne peut te permettre d’accéder à la vérité et de venir à Dieu, et le chemin que tu suis est le chemin de l’échec. Voilà ce dont Dieu te fera finalement prendre conscience. C’est un processus qui t’est nécessaire et ce que tu gagneras en faisant l’expérience du salut. Pourtant, cela attriste aussi Dieu : c’est parce que les gens sont rebelles et qu’ils font preuve de tempéraments corrompus qu’ils doivent passer par ce processus et affronter ces revers. Mais quant à ceux qui aiment réellement la vérité, qui souhaitent réellement être sauvés par Dieu, qui se montrent disposés à accepter les différentes méthodes du salut de Dieu – par exemple les épreuves, la discipline, le jugement et le châtiment –, ceux qui se montrent déterminés à souffrir de la sorte et sont prêts à payer ce prix, Dieu ne souhaite pas en fait que ces gens aient à affronter trop de difficultés, et Il ne leur souhaite pas non plus tant de revers et d’échecs à essuyer. Mais les gens sont trop rebelles. Ils veulent suivre le mauvais chemin, ils sont prêts à subir ces difficultés. Voilà ce qu’est l’homme, et Dieu n’a d’autre choix que de livrer les gens à Satan et de les placer dans diverses situations pour constamment les tempérer, afin qu’ils accumulent toutes sortes d’expériences, qu’ils tirent diverses leçons de ces situations et qu’ils reconnaissent l’essence de toutes sortes de choses mauvaises. Après quoi, rétrospectivement, ils découvrent que les paroles de Dieu sont la vérité, ils reconnaissent que les paroles de Dieu sont la vérité, que seul Dieu est la réalité de toutes choses positives, et que Dieu est le Seul qui aime vraiment l’homme, et que personne n’est meilleur ou plus attentionné envers l’homme que Dieu. Jusqu’où va cette tempérance des gens en fin de compte ? Jusqu’au point où tu dis : « J’ai vécu toutes sortes de situations, et pas une seule situation, pas une seule personne, une seule affaire ou un seul sujet ne sauraient me faire comprendre la vérité, ne sauraient me faire jouir de la vérité, ne sauraient me faire entrer dans la réalité-vérité. Je ne peux que pratiquer avec obéissance selon les paroles de Dieu, rester avec obéissance à la place de l’homme, me conformer au statut et au devoir d’un être créé, accepter avec obéissance la souveraineté et les arrangements de Dieu, et me présenter devant le Créateur sans plainte ni choix, et après avoir renoncé à mes exigences ou mes désirs. » Une fois arrivés à ce stade, les gens s’inclinent réellement devant Dieu, et Dieu n’a plus besoin de créer d’autres situations auxquelles les exposer. Alors, quel chemin souhaitez-vous emprunter ? Personne, au fond de lui-même, ne souhaite avoir à affronter des difficultés, et personne ne veut connaître de revers, d’échecs, d’adversité, de frustrations et de tempêtes. Mais c’est inévitable. Les choses qui habitent l’homme – son essence naturelle, sa rébellion, ses pensées et ses aspirations – sont trop compliquées ; chaque jour, elles se mêlent, s’entrelacent et tourbillonnent en toi. Tu entres peu dans la réalité-vérité, comprends peu la vérité, et le pouvoir de surmonter l’essence de ton tempérament corrompu, de tes notions et de tes représentations imaginaires te manque. Tu n’as alors pas d’autre choix que d’accepter l’autre approche : vivre en permanence dans l’échec et la frustration ; tomber sans cesse, balloté de difficulté en difficulté ; patauger dans la boue jusqu’au jour où tu dis : « Je suis fatigué, j’en ai assez, je ne veux pas vivre comme cela. Je ne veux pas subir ces échecs, je veux me présenter devant le Créateur avec obéissance. J’écouterai les paroles de Dieu, je ferai ce qu’Il dit. Voilà le seul droit chemin dans la vie. » Ce n’est que le jour où tu admettras pleinement ta défaite que tu te présenteras devant Dieu. Tout cela t’apprend-il quelque chose sur le tempérament de Dieu ? Quelle est l’attitude de Dieu envers l’homme ? Peu importe ce que Dieu fait, Il souhaite le meilleur pour l’homme. Quel que soit l’environnement qu’Il met en œuvre ou ce qu’Il te demande de faire, Il aspire toujours au meilleur résultat possible. Disons que tu es dans une mauvaise passe faite de revers et d’échecs. Dieu ne veut pas te voir échouer et penser que tu es perdu, que tu es tombé dans les griffes de Satan et que, assommé par le découragement, tu ne t’en relèveras jamais – ce n’est pas ce que souhaite Dieu. Que souhaite Dieu ? Tu peux bien avoir échoué dans cette affaire, tu n’en es pas moins capable de chercher la vérité, de trouver la raison de ton échec ; tu acceptes le fait de cet échec et tu en retires quelque chose, tu en tires une leçon, tu découvres que ta façon d’agir était erronée, que seul agir selon les paroles de Dieu est juste. Porté par cette prise de conscience, tu te dis : « Je suis mauvais et j’ai des tempéraments sataniques. Il y a de la rébellion en moi, je suis trop loin des justes dont parle Dieu, et mon cœur ne craint pas Dieu. » Tu prends conscience d’un phénomène, d’un fait réel, et tu comprends les choses et sors grandi de ce revers et de cet échec. Voilà ce que Dieu souhaite voir. Que signifie « sortir grandi » ? Cela signifie que Dieu est capable de te gagner, et que tu es capable d’atteindre le salut. Cela signifie que tu es capable d’entrer dans la réalité-vérité, que tu t’es rapproché d’un pas du chemin de la crainte de Dieu et de l’éloignement du mal. Voilà ce que Dieu souhaite voir. Dieu agit avec de bonnes intentions et Ses actes renferment tous Son amour caché que, souvent, les gens ne savent pas apprécier. L’homme est étroit d’esprit et mesquin, et son cœur est aussi étroit que le chas d’une aiguille ; quand Dieu ne le reconnaît pas ou n’a pas de grâce ou de bénédictions pour lui, il le Lui reproche. Pourtant, Dieu ne Se dispute pas avec l’homme ; Il met en place des environnements qui font savoir à l’homme comment s’obtiennent la grâce et le profit, ce que signifie la grâce pour l’homme et ce que l’homme peut en tirer. Imaginons que tu aimes manger quelque chose de bon qui, aux dires de Dieu, est mauvais pour la santé si l’on en mange trop. Tu n’écoutes pas, mais insistes pour en manger, et Dieu te permet de faire ce choix librement. Par conséquent, tu te rends malade. Après avoir fait l’expérience de cela plusieurs fois, tu en viens à comprendre que ce sont les paroles de Dieu qui sont justes, que tout ce qu’Il dit est vrai et que tu dois pratiquer selon Ses paroles. Voilà le chemin qui est correct. Et donc, que deviennent ces revers, ces échecs et ces peines que traversent les gens ? Tu valorises l’intention bienveillante de Dieu, tu crois également et tu es sûr que les paroles de Dieu sont justes ; ta foi en Dieu grandit. Mais ce n’est pas tout : en traversant cette période d’échec, tu prends conscience de la véracité et de l’exactitude des paroles de Dieu, tu vois que les paroles de Dieu sont la vérité et tu comprends le principe de la pratique de la vérité. Et donc, il est bon que les gens connaissent l’échec, même si c’est aussi quelque chose de douloureux, quelque chose qui les tempère. Mais si le fait d’être ainsi tempéré te ramène finalement vers Dieu, te fait accepter Ses paroles et les considérer comme la vérité, alors cette modération, ces revers et ces échecs n’ont pas été vécus en vain. Voilà ce que Dieu souhaite voir.

