44. Retour à la maison

44. Retour à la maison

Par Muyi, Corée du Sud

« L’amour généreux de Dieu est gracieusement offert à l’homme, l’amour de Dieu l’entoure. L’homme, innocent et pur, est libéré de tout tracas. Il vit en paix sous le regard de Dieu. […]. Si tu es une personne de conscience et d’humanité, tu sentiras de l’amour, de la chaleur, de l’attention, tu seras comblé de bonheur » (« Combien l’amour de Dieu est important pour l’homme » dans Suivre l’Agneau et chanter des cantiques nouveaux). Chaque fois que je commence à chanter ce cantique de la parole de Dieu, j’ai du mal à maîtriser les émotions qui bouillonnent en moi. La raison en est que, autrefois, j’ai délaissé Dieu et me suis rebellée contre Lui. J’étais comme une brebis égarée, incapable de retrouver le chemin pour rentrer, et c’est l’amour inébranlable de Dieu qui m’a ramenée à la maison de Dieu. Dans cet article, je souhaite partager mon expérience du retour vers la maison de Dieu, aussi bien avec mes frères et sœurs en le Seigneur qu’avec des amis qui ne se sont pas encore tournés vers Dieu.

Étant enfant, je vivais chaque jour dans la peur car ma mère et mon père se disputaient continuellement. Après que j’ai eu terminé le collège, ma mère a commencé à croire au Seigneur Jésus, encouragée par un voisin, et je l’ai suivie à l’église. C’est à partir de ce moment-là que j’ai su que Dieu était le Seigneur de tous les êtres créés et que, pour racheter l’humanité du péché, Dieu incarné Lui-même a été crucifié sur la croix en sacrifice d’expiation pour l’homme. L’amour de Dieu pour l’homme est si grand ! Inspirée par l’amour du Seigneur, j’ai décidé de croire en Lui avec ferveur et de Lui rendre Son amour, trouvant ainsi une direction et un sens à ma vie. Ensuite, j’ai assisté régulièrement à des rassemblements, lu les Écritures et loué le Seigneur. Au fil du temps, j’ai commencé à me sentir heureuse. Quand j’ai lu dans la Bible, notamment, que le Seigneur reviendrait sur une nuée dans les derniers jours et nous accueillerait au royaume des cieux, mon cœur s’est encore davantage empli d’espoir. En outre, lors des rassemblements, le pasteur nous a souvent expliqué ce verset des Écritures : « Hommes Galiléens, pourquoi vous arrêtez-vous à regarder au ciel ? Ce Jésus, qui a été enlevé au ciel du milieu de vous, viendra de la même manière que vous l’avez vu allant au ciel » (Actes 1:11). J’ai alors été encore plus convaincue que le Seigneur Jésus descendrait sur une nuée blanche pour nous accueillir dans notre demeure céleste !

En 2005, j’ai rencontré un Coréen, qui est ensuite devenu mon petit ami, et suis partie avec lui en Corée. J’ai essayé de trouver une Église d’expatriés chinois, en raison de la barrière linguistique, mais en vain. Mon esprit s’est alors progressivement appauvri et, inconsciemment, je me suis éloignée de Dieu. Nous nous sommes mariés, mais notre relation n’a pas fonctionné à cause de la trop grande différence culturelle et avons divorcé peu de temps après. L’échec de mon mariage a constitué pour moi un grand choc d’un point de vue spirituel et m’a causé beaucoup de souffrance. De plus, étant dans un pays étranger, sans ami ni famille, je me sentais très seule. Je ne pouvais que prier Dieu en silence et Lui faire part de la souffrance qui habitait mon cœur. Je Lui ai demandé qu’Il me guide vers une Église chinoise afin que je puisse retourner à la maison de Dieu.

Un an plus tard, j’ai trouvé un ministère chinois dans une église presbytérienne, ce qui m’a rendue profondément heureuse. Finalement, j’ai été capable, une fois de plus, de rendre grâce à Dieu à l’église. Toutefois, j’ai été déçue par le fait que les pasteurs ne faisaient que nous lire des passages des Écritures et nous expliquer un peu le sens littéral des paroles à chaque rassemblement. Les sermons manquaient totalement de lumière et de saveur. Ils n’apportaient absolument rien à nos vies, et les rassemblements ont fini par n’être rien de plus que des formalités. Au cours des rassemblements, certains murmuraient entre eux, d’autres jouaient à des jeux sur leurs téléphones portables, d’autres encore dormaient ou étaient simplement là pour trouver un compagnon et il y en avait même qui se prenaient dans les bras. J’ai ainsi pensé : « L’église est un temple, un endroit pour vénérer Dieu. Nous venons ici pour participer à des rassemblements, mais personne n’a la moindre crainte vis-à-vis de Dieu, qui doit être tellement dégoûté par ce qu’Il voit ! Le Seigneur ne voudrait-Il pas abandonner un endroit aussi sordide que celui-ci ? » Or, les pasteurs et les prédicateurs se comportaient comme s’ils ne remarquaient rien de ce qui se passait et faisaient donc l’autruche.