Extrait de « Comment discerner la nature et l’essence de Paul », dans Récits des entretiens de Christ

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 473)

Tu dois te rappeler que ces paroles ont déjà été prononcées : plus tard, tu feras l’expérience d’une plus grande tribulation et d’une plus grande souffrance ! Être amené à la perfection n’est pas chose simple ou facile. À tout le moins, tu dois avoir la foi de Job, ou peut-être même une plus grande foi que la sienne. Tu devrais savoir que les épreuves à venir seront supérieures aux épreuves de Job, et que tu dois encore subir un châtiment à long terme. Est-ce une chose simple ? Si ton calibre ne peut être amélioré, que ta capacité de compréhension est insuffisante et que tu connais trop peu, alors, à ce moment-là, tu n’auras aucun témoignage, mais à la place, tu deviendras une plaisanterie, un jouet pour Satan. Si tu ne peux garder les visions maintenant, alors tu n’as pas le moindre fondement, et tu seras rejeté à l’avenir ! Aucune portion de la route n’est facile à parcourir, alors ne le prends pas à la légère. Considère cela maintenant avec attention et prépare-toi afin de pouvoir bien parcourir la dernière portion de ce chemin. C’est le chemin qui devra être parcouru à l’avenir, et le chemin que tous les hommes devront prendre. Tu ne peux pas négliger cette connaissance actuelle ; ne pense pas que ce que Je te dis soit un gaspillage de salive. Le jour viendra où tu l’utiliseras entièrement à bon escient. Mes paroles ne peuvent pas être prononcées en vain. Il est temps de t’équiper, temps d’ouvrir la voie pour l’avenir. Tu devrais préparer le chemin que tu devras parcourir plus tard ; tu devrais être inquiet et anxieux au sujet de la façon dont tu pourras tenir ferme plus tard et bien te préparer pour ton chemin futur. Ne sois pas glouton et paresseux ! Tu dois absolument faire tout ce que tu peux pour tirer le meilleur parti de ton temps, afin que tu puisses obtenir tout ce dont tu as besoin. Je te donne tout, de sorte que tu peux comprendre. Vous avez vu de vos propres yeux, qu’en moins de trois ans, J’ai dit tant de choses et tellement œuvré. J’ai œuvré de cette façon parce que les gens sont très déficients, et aussi parce que le temps est trop court ; aucun retard supplémentaire n’est permis. Tu imagines que les gens doivent d’abord atteindre une lucidité intérieure parfaite avant de pouvoir témoigner et être utilisés ; mais cela ne serait-il pas trop lent ? Alors combien de temps devrais-Je t’accompagner ? Si tu voulais que Je t’accompagne jusqu’à ce que Je sois vieux et grisonnant, ce serait impossible ! En subissant une plus grande tribulation, tous les gens acquerront une véritable compréhension. Ce sont les étapes de l’œuvre. Une fois que tu comprendras pleinement les visions échangées aujourd’hui et que tu atteindras une véritable stature, quelles que soient les difficultés que tu subiras dans l’avenir, elles ne te vaincront pas et tu pourras les supporter. Quand J’aurai terminé cette dernière étape de l’œuvre et que J’aurai fini de prononcer les dernières paroles, les gens devront suivre leur propre chemin à l’avenir. Cela accomplira les paroles prononcées auparavant : le Saint-Esprit a une commission pour chaque personne et une œuvre à faire en chaque personne. À l’avenir, tous les hommes parcourront le chemin qu’ils devraient parcourir, conduits par le Saint-Esprit. Qui pourra prendre soin des autres lorsque l’on subit soi-même la tribulation ? Chaque individu a sa propre souffrance et chacun a sa propre stature. Personne n’a la même stature qu’un autre. Les maris ne pourront pas prendre soin de leur épouse et les parents ne pourront pas prendre soin de leurs enfants ; personne ne pourra prendre soin de quelqu’un d’autre. Ce ne sera pas comme maintenant alors que les soins et le soutien mutuels sont encore possibles. Ce sera un temps où chaque type de personne sera exposé. C’est-à-dire, lorsque Dieu frappera le berger, les brebis du troupeau seront dispersées et, à ce moment-là, vous n’aurez aucun vrai conducteur. Les gens seront divisés. Ce ne sera pas comme maintenant alors que vous pouvez vous rassembler en congrégation. À l’avenir, ceux qui n’ont pas l’œuvre du Saint-Esprit afficheront leur vrai visage. Les maris trahiront leur femme, les femmes trahiront leur mari, les enfants trahiront leurs parents, et les parents persécuteront leurs enfants. On ne peut pas scruter le cœur humain ! Tout ce qui peut être fait, c’est de s’accrocher à ce que l’on a et de bien parcourir la dernière portion du chemin. À l’heure actuelle, vous ne voyez pas cela clairement ; vous êtes tous myopes. Faire l’expérience de cette étape de l’œuvre avec succès n’est pas chose simple.

Extrait de « Comment tu devrais parcourir la dernière portion du chemin », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 474)

La plupart des gens croient en Dieu dans l’intérêt de leur destination future ou par plaisir éphémère. Ceux qui ne sont passés par aucun traitement croient en Dieu afin d’aller au ciel, afin de recevoir des récompenses. Ils ne croient pas en Dieu pour être rendus parfaits ou pour remplir le devoir d’une créature de Dieu. Ce qui veut dire que la plupart des gens ne croient pas en Dieu pour assumer leurs responsabilités ou accomplir leur devoir. Rares sont ceux qui croient en Dieu pour donner du sens à leur vie ; également, personne ne croit qu’étant donné que l’homme est vivant, il doit aimer Dieu parce que la loi du ciel et le principe de la terre l’exigent, et parce que c’est la vocation naturelle de l’homme. De cette façon, bien que chacune des personnes différentes poursuive ses propres objectifs, le but de sa quête et la motivation qui la sous-tend sont identiques pour toutes et, qui plus est, pour la plupart d’entre elles, les objets de leur adoration sont de loin les mêmes. Au cours des derniers millénaires, beaucoup de croyants sont morts, et beaucoup sont morts et nés de nouveau. Ce n’est pas seulement une ou deux personnes qui cherchent Dieu ni même mille ou deux mille, pourtant la quête de la plupart de ces personnes vise leurs propres perspectives ou leurs glorieuses espérances pour l’avenir. Rares sont ceux qui sont fidèles à Christ. Beaucoup de croyants fidèles sont morts malgré tout, pris dans leurs propres filets, et le nombre de personnes qui ont été victorieuses, par ailleurs, est lamentablement insignifiant. À ce jour, les raisons pour lesquelles les gens échouent, ou les secrets de leur victoire, leur sont encore inconnus. Ceux qui sont obsédés par la recherche de Christ n’ont pas encore été soudainement éclairés, ils n’ont pas encore percé ces mystères, parce qu’ils ne savent tout simplement pas. Bien qu’ils fassent des efforts laborieux dans leur quête, le chemin qu’ils empruntent est le chemin de l’échec déjà emprunté par leurs prédécesseurs, et non le chemin de la réussite. De cette façon, quelle que soit la façon dont ils cherchent, n’empruntent-ils pas le chemin qui mène à l’obscurité ? Ce qu’ils récoltent n’est-il pas un fruit amer ? Il est assez difficile de prédire si les gens qui imitent ceux qui ont réussi dans le passé vont en fin de compte connaître la fortune ou la calamité. Combien pires sont alors les chances de ceux qui cherchent en suivant les traces de ceux qui ont échoué ? Ne sont-ils pas exposés à bien plus de risques d’échec ? Quelle valeur le chemin qu’ils empruntent a-t-il alors ? Ne perdent-ils pas leur temps ? En bref, il y a une raison pour laquelle les gens réussissent ou échouent dans leur quête, et ce n’est pas parce qu’ils cherchent comme bon leur semble.