Vivant dans cet immense chaudron du mal qu’est le monde, j’ai commencé à adopter peu à peu une vie de débauche. J’allais souvent boire un verre avec des amis pendant mon temps libre et n’avais jamais le comportement d’une croyante. Cependant, à chaque fois que mon cœur commençait à s’éloigner du Seigneur, Ses paroles me venaient à l’esprit : « Lorsque l’esprit impur est sorti d’un homme, il va par des lieux arides, cherchant du repos, et il n’en trouve point. Alors il dit : Je retournerai dans ma maison d’où je suis sorti ; et, quand il arrive, il la trouve vide, balayée et ornée. Il s’en va, et il prend avec lui sept autres esprits plus méchants que lui ; ils entrent dans la maison, s’y établissent, et la dernière condition de cet homme est pire que la première » (Matthieu 12:43-45). Les paroles du Seigneur me frênaient, me protégeaient et m’empêchaient de m’éloigner trop de Dieu ou de faire quoi que ce soit qui dépasserait les bornes, de peur d’irriter le Seigneur qui pourrait être dégoûté par mon comportement. Je craignais qu’Il m’abandonne et que je tombe aux mains de l’esprit impur.

En 2016, à Noël, l’église a rassemblé des frères et sœurs talentueux pour monter un spectacle afin d’égayer les esprits. Une sœur que je n’avais jamais vue auparavant nous a chanté un cantique de louange à Dieu : « Combien l’amour de Dieu est important pour l’homme Cette scène de la Bible, “le commandement de Dieu à Adam”, est touchante et réconfortante. Même si elle ne nous montre que Dieu et l’homme, la relation entre les deux est si intime que l’on se sent émerveillé. Un parfait émerveillement. L’amour généreux de Dieu est gracieusement offert à l’homme, l’amour de Dieu l’entoure. L’homme, innocent et pur, est libéré de tout tracas. Il vit en paix sous le regard de Dieu. Dieu veille sur l’homme, et l’homme vit sous Ses ailes. Tout ce que fait l’homme, toutes ses paroles et ses actions sont liés à Dieu, éternellement. Dès le premier instant, quand Dieu créa la race humaine, Dieu en fut responsable. Qu’est-ce que cela implique ? C’est à Lui de protéger l’homme et à Lui de veiller sur l’homme. Il veut gagner sa confiance, sa confiance et son obéissance. C’était la première chose qu’Il attendait de la race humaine. Et dans cet espoir, Dieu dit les paroles suivantes : “Tu pourras manger les fruits de tous les arbres du jardin, mais de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, du bien et du mal, tu ne mangeras pas, car le jour où tu en mangeras, tu mourras.” Ces simples mots exprimant Sa volonté, montrent que le cœur de Dieu se souciait déjà de l’homme. Et grâce à ces simples mots, on voit le cœur de Dieu. Y a-t-il de l’amour dans Son cœur ? N’y a-t-il pas de l’inquiétude ? L’amour de Dieu et Sa bonté peuvent être sentis et ressentis. Si tu es une personne de conscience et d’humanité, tu sentiras de l’amour, de la chaleur, de l’attention, tu seras comblé de bonheur. Lorsque tu ressentiras cela, comment agiras-tu envers Dieu ? Est-ce que tu t’attacheras à Lui avec pure dévotion ? Ton cœur ne sera-t-il pas rempli de dévotion ? Sera-t-il attiré à Lui ? Nous voyons bien l’importance de l’amour de Dieu pour l’homme. Mais ce qui est encore plus important, c’est que l’homme ressente et comprenne l’amour de Dieu » (« Combien l’amour de Dieu est important pour l’homme » dans Suivre l’Agneau et chanter des cantiques nouveaux).