Extrait de « Le succès ou l’échec dépendent du chemin que l’homme emprunte », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 475)

La principale condition de la croyance de l’homme en Dieu, c’est qu’il ait un cœur honnête, se dévoue totalement et obéisse véritablement. Ce qui est plus difficile pour l’homme, c’est de donner toute sa vie en échange de la vraie croyance, à travers laquelle il peut acquérir toute la vérité et remplir son devoir en tant que créature de Dieu. C’est ce qui est inaccessible à ceux qui échouent, et est encore plus inaccessible à ceux qui ne peuvent pas trouver Christ. Parce que l’homme n’est pas doué pour se dévouer entièrement à Dieu, parce que l’homme n’est pas disposé à faire son devoir envers le Créateur, parce que l’homme a vu la vérité, mais l’évite et choisit son propre chemin, parce que l’homme cherche toujours en suivant le chemin de ceux qui ont échoué, parce que l’homme défie toujours le ciel, l’homme échoue donc toujours, est toujours séduit par la ruse de Satan et est pris dans son propre filet. Parce que l’homme ne connaît pas Christ, qu’il n’est pas doué pour comprendre et vivre la vérité, qu’il admire trop Paul et est trop avide du ciel, parce que l’homme demande toujours que Christ lui obéisse et commande à Dieu à tout bout de champ, ainsi ces grandes figures et ceux qui ont connu les vicissitudes du monde sont toujours des mortels et meurent encore du châtiment de Dieu. Tout ce que Je peux dire de ces gens, c’est qu’ils connaissent une mort tragique et que la conséquence pour eux – leur mort – n’est pas sans justification. Leur échec n’est-il pas encore plus intolérable pour la loi du ciel ? La vérité vient du monde des hommes, mais la vérité parmi les hommes est transmise par Christ. Elle provient de Christ, c’est-à-dire de Dieu Lui-même, et ce n’est pas quelque chose dont les hommes sont capables. Pourtant, Christ ne procure que la vérité ; Il ne vient pas pour statuer si l’homme réussira dans sa quête de la vérité. Ainsi, il en résulte que le succès ou l’échec dans la vérité dépend de la quête de l’homme. Le succès ou l’échec de l’homme dans la vérité n’a jamais rien eu à voir avec Christ, mais reste au contraire déterminé par sa quête. La destination de l’homme et son succès ou son échec ne peuvent pas être attribués à Dieu, de sorte que Dieu Lui-même en serait responsable, parce que ce n’est pas une question qui concerne Dieu Lui-même, mais qui reste directement liée au devoir que les créatures de Dieu doivent accomplir. La plupart des gens connaissent un peu la quête et la destination de Paul et Pierre, pourtant les gens ne connaissent que la fin de Pierre et de Paul, et ignorent le secret de la réussite de Pierre, ou les faiblesses qui ont conduit à l’échec de Paul. Et par conséquent, si vous êtes totalement incapables de comprendre l’essence de leur quête, alors la quête de la plupart d’entre vous ne prospèrera toujours pas, et même si un petit nombre parmi vous devait réussir, toujours est-il qu’ils n’égaleront pas Pierre. Si tu as choisi le bon chemin dans ta quête, alors tu as un espoir de réussir ; si le chemin que tu empruntes dans ta quête de la vérité n’est pas le bon, alors tu ne connaîtras jamais de réussite et tu connaîtras la même fin que Paul.

Extrait de « Le succès ou l’échec dépendent du chemin que l’homme emprunte », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 476)

Pierre est un homme qui a été rendu parfait. Ce n’est qu’après avoir connu le châtiment et le jugement, et bénéficié ainsi d’un amour pur pour Dieu, qu’il a été rendu totalement parfait ; le chemin qu’il avait emprunté était le chemin pour être rendu parfait. Ce qui veut dire que, dès le début, le chemin que Pierre avait emprunté était le bon, et la motivation qu’il avait pour croire en Dieu était la bonne, et par conséquent, il a été rendu parfait et il a foulé un nouveau chemin sur lequel l’homme n’avait jamais marché auparavant. Cependant, le chemin que Paul avait emprunté depuis le début était le chemin de l’opposition à Christ, et c’est seulement parce que le Saint-Esprit a voulu l’utiliser, et mettre à profit ses dons et tous ses mérites pour Son œuvre, qu’il a travaillé pour Christ pendant plusieurs décennies. Paul est simplement quelqu’un qui était utilisé par le Saint-Esprit, et il n’était pas utilisé parce que Jésus avait favorablement apprécié son humanité, mais pour ses dons. Il a pu travailler pour Jésus parce qu’il avait été frappé, non pas parce qu’il était content de le faire. Il a pu accomplir ce travail grâce à l’éclairage et au conseil du Saint-Esprit, et le travail qu’il a réalisé ne représentait aucunement sa quête ou son humanité. Le travail de Paul représentait le travail d’un serviteur, ce qui veut dire qu’il a fait le travail d’un apôtre. Pierre, cependant, était différent : il a également fait du travail ; celui-ci n’était pas aussi grand que le travail de Paul, mais il a travaillé tout en cherchant sa propre entrée, et son travail était différent du travail de Paul. Le travail de Pierre était l’accomplissement du devoir d’une créature de Dieu. Il n’a pas pris le rôle d’un apôtre dans son travail, mais il a cherché à aimer Dieu. Le parcours du travail de Paul renfermait également sa quête personnelle : sa quête ne visait rien d’autre que ses espérances pour l’avenir et son désir pour une bonne destination. Il n’a pas accepté l’épurement au cours de son travail, de même qu’il n’a pas accepté l’émondage et le traitement. Il croyait que tant que le travail qu’il faisait satisfaisait le désir de Dieu, et que tout ce qu’il faisait était agréable à Dieu, alors il aurait finalement droit à une récompense. Son travail n’était fondé sur aucune expérience personnelle ; tout était pour son propre bien et il ne s’inscrivait pas dans le cadre de la recherche du changement. Tout dans son travail était transaction, il ne comportait aucun devoir ou soumission propres à une créature de Dieu. Pendant qu’il accomplissait son travail, il ne s’est opéré aucun changement dans l’ancien tempérament de Paul. Son travail était simplement consacré à servir les autres et ne pouvait pas opérer de changements dans son tempérament. Paul accomplissait son travail directement, sans avoir été rendu parfait ou traité, et il était motivé par la récompense. Pierre était différent : c’était quelqu’un qui avait subi l’émondage, le traitement et l’épurement. Le but et la motivation du travail de Pierre étaient fondamentalement différents de ceux de Paul. Bien que Pierre n’ait pas accompli une grande quantité de travail, son tempérament a subi de nombreux changements, et ce qu’il cherchait était la vérité et un réel changement. Son travail n’était pas effectué simplement pour le travail lui-même. Bien que Paul ait accompli beaucoup de travail, tout était l’œuvre du Saint-Esprit, et même si Paul a collaboré à cette œuvre, il n’en a pas fait l’expérience. Que Pierre ait accompli beaucoup moins de travail s’explique seulement par le fait que le Saint-Esprit n’a pas beaucoup œuvré en lui. Le fait qu’ils soient rendus parfaits ou non n’était pas déterminé par leur quantité de travail ; la quête de l’un visait à recevoir des récompenses, alors que la quête de l’autre visait à parvenir à l’amour suprême pour Dieu et à accomplir son devoir en tant que créature de Dieu, au point où il pouvait manifester une belle image afin de satisfaire les désirs de Dieu. Extérieurement, ils étaient différents, et leur essence était également différente. On ne saurait déterminer lequel des deux a été rendu parfait sur la base de la quantité du travail accompli. Pierre cherchait à manifester l’image de quelqu’un qui aime Dieu, qui obéissait à Dieu, quelqu’un qui acceptait le traitement et l’émondage et quelqu’un qui accomplissait son devoir en tant que créature de Dieu. Il a pu se consacrer à Dieu, se confier totalement entre les mains de Dieu et Lui obéir jusqu’à la mort. Voilà ce qu’il s’était résolu à faire et, en outre, c’est ce qu’il a accompli. C’est la raison fondamentale pour laquelle, au final, sa fin a été différente de celle de Paul. L’œuvre que le Saint-Esprit a faite en Pierre était de le perfectionner, et l’œuvre que le Saint-Esprit a faite en Paul était de l’utiliser. C’est parce que leur nature et leurs points de vue par rapport à la quête étaient différents. Ils avaient tous les deux l’œuvre du Saint-Esprit. Pierre s’est appliqué cette œuvre à lui-même et en a également fait bénéficier les autres ; Paul, quant à lui, a seulement fait bénéficier les autres de l’intégralité de l’œuvre du Saint-Esprit et n’en a rien gagné lui-même. De cette façon, après avoir fait l’expérience de l’œuvre du Saint-Esprit durant tant d’années, les changements en Paul étaient presque inexistants. Il est resté pratiquement dans son état naturel et était toujours le Paul d’auparavant. C’est simplement qu’après avoir enduré les difficultés de nombreuses années de travail, il avait appris à « travailler » et avait appris l’endurance, mais son ancienne nature – sa nature hautement concurrentielle et mercenaire – subsistait. Après avoir travaillé pendant tant d’années, il ne connaissait pas son tempérament corrompu, de même qu’il ne s’était pas débarrassé de son ancien tempérament, et c’était encore clairement visible dans son travail. En lui, il y avait simplement plus d’expérience de travail, mais une si petite expérience seule ne pouvait pas le changer et ne pouvait pas non plus changer les points de vue qu’il avait sur l’existence ou l’importance de sa quête. Bien qu’il ait travaillé pour Christ durant de nombreuses années et qu’il n’ait plus jamais persécuté le Seigneur Jésus, dans son cœur, sa connaissance de Dieu n’avait pas changé. Cela signifie qu’il ne travaillait pas dans le but de se consacrer à Dieu, mais était plutôt contraint de travailler pour sa destination future. Car au début, il a persécuté Christ et ne s’est pas soumis à Christ ; c’était en soi un rebelle qui s’opposait délibérément à Christ, et quelqu’un qui n’avait aucune connaissance de l’œuvre du Saint-Esprit. Alors que son travail était presque terminé, il ne savait toujours rien de l’œuvre du Saint-Esprit et agissait simplement de son propre gré en vertu de son propre caractère, sans prêter la moindre attention à la volonté du Saint-Esprit. Et sa nature était donc hostile à Christ et n’obéissait pas à la vérité. Une telle personne qui avait été abandonnée par l’œuvre du Saint-Esprit, qui ne connaissait pas l’œuvre du Saint-Esprit et qui s’opposait aussi à Christ – comment une telle personne pouvait-elle être sauvée ? Que l’homme puisse être sauvé ou non ne dépend pas de la quantité du travail qu’il fait ou de sa dévotion, mais reste plutôt déterminé par le fait qu’il connaisse ou non l’œuvre du Saint-Esprit, qu’il puisse mettre la vérité en pratique ou non, et qu’il puisse rendre ses points de vue sur la quête conformes à la vérité on non.

Extrait de « Le succès ou l’échec dépendent du chemin que l’homme emprunte », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 477)

Bien que des révélations naturelles aient été faites après que Pierre a commencé à suivre Jésus, dès le début, de nature il était disposé à se soumettre au Saint-Esprit et à chercher Christ. Son obéissance envers le Saint-Esprit était pure : il ne cherchait pas la gloire et la fortune, mais il était plutôt motivé par l’obéissance à la vérité. Bien que Pierre ait nié connaître Christ par trois fois et bien qu’il ait tenté le Seigneur Jésus, une légère faiblesse humaine comme celle-là n’avait rien à voir avec sa nature, elle n’a pas entravé sa quête future et ne saurait prouver suffisamment que sa tentation était l’acte d’un antéchrist. La faiblesse humaine normale est quelque chose que toutes les personnes du monde ont en partage – crois-tu que Pierre puisse sortir du lot ? Les gens n’ont-ils pas certaines impressions de Pierre parce qu’il a commis plusieurs erreurs stupides ? Et Paul n’est-il pas si adoré pour tout le travail qu’il a fait et toutes les épîtres qu’il a écrites ? Comment l’homme pourrait-il être capable de saisir l’essence de l’homme ? Sûrement ceux qui ont vraiment du sens pourraient-ils percevoir quelque chose d’une telle insignifiance ? Bien que les nombreuses années d’expériences difficiles de Pierre ne soient pas consignées dans la Bible, cela ne prouve pas que Pierre n’a pas connu d’expériences réelles ou que Pierre n’a pas été rendu parfait. Comment l’homme peut-il sonder totalement l’œuvre de Dieu ? Les écrits de la Bible n’ont pas été choisis par Jésus en personne, mais compilés par les générations qui ont suivi. Dans ce cas, tout ce qui a été inscrit dans la Bible n’était-il pas choisi selon les idées de l’homme ? De plus, la fin de Pierre et de Paul n’est pas expressément mentionnée dans les épîtres, donc l’homme juge Pierre et Paul selon ses propres perceptions et selon ses propres préférences. Et parce que Paul a réalisé un travail immense, parce que ses « contributions » étaient si grandes, il a gagné la confiance des masses. L’homme ne se concentre-t-il pas seulement sur des choses superficielles ? Comment l’homme pourrait-il être capable de saisir l’essence de l’homme ? Sans parler du fait qu’étant donné que Paul a été un objet d’adoration pendant des milliers d’années, qui oserait imprudemment nier son travail ? Pierre était simplement un pêcheur, alors comment sa contribution pourrait-elle être aussi importante que celle de Paul ? En ce qui concerne leur contribution, Paul aurait dû être récompensé avant Pierre, et il aurait dû être celui qui était le mieux qualifié pour obtenir l’approbation de Dieu. Qui aurait pu imaginer que dans le traitement qu’Il a réservé à Paul, Dieu l’a simplement utilisé à travers ses dons, alors que Dieu a rendu Pierre parfait. Il n’est pas question de penser que le Seigneur Jésus avait des plans pour Pierre et Paul dès le début : ils ont plutôt été rendus parfaits ou engagés à travailler en fonction de leur nature propre. Et donc, ce que les gens voient, ce ne sont que les contributions extérieures de l’homme, alors que ce que Dieu voit, c’est l’essence de l’homme, ainsi que le chemin que l’homme poursuit depuis le début et la motivation qui sous-tend la quête de l’homme. Les gens évaluent l’homme selon leurs notions et selon leurs propres perceptions, pourtant la destination ultime d’un homme n’est pas déterminée en fonction de ses caractéristiques extérieures. Et ainsi Je dis que si le chemin que tu prends dès le début est le chemin du succès et que ton point de vue sur la quête est le bon depuis le début, alors tu es comme Pierre ; si le chemin que tu empruntes est le chemin de l’échec, alors, quel que soit le prix que tu paies, ta fin sera toujours la même que celle de Paul. Quel que soit le cas, ta destination et ta réussite ou ton échec sont tous deux déterminés par le fait que le chemin que tu cherches est le bon ou ne l’est pas, plutôt que par ta dévotion ou par le prix que tu paies. L’essence de Pierre et de Paul et les objectifs qu’ils poursuivaient étaient différents ; l’homme n’est pas en mesure de découvrir ces choses, et Dieu seul peut les connaître dans leur intégralité. Car ce que Dieu voit, c’est l’essence de l’homme, tandis que l’homme ne sait rien de sa propre essence. L’homme est incapable de voir l’essence de l’homme ou sa stature réelle, et est donc incapable d’identifier les raisons de l’échec et de la réussite de Paul et de Pierre. La raison pour laquelle la plupart des gens vouent un culte à Paul et non à Pierre tient du fait que Paul a été utilisé pour le travail public, et l’homme est capable de percevoir ce travail, et à ce titre les gens reconnaissent les « réalisations » de Paul. Les expériences de Pierre, pendant ce temps, sont invisibles à l’homme, et ce qu’il cherchait ne peut être accessible à l’homme, et ainsi l’homme ne s’intéresse pas à Pierre.