Chaque parole du cantique faisait battre mon cœur encore plus vite, tandis que des larmes d’émotion ne cessaient de couler de mes yeux. Je sentais que j’étais dans ce magnifique tableau où j’étais accompagnée par Dieu, aimée par Dieu et jouissais de toutes les choses qu’Il accordait à la création : l’air, la lumière, l’eau, et ainsi de suite. Tout débordait de Son amour ! Je bénéficiais de tout ce qu’Il nous avait accordé, mais mon cœur s’était éloigné de Lui. Comme Il devait en être attristé ! J’ai particulièrement ressenti que les paroles « Si tu es une personne de conscience et d’humanité, tu sentiras de l’amour, de la chaleur, de l’attention, tu seras comblé de bonheur » étaient Dieu qui appelait mon cœur et mon esprit. En 2007, alors que la cohabitation avec mon mari était insupportable et que je n’avais plus de chez moi, Dieu a mis sur mon chemin le Centre coréen des droits de l’homme pour les femmes immigrées. Le centre m’a fourni gratuitement le gîte et le couvert, m’a trouvé un avocat et s’est occupé pour moi, gratuitement, des procédures judiciaires de divorce. Lorsque le moment est venu pour moi de solliciter ma naturalisation, Dieu a utilisé un ministre de l’Église presbytérienne pour qu’il me parraine. En principe, les Coréens souhaitent rarement parrainer quelqu’un, d’autant plus que j’étais étrangère et que je n’avais été à cette Église que trois ou quatre fois. Je savais que l’aide invisible de Dieu rendait tout cela possible. Sans oublier que les étrangers sollicitant la naturalisation devaient disposer de 30 millions de wons d’immobilisations, alors que je n’en avais même pas 3 millions. Le Bureau d’immigration m’a demandé de fournir un justificatif d’embauche afin de prouver que j’étais en mesure de m’assumer financièrement, et ils ne m’ont causé absolument aucune difficulté… Dieu réalisait toujours des miracles pour moi quand j’en avais le plus besoin, et tout cela démontrait Sa souveraineté ! L’amour de Dieu est vaste et profond, et pourtant j’étais si rebelle. J’avais depuis longtemps oublié Dieu et brisé Son cœur. Ce cantique de louange m’a émue, alors j’ai décidé de regagner ma foi et de ne plus jamais me livrer à la débauche ni causer de chagrin à Dieu.

Le 19 février 2017, j’ai commencé à avoir terriblement mal à la tête et aux yeux. Je suis allée à l’hôpital, mais le traitement que l’on m’a administré n’a pas fonctionné. Sœur Li, qui faisait partie de notre Église, m’a présentée à l’une de ses amies qui connaissait la médecine traditionnelle chinoise et a dit que le traitement agirait au bout d’une semaine seulement. J’ai accepté le traitement qu’elle proposait, et ce jour-là, nous avons rencontré le frère Jin, un ami de celle qui connaissait la médecine chinoise. Je ne m’attendais pas à rencontrer un frère en le Seigneur, et je pensais que cela avait dû être arrangé par Dieu. Je me suis mise à parler de la Bible avec lui. Frère Jin nous a lu la parabole des dix vierges tirée de la Bible. Il m’a demandé : « Ma sœur, attendez-vous le retour du Seigneur avec impatience ? » J’ai répondu : « Bien sûr ! » Il m’a ensuite demandé : « Alors, comment le Seigneur reviendra-t-Il ? » J’ai répondu sans hésiter : « Les Écritures disent qu’Il descendra sur une nuée ! » Le frère a annoncé : « Vous savez quoi ? Le Seigneur est déjà revenu. » Sa réponse m’a stupéfaite, et j’ai dit : « Il est indiqué dans Marc, chapitre 13, verset 32, “Pour ce qui est du jour ou de l’heure, personne ne le sait, ni les anges dans le ciel, ni le Fils, mais le Père seul.” Personne ne sait quand le Seigneur reviendra. Vous dites que le Seigneur est revenu, mais comment pouvez-vous le savoir ? » Frère Jin ne m’a pas répondu directement, mais a plutôt cité des prophéties de la Bible concernant le retour du Seigneur. Il est dit dans Luc, 12:40 : « Vous aussi, tenez-vous prêts, car le Fils de l’homme viendra à l’heure où vous n’y penserez pas. » Il est dit dans Luc, 17:24-26 : « Car, comme l’éclair resplendit et brille d’une extrémité du ciel à l’autre, ainsi sera le Fils de l’homme en son jour. Mais il faut auparavant qu’il souffre beaucoup, et qu’il soit rejeté par cette génération. Ce qui arriva du temps de Noé arrivera de même aux jours du Fils de l’homme. » Il est dit dans l’Apocalypse, 3:20 : « Voici, je me tiens à la porte, et je frappe. Si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez lui, je souperai avec lui, et lui avec moi. » Il est dit dans Jean, 10:27 : « Mes brebis entendent ma voix ; je les connais, et elles me suivent. »