Extrait de « Le succès ou l’échec dépendent du chemin que l’homme emprunte », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 478)

Pierre a été rendu parfait en passant par le traitement et l’épurement. Il a dit : « Je dois satisfaire les désirs de Dieu en tout temps. Dans tout ce que je fais, je ne cherche qu’à satisfaire les désirs de Dieu, et que je sois châtié ou jugé, je suis toujours heureux de le faire ». Pierre a tout donné à Dieu, et son travail, ses paroles et sa vie entière étaient tous consacrés à aimer Dieu. Il était quelqu’un qui cherchait la sainteté, et plus il en a fait l’expérience, plus grand était son amour pour Dieu au fond de son cœur. Paul, quant à lui, n’a fait qu’un travail de l’extérieur et, bien qu’il ait également travaillé d’arrache-pied, ses efforts visaient à faire son travail correctement et à recevoir ainsi une récompense. S’il avait su qu’il ne recevrait aucune récompense, il aurait abandonné son travail. Ce dont se souciait Pierre, c’était le véritable amour dans son cœur, un amour concret et réalisable. Il ne se souciait pas de savoir s’il recevrait une récompense, mais de savoir si son tempérament pouvait être transformé. Paul se souciait de travailler toujours plus dur, il se souciait du travail extérieur, de la dévotion et des doctrines qui n’étaient pas connues des gens ordinaires. Il ne se souciait pas de changements profonds en lui ni d’un véritable amour pour Dieu. Les expériences de Pierre visaient à accéder à un véritable amour pour Dieu, à une vraie connaissance de Dieu, à une relation plus étroite avec Dieu et à mener une vie pratique. Le travail de Paul avait pour cause ce qui lui avait été confié par Jésus, et avait pour but d’obtenir les choses auxquelles il aspirait, mais celles-ci n’étaient pas en rapport avec la connaissance qu’il avait de lui-même et de Dieu. Son travail visait seulement à le faire échapper au châtiment et au jugement. Ce que Pierre cherchait était l’amour pur, et ce que Paul cherchait était la couronne de justice. Pierre a fait l’expérience de l’œuvre du Saint-Esprit pendant de nombreuses années, et avait une connaissance pratique de Christ, ainsi qu’une profonde connaissance de lui-même. Et ainsi, son amour pour Dieu était pur. De nombreuses années d’épurement avaient élevé sa connaissance de Jésus et de la vie, et son amour était un amour inconditionnel, c’était un amour spontané, et il ne demandait rien en retour, de même qu’il n’espérait en tirer aucun avantage. Paul a travaillé pendant de nombreuses années, mais il n’avait pas une grande connaissance de Christ, et sa connaissance de lui-même aussi était lamentablement petite. Il n’avait tout simplement pas d’amour pour Christ, et son travail et son parcours visaient à décrocher le laurier final. Ce qu’il cherchait, c’était la plus belle couronne, et non le plus pur amour. Il ne cherchait pas activement, mais passivement ; il n’accomplissait pas son devoir, mais il était contraint dans sa quête après avoir été saisi par l’œuvre du Saint-Esprit. Et par conséquent, sa quête ne prouve pas qu’il ait été qualifié pour être une créature de Dieu ; c’est Pierre qui était qualifié pour être une créature de Dieu et qui a accompli son devoir. L’homme pense que tous ceux qui font des contributions à Dieu devraient recevoir une récompense, et que plus la contribution est grande, plus on aurait droit de bénéficier de la faveur de Dieu. Essentiellement, l’homme voit ces contributions comme une transaction et ne cherche pas activement à accomplir son devoir en tant que créature de Dieu. Pour Dieu, plus les gens cherchent un véritable amour pour Lui et une obéissance sans réserve envers Lui, ce qui veut dire aussi chercher à accomplir leur devoir en tant que créature de Dieu, plus ils sont en mesure d’obtenir l’approbation de Dieu. Le point de vue de Dieu, c’est d’exiger que l’homme retrouve son devoir et son statut d’origine. L’homme est une créature de Dieu, et donc l’homme ne doit pas trop demander en formulant une quelconque exigence à Dieu, et il ne doit rien faire de plus que son devoir en tant que créature de Dieu. La destination de Paul et de Pierre a été évaluée selon leur capacité à accomplir leur devoir en tant que créatures de Dieu, et non selon l’ampleur de leur contribution ; leur destination a été déterminée selon ce qu’ils cherchaient dès le début, et non pas en fonction de la quantité du travail qu’ils ont fourni ou de l’appréciation des autres à leur égard. Et ainsi, chercher activement à accomplir son devoir en tant que créature de Dieu est le chemin de la réussite ; chercher le chemin du véritable amour pour Dieu est le chemin le plus correct ; chercher des changements dans son ancien tempérament et chercher le pur amour pour Dieu est le chemin du succès. Un tel chemin de la réussite est le chemin qui mène à retrouver le devoir initial ainsi que l’apparence originelle d’une créature de Dieu. C’est le chemin du rétablissement, et c’est aussi le but de toute l’œuvre de Dieu, du début à la fin. Si la quête de l’homme est entachée de demandes personnelles extravagantes et de désirs irrationnels, alors l’effet qui est obtenu ne sera pas celui des changements dans le tempérament de l’homme. C’est en contradiction avec le travail de rétablissement. Ce n’est indubitablement pas une œuvre accomplie par le Saint-Esprit, et c’est une preuve qu’une quête de ce genre n’est pas approuvée par Dieu. Quel est le sens d’une quête qui n’est pas approuvée par Dieu ?

Extrait de « Le succès ou l’échec dépendent du chemin que l’homme emprunte », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 479)

Le travail effectué par Paul a été exposé devant l’homme, mais le degré de la pureté de son amour pour Dieu et la profondeur de son amour pour Dieu dans son cœur restent invisibles pour l’homme. L’homme ne peut voir que le travail qu’il a accompli, à partir duquel l’homme sait qu’il a sûrement été utilisé par le Saint-Esprit, et ainsi l’homme pense que Paul était meilleur que Pierre, que son travail était plus grand, car il était en mesure de répondre aux besoins des Églises. Pierre ne prêtait attention qu’à ses expériences personnelles et n’a rallié que quelques personnes au cours de son travail occasionnel. De lui, il n’y a que quelques épîtres peu connues, mais qui sait à quel point, au plus profond de son cœur, il aimait Dieu ? Jour après jour, Paul travaillait pour Dieu : tant qu’il y avait du travail à faire, il le faisait. Il estimait que, de cette manière, il pourrait recevoir la couronne et pouvait satisfaire Dieu, mais il ne cherchait pas à changer personnellement par son travail. Quant à Pierre, tout ce qui ne satisfaisait pas le désir de Dieu dans sa vie le rendait mal à l’aise. Si quelque chose ne satisfaisait pas le désir de Dieu, alors il avait des remords et cherchait un moyen approprié par lequel il pouvait s’efforcer de satisfaire le cœur de Dieu. Même dans les plus petits détails et aspects de moindre importance de sa vie, il s’imposait toujours de satisfaire le désir de Dieu. Il n’était pas moins exigeant quand il s’agissait de son ancien tempérament, toujours rigoureux dans ses exigences envers lui-même à progresser plus encore dans la vérité. Paul ne cherchait qu’à obtenir une réputation et un statut superficiels. Il cherchait à se mettre en valeur devant l’homme et ne cherchait pas à faire un quelconque progrès dans son entrée dans la vie. Ce dont il se souciait, c’était la doctrine, et non la réalité. Certains disent : « Paul a tellement travaillé pour Dieu, pourquoi n’a-t-il pas été gardé en mémoire par Dieu ? Pierre n’a fait qu’un peu de travail pour Dieu et n’a pas apporté une grande contribution aux Églises, alors pourquoi a-t-il été rendu parfait ? » Pierre a aimé Dieu jusqu’à un certain point, ce qui était requis par Dieu ; seules de telles personnes ont fait des témoignages. Et qu’en est-il de Paul ? Jusqu’à quel point Paul a-t-il aimé Dieu ? Le sais-tu ? Que visait le travail de Paul ? Et que visait le travail de Pierre ? Pierre n’a pas beaucoup travaillé, mais sais-tu ce qu’il avait au plus profond de son cœur ? Le travail de Paul concernait les besoins des Églises et le soutien des Églises. Pierre a fait l’expérience de changements dans son tempérament, de l’amour pour Dieu. Maintenant que tu connais les différences qu’il y a entre leurs essences, tu peux voir, en fin de compte, qui croyait véritablement en Dieu, et qui ne croyait pas véritablement en Dieu. L’un d’eux aimait vraiment Dieu, l’autre n’aimait pas vraiment Dieu ; l’un a subi des changements dans son tempérament, l’autre pas ; l’un servait humblement et les gens ne le remarquaient pas facilement, l’autre était adoré par les gens et avait une grande image ; l’un cherchait la sainteté, l’autre pas, et quoiqu’il ne fût pas impur, il n’était pas animé d’un amour pur ; l’un possédait la véritable humanité, l’autre pas ; l’un était animé du sentiment d’une créature de Dieu, l’autre pas. Telles sont les différences d’essence entre Paul et Pierre. Le chemin que Pierre a emprunté était le chemin du succès, qui était également le chemin menant au rétablissement de l’humanité normale et du devoir d’une créature de Dieu. Pierre représente tous ceux qui connaissent le succès. Le chemin emprunté par Paul était le chemin de l’échec, et Paul représente tous ceux qui ne se soumettent et ne se dépensent que superficiellement, et n’aiment pas véritablement Dieu. Paul représente tous ceux qui ne possèdent pas la vérité. Dans sa croyance en Dieu, Pierre a cherché à satisfaire Dieu en tout et a cherché à obéir à tout ce qui venait de Dieu. Sans la moindre plainte, il a pu accepter le châtiment et le jugement, ainsi que l’épurement, la tribulation et les carences dans sa vie, rien de tout cela ne pouvait modifier son amour pour Dieu. N’était-ce pas l’ultime amour pour Dieu ? N’était-ce pas l’accomplissement du devoir d’une créature de Dieu ? Que ce soit dans le châtiment, le jugement ou la tribulation, tu es toujours capable de rester obéissant jusqu’à la mort, et c’est ce qui doit être accompli par une créature de Dieu, c’est la pureté de l’amour pour Dieu. Si l’homme peut en atteindre autant, alors il est qualifié pour être une créature de Dieu, et il n’y a rien qui satisfasse mieux le désir du Créateur. Imagine que tu sois en mesure de travailler pour Dieu, mais que tu ne sois pas obéissant envers Dieu et ne sois pas capable d’aimer véritablement Dieu. De cette façon, non seulement tu n’auras pas accompli le devoir d’une créature de Dieu, mais tu seras également condamné par Dieu, car tu es quelqu’un qui ne possède pas la vérité, qui est incapable d’obéir à Dieu et qui est désobéissant envers Dieu. Tu ne te soucies que de travailler pour Dieu, et ne te soucies pas de mettre la vérité en pratique ou de te connaître toi-même. Tu ne comprends pas ni ne connais le Créateur, et tu n’obéis pas ni n’aimes le Créateur. Tu es quelqu’un qui est naturellement désobéissant envers Dieu, et ainsi de telles personnes ne sont pas bien aimées par le Créateur.

Extrait de « Le succès ou l’échec dépendent du chemin que l’homme emprunte », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 480)

Certains disent : « Paul a accompli un travail immense et il a assumé une lourde charge pour les Églises et a tellement contribué pour elles. Les treize épîtres de Paul ont soutenu les 2 000 ans de l’ère de la Grâce, et arrivent seulement en seconde position après les quatre Évangiles. Qui peut se comparer à lui ? Personne ne peut déchiffrer l’Apocalypse de Jean, alors que les épîtres de Paul donnent la vie et le travail qu’il a fait était bénéfique pour les Églises. Qui d’autre aurait pu réaliser de telles choses ? Quel travail Pierre a-t-il accompli ? » Quand l’homme évalue les autres, c’est en fonction de leur contribution. Lorsque Dieu évalue l’homme, Il le fait suivant la nature de l’homme. Parmi ceux qui cherchent la vie, Paul était quelqu’un qui ne connaissait pas sa propre essence. Il était loin d’être humble ou obéissant, il ne connaissait pas non plus son essence qui s’opposait à Dieu. Et donc, il était quelqu’un qui n’avait pas subi d’expériences précises et quelqu’un qui n’avait pas mis la vérité en pratique. Pierre était différent. Il connaissait ses imperfections, ses faiblesses et son tempérament corrompu en tant que créature de Dieu, et donc il avait un chemin à pratiquer par lequel changer son tempérament ; il n’était pas de ceux qui ne parlaient que de doctrine, mais ne possédaient pas la réalité. Ceux qui changent sont de nouvelles personnes qui ont été sauvées, ce sont des personnes qui sont qualifiées pour poursuivre la vérité. Ceux qui ne changent pas sont naturellement dépassés ; ce sont ceux qui n’ont pas été sauvés, c’est-à-dire ceux que Dieu déteste et rejette. Dieu ne Se souviendra pas d’eux, peu importe la qualité de leur travail. En comparant cela à ta propre quête, que tu sois, en fin de compte, du genre de Pierre ou de Paul devrait être évident. S’il n’y a toujours pas de vérité dans ce que tu cherches, et si même aujourd’hui, tu restes toujours aussi arrogant et insolent que Paul, et es toujours aussi désinvolte et prétentieux que lui, alors tu es sans aucun doute un dégénéré qui échoue. Si tu cherches comme Pierre, si tu cherches des pratiques et des changements véritables et n’es ni arrogant ni entêté, mais cherches à accomplir ton devoir, alors tu es une créature de Dieu qui peut remporter la victoire. Paul ne connaissait pas sa propre essence ou corruption, il connaissait encore moins sa propre désobéissance. Il n’a jamais fait mention de son ignoble méfiance envers Christ, il n’avait pas non plus trop de regrets. Il a seulement offert une brève explication et, au fond de son cœur, il n’était pas totalement soumis à Dieu. Bien qu’il soit tombé sur le chemin de Damas, il ne s’est pas profondément examiné. Il se contentait de travailler et ne considérait pas la connaissance de lui-même et le changement de son ancien tempérament comme les questions les plus cruciales. Il était satisfait simplement de dire la vérité, de soutenir les autres pour soulager sa propre conscience et de ne plus persécuter les disciples de Jésus pour se consoler et se pardonner à lui-même ses vieux péchés. L’objectif qu’il poursuivait n’était rien de plus qu’une future couronne et un travail temporaire, une grâce abondante. Il n’a pas cherché à connaître suffisamment la vérité, de même qu’il n’a pas cherché à aller plus en profondeur dans la vérité qu’il n’avait pas comprise précédemment. La connaissance qu’il avait de lui-même peut donc être qualifiée d’erronée, et il n’acceptait pas le châtiment ou le jugement. Qu’il ait été capable de travailler ne signifie pas qu’il possédait une connaissance de sa propre nature ou essence ; il se concentrait seulement sur les pratiques externes. Ses efforts étaient déployés, en outre, non pas vers le changement, mais vers la connaissance. Son travail était totalement la conséquence de l’apparition de Jésus sur le chemin de Damas. Ce n’était pas quelque chose qu’il avait décidé de faire au départ, non plus le travail qui s’était présenté après qu’il eut accepté l’émondage de son ancien tempérament. Peu importe la façon dont il a travaillé, son ancien tempérament n’a pas changé, et ainsi, son travail n’a pas expié ses vieux péchés, mais a simplement joué un certain rôle au sein des Églises de l’époque. Pour un tel homme, dont l’ancien tempérament n’a pas changé – c’est-à-dire, qui n’a pas reçu le salut et avait encore moins la vérité –, il a été absolument impossible qu’il soit accepté par le Seigneur Jésus. Ce n’était pas quelqu’un rempli d’amour et de révérence pour Jésus-Christ ni enclin à chercher la vérité, encore moins quelqu’un qui cherchait à comprendre le mystère de l’incarnation. C’était simplement quelqu’un doué en sophisme et qui ne voulait se rabaisser devant quiconque qui aurait été plus grand que lui ou qui aurait possédé la vérité. Il jalousait les gens ou les vérités qui étaient en contradiction avec lui ou qui lui étaient hostiles, préférant ces personnes douées qui étaient de grandes figures et détenaient des connaissances approfondies. Il n’aimait pas interagir avec les pauvres qui cherchaient le vrai chemin et ne se souciaient que de la vérité, et à la place s’intéressait aux grandes figures des organisations religieuses qui ne parlaient que de doctrines et qui débordaient de connaissances. Il n’avait aucun amour pour la nouvelle œuvre du Saint-Esprit et ne se souciait pas du mouvement de la nouvelle œuvre du Saint-Esprit. Au contraire, il était favorable à ces règles et doctrines qui étaient supérieures aux vérités absolues. Dans son essence propre et l’intégralité de ce qu’il cherchait, il ne mérite pas d’être appelé un chrétien à la recherche de la vérité, encore moins un serviteur fidèle dans la maison de Dieu, car son hypocrisie dépassait les bornes et sa désobéissance était trop grande. Bien qu’il soit connu comme un serviteur du Seigneur Jésus, il n’était absolument pas apte à franchir la porte du royaume des cieux, car ses actions, du début à la fin, ne peuvent être qualifiées de justes. Il peut simplement être considéré comme quelqu’un d’hypocrite, et qui a causé de l’injustice, mais qui a également travaillé pour Christ. Bien qu’on ne puisse le qualifier de mauvais, il peut convenablement être qualifié de quelqu’un qui a causé de l’injustice. Il a accompli beaucoup de travail, mais il ne doit pas être jugé sur la quantité de travail qu’il a accompli, mais seulement sur sa qualité et son essence. C’est seulement de cette manière qu’il est possible d’aller au fond de cette question. Il a toujours pensé : « Je suis capable de travailler, je suis meilleur que la plupart des gens ; le fardeau du Seigneur m’importe plus qu’à quiconque, et personne ne se repent aussi profondément que moi, car la grande lumière a brillé sur moi, et je l’ai vue, et ainsi mon repentir est plus profond que tout autre. » À l’époque, c’est ce qu’il pensait dans son for intérieur. Au terme de son travail, Paul a dit : « J’ai combattu le bon combat, j’ai achevé la course, et la couronne de justice m’est réservée. » Son combat, son travail et sa course visaient totalement la couronne de justice, et il n’allait pas activement de l’avant. Bien qu’il ne fût pas superficiel dans son travail, on peut dire que son travail consistait tout simplement à se rattraper de ses erreurs, des accusations de sa conscience. Il espérait seulement achever son travail, terminer son parcours et mener son combat le plus tôt possible afin de pouvoir recevoir au plus tôt sa couronne de justice tant désirée. Ce qu’il souhaitait ardemment, ce n’était pas de rencontrer le Seigneur Jésus avec ses expériences et sa vraie connaissance, mais de terminer son travail le plus tôt possible afin de pouvoir recevoir les récompenses que lui avait values son travail quand il rencontrerait le Seigneur Jésus. Il utilisait son travail pour se consoler et pour conclure un accord en échange d’une future couronne. Ce qu’il cherchait, ce n’était pas la vérité ni Dieu, mais seulement la couronne. Comment une telle quête peut-elle satisfaire la norme ? Sa motivation, son travail, le prix qu’il a payé et tous ses efforts, tout ceci était rempli de ses rêves merveilleux et il a travaillé entièrement selon ses propres désirs. Dans tout son travail, il n’y avait pas la moindre volonté dans le prix qu’il a payé ; il concluait simplement un accord. Ses efforts n’étaient pas faits de son plein gré afin d’accomplir son devoir, mais ils étaient faits volontiers pour atteindre l’objectif de l’accord. Ces efforts ont-ils aucune valeur ? Qui pourrait faire l’éloge de ses efforts impurs ? Qui a un intérêt dans ces efforts ? Son travail était plein de rêves d’avenir, plein de plans merveilleux, et n’offrait aucun chemin par lequel changer le tempérament de l’homme. Une grande partie de sa générosité était feinte ; son travail ne donnait pas la vie, mais était une imposture de civilité ; c’était la conclusion d’un accord. Comment un travail de ce genre peut-il conduire l’homme sur le chemin du rétablissement de son devoir initial ?

Extrait de « Le succès ou l’échec dépendent du chemin que l’homme emprunte », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 481)

Tout ce que Pierre cherchait était selon le cœur de Dieu. Il cherchait à réaliser le désir de Dieu et, peu importe la souffrance et l’adversité, il était toujours prêt à réaliser le désir de Dieu. Il n’y a pas de plus grande quête pour quelqu’un qui croit en Dieu. Ce que Paul cherchait était entaché de sa propre chair, de ses propres notions et de ses propres plans et stratagèmes. Il n’était en aucun cas qualifié pour être une créature de Dieu, n’était pas quelqu’un qui cherchait à réaliser le désir de Dieu. Pierre cherchait à se soumettre aux orchestrations de Dieu et, bien qu’il n’accomplît pas beaucoup de travail, ce qui motivait sa quête et le chemin qu’il suivait étaient justes ; quoiqu’il n’ait pas pu rallier beaucoup de personnes, il a su poursuivre le chemin de la vérité. Fort de cela, on peut dire qu’il était qualifié pour être une créature de Dieu. Aujourd’hui, même si tu n’es pas un ouvrier, tu devrais être capable d’accomplir le devoir d’une créature de Dieu et chercher à te soumettre à toutes les orchestrations de Dieu. Tu devrais être capable d’obéir à tout ce que Dieu dit, subir toutes sortes de tribulations et d’épurement, et bien que tu sois faible, tu devrais malgré tout être disposé à aimer Dieu dans ton cœur. Ceux qui sont responsables de leur propre vie sont prêts à accomplir le devoir dévolu à une créature de Dieu, et le point de vue de telles personnes sur la quête est le bon. Ce sont les personnes dont Dieu a besoin. Si tu as accompli beaucoup de travail et que les autres ont profité de tes enseignements, mais que toi-même tu n’as pas changé, et que tu n’as porté aucun témoignage, ou que tu n’as pas connu une véritable expérience, au point qu’à la fin de ta vie, rien de ce que tu as fait ne constitue un témoignage, alors es-tu quelqu’un qui a changé ? Es-tu quelqu’un qui cherche la vérité ? À l’époque, le Saint-Esprit t’a utilisé, mais quand Il t’a utilisé, Il a utilisé la partie de toi qui pouvait être utilisée pour travailler, et il n’a pas utilisé la partie de toi qui ne pouvait pas être utilisée. Si tu cherchais à changer, alors tu pourrais être progressivement rendu parfait au cours du processus d’utilisation. Pourtant, le Saint-Esprit n’accepte aucune responsabilité de ton acquisition ou non à la fin, et cela dépend de ta manière de chercher. Si des changements ne s’opèrent pas dans ton tempérament personnel, c’est parce que ton point de vue sur la quête est erroné. Si tu ne bénéficies d’aucune récompense, alors il ne faut t’en prendre qu’à toi-même, et c’est parce que tu n’as pas toi-même mis la vérité en pratique et que tu es incapable de réaliser le désir de Dieu. Et donc, il n’y a rien de plus important que tes expériences personnelles, et rien n’est plus déterminant que ton entrée personnelle ! Certaines personnes finiront par dire : « J’ai tellement travaillé pour Toi et, bien que je n’aie peut-être pas accompli de grands exploits, je me suis appliqué dans mes efforts. Ne peux-Tu pas simplement m’ouvrir la porte du ciel pour manger le fruit de la vie ? » Tu dois savoir quel genre de personnes Je désire ; ceux qui sont impurs ne sont pas autorisés à entrer dans le royaume, ceux qui sont impurs ne sont pas autorisés à souiller la terre sainte. Bien que tu aies peut-être beaucoup travaillé, et ce pendant de nombreuses années, à la fin, si tu es toujours déplorablement dégoûtant, alors il sera intolérable pour la loi du ciel que tu veuilles entrer dans Mon royaume ! Depuis la fondation du monde jusqu’à ce jour, Je n’ai jamais offert un accès facile à Mon royaume à ceux qui cherchent à s’attirer Mes faveurs. C’est une loi céleste, et personne ne peut la transgresser ! Tu dois chercher la vie. Aujourd’hui, ceux qui seront rendus parfaits sont comme Pierre : ce sont ceux qui cherchent les changements dans leur propre tempérament et sont désireux de rendre témoignage à Dieu et d’accomplir leur devoir en tant que créature de Dieu. Seuls ceux-là seront rendus parfaits. Si tu ne penses qu’aux récompenses et ne cherches pas à changer ton propre tempérament de vie, alors tous tes efforts seront vains : c’est une vérité immuable !

Extrait de « Le succès ou l’échec dépendent du chemin que l’homme emprunte », dans La Parole apparaît dans la chair

Paroles de Dieu quotidiennes (extrait 482)

Partant de la différence entre l’essence de Pierre et celle de Paul, tu devrais comprendre que tous ceux qui ne cherchent pas la vie peinent en vain ! Tu crois en Dieu et tu suis Dieu, et donc, dans ton cœur, tu dois aimer Dieu. Tu dois mettre de côté ton tempérament corrompu, tu dois chercher à satisfaire le désir de Dieu, et tu dois accomplir le devoir d’une créature de Dieu. Puisque tu crois en Dieu et Le suis, tu devrais tout Lui offrir et ne devrais pas faire des demandes ou des choix personnels, et tu devrais arriver à satisfaire le désir de Dieu. Puisque tu as été créé, tu devrais obéir au Seigneur qui t’a créé, car tu ne peux pas intrinsèquement te dominer toi-même, et tu n’as aucune capacité à contrôler ton propre destin. Puisque tu es une personne qui croit en Dieu, tu devrais chercher la sainteté et le changement. Puisque tu es une créature de Dieu, tu devrais adhérer à ton devoir et garder ta place, et tu ne dois pas outrepasser ton devoir. Ce n’est pas pour te contraindre ou t’étouffer par la doctrine, mais c’est plutôt le chemin par lequel tu peux accomplir ton devoir, et il peut être emprunté – devrait être emprunté – par tous ceux qui pratiquent la justice. Si tu compares l’essence de Pierre et celle de Paul, alors tu sauras comment tu devrais chercher. Des chemins parcourus par Pierre et Paul, l’un est le chemin pour être rendu parfait, et l’autre est le chemin de l’élimination ; Pierre et Paul représentent deux chemins différents. Bien que chacun ait reçu l’œuvre du Saint-Esprit, ait bénéficié de l’éclairage et de l’illumination du Saint-Esprit et ait accepté ce qui lui avait été confié par le Seigneur Jésus, le fruit porté par chacun n’était pas le même : l’un a réellement porté du fruit, l’autre pas. À partir de leur essence, du travail qu’ils ont accompli, ce qu’ils ont exprimé à l’extérieur, ce qu’ils ont obtenu à la fin, tu devrais savoir quel est le chemin que tu devrais prendre, sur quel chemin tu devrais choisir de t’engager. Ils ont emprunté deux chemins clairement distincts. Paul et Pierre, ils étaient la quintessence de chaque chemin, et ainsi, dès le départ, ils ont été retenus pour caractériser ces deux chemins. Quels sont les points clés des expériences de Paul, et pourquoi n’a-t-il pas réussi ? Quels sont les points clés des expériences de Pierre, et comment a-t-il fait l’expérience d’être rendu parfait ? Si tu compares ce dont chacun se souciait, alors tu sauras précisément quel type de personne Dieu veut, quelle est la volonté de Dieu, quel est le tempérament de Dieu, quel type de personne sera finalement rendu parfait, et aussi quel type de personne ne sera pas rendu parfait ; tu sauras quel est le tempérament de ceux qui seront rendus parfaits et quel est le tempérament de ceux qui ne seront pas rendus parfaits ; ces questions d’essence peuvent être vues dans les expériences de Pierre et Paul. Dieu a créé toutes choses, et ainsi Il fait en sorte que toute la création soit sous Sa domination et se soumette à Sa domination ; Il commandera toutes choses afin que toutes choses soient entre Ses mains. Toute la création de Dieu, y compris les animaux, les plantes, les hommes, les montagnes, les rivières et les lacs, tout doit être sous Sa domination. Toutes les choses dans les cieux et sur la terre doivent être sous Sa domination. Elles ne peuvent pas avoir le choix et doivent toutes se soumettre à Ses orchestrations. Cela a été décrété par Dieu et relève de l’autorité de Dieu. Dieu commande toutes choses, ordonne et classe toutes choses, chacune classée selon son espèce, et à chacune sa position propre, selon la volonté de Dieu. Peu importe sa grandeur, aucune chose ne peut surpasser Dieu, toutes les choses sont au service de l’humanité créée par Dieu, et aucune chose n’ose désobéir à Dieu ou exiger quoi que ce soit de Dieu. Par conséquent, l’homme, en tant que créature de Dieu, doit également accomplir le devoir de l’homme. Peu importe qu’il soit le seigneur ou le gardien de toutes choses, peu importe le statut élevé de l’homme parmi toutes choses, il n’en demeure pas moins un petit être humain sous la domination de Dieu, et n’est rien de plus qu’un être humain insignifiant, une créature de Dieu, et il ne sera jamais au-dessus de Dieu. En tant que créature de Dieu, l’homme doit chercher à accomplir le devoir d’une créature de Dieu et chercher à aimer Dieu sans faire d’autres choix, car Dieu est digne de l’amour de l’homme. Ceux qui cherchent à aimer Dieu ne devraient pas chercher à obtenir un quelconque avantage personnel ou chercher à parvenir à leurs aspirations personnelles ; c’est la meilleure façon de chercher. Si c’est la vérité que tu cherches, que tu mets en pratique, et si ce que tu obtiens, c’est un changement dans ton tempérament, alors le chemin que tu empruntes est le bon chemin. Si ce que tu cherches, ce sont les bénédictions de la chair, et si ce que tu mets en pratique, c’est la vérité de tes propres notions, et s’il n’y a aucun changement dans ton tempérament, si en plus tu n’es absolument pas obéissant envers Dieu dans la chair et vis toujours dans l’imprécision, alors ce que tu cherches te conduira sûrement en enfer, car le chemin que tu empruntes est le chemin de l’échec. Que tu sois rendu parfait ou éliminé dépend de ta propre quête, ce qui revient aussi à dire que le succès ou l’échec dépendent du chemin que l’homme emprunte.

Extrait de « Le succès ou l’échec dépendent du chemin que l’homme emprunte », dans La Parole apparaît dans la chair

10.3 L’entrée dans la vie