Après avoir terminé sa lecture, Frère Jin a expliqué : « Le Seigneur nous demande de rester vigilants, car personne ne sait quel jour Il viendra. Cela dit, d’après la prophétie, le Seigneur reviendra sous l’apparence du Fils de l’homme. Le Fils de l’homme est Dieu fait homme, c’est-à-dire Dieu incarné dans la chair. Même si nous ne connaissons pas le moment de la venue du Seigneur, nous Le reconnaîtrons par Sa voix, car les brebis de Dieu entendront Sa voix et Le suivront alors… » À ce moment-là, j’ai pensé à mon pasteur, selon lequel quiconque témoignant du retour du Seigneur Jésus dans la chair était un imposteur. Je ne pouvais pas écouter davantage Frère Jin et ai donc envoyé le message suivant au pasteur : « Quelqu’un est en train de me dire que le Seigneur est revenu sous forme incarnée. À quelle Église appartient-il ? » Le pasteur m’a répondu : « Il fait partie de l’Éclair Oriental. » Il m’a ensuite recommandé de partir immédiatement et de ne plus avoir de contact avec cette personne. Il m’a aussi interdit de lire leurs livres et a continué à m’envoyer des sermons indiquant comment se prémunir de l’hérésie. Comme je croyais que tout ce que disait le pasteur devait être vrai, j’ai donc décidé de ne plus écouter leurs échanges et de simplement les ignorer.

À ma grande surprise, dans l’après-midi du 20 décembre, Frère Jin et sa petite sœur sont venus me voir à l’endroit où je recevais le traitement. Frère Jin m’a beaucoup parlé de l’œuvre du retour du Seigneur. Cependant, comme je venais d’apprendre le décès de ma mère ce matin-là et que j’avais également des réserves au sujet de ce qu’ils prêchaient, je n’ai tout simplement rien compris de ce qu’il disait. Cela a continué ainsi pendant trois jours, Frère Jin n’ayant visiblement pas renoncé à me prêcher l’Évangile. Je lui ai toutefois demandé de me laisser seule, trop tourmentée pour l’écouter. Je lui ai dit : « Laissez tomber ! Soit vous arrêtez de me parler et partez, soit c’est moi qui m’en vais ! » Frère Jin a vu que je n’écoutais vraiment pas et n’a eu d’autre choix que de partir. Je ne pensais pas qu’il tenterait de revenir, mais, à ma grande surprise, il est repassé le jour suivant avec un homme appelé Frère Cheng et a continué à me prêcher l’Évangile. Je me suis dit : « Pourquoi s’acharne-t-il autant ? » Je n’avais d’autre choix que de le supporter pour sauver les apparences, mais je n’ai pas du tout participé à la conversation. J’avais beau me montrer froide envers eux, Frère Cheng continuait à me parler avec patience : « Le Seigneur est déjà venu dans le monde sous forme incarnée et Il accomplit l’œuvre de jugement et de châtiment… » En voyant à quel point il était patient, aimant et pas du tout dérangé à l’idée de prêcher auprès de moi, j’ai pensé : « Les gens de notre Église sont faibles. Leur foi et leur amour sont devenus froids. Comment se fait-il que la foi et l’amour des gens qui croient en l’Éclair Oriental sont si grands ? Quel pouvoir leur permet de persévérer dans leurs efforts pour m’évangéliser ? Sans l’œuvre du Saint-Esprit, ils ne seraient jamais capables de le faire seulement avec leurs propres forces ! »

À cette époque-là, un autre frère, du nom de Yang, s’intéressait à l’œuvre des derniers jours de Dieu Tout-Puissant, tout comme moi. Tandis que j’avais en permanence une attitude négligente et distraite, Frère Yang faisait preuve de sérieux dans son étude de l’Église de Dieu Tout-Puissant. Il m’a dit qu’il avait rejeté l’Évangile de Dieu Tout-Puissant quand des gens le lui avaient prêché auparavant, mais que le fait de l’entendre à nouveau aujourd’hui devait être une chance accordée par Dieu donc il l’étudierait volontiers. Frère Yang a constaté qu’écouter les paroles du pasteur était la seule chose qui m’intéressait et que je ne cherchais pas avec un esprit ouvert. Il m’a trouvé un passage, Matthieu, 5:3-6, qui disait : « Heureux les pauvres en esprit, car le royaume des cieux est à eux ! […] Heureux les débonnaires, car ils hériteront la terre ! Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice, car ils seront rassasiés ! » Après avoir lu la parole du Seigneur, je me suis demandé : « Comment se fait-il que je ne parvienne pas à m’apaiser en la présence du Seigneur ni à chercher la vérité ? Si, par chance, le Seigneur est vraiment revenu et que je n’écoute ni n’étudie les prédications, ne vais-je pas être mise de côté ? Je dois aussi être un peu plus ouverte d’esprit et ne pas tirer de conclusions hâtives qui seraient basées sur mes propres idées. » Alors que j’avais décidé d’apaiser mon cœur et d’étudier avec sincérité, un prédicateur de mon Église m’a appelée, sans que je m’y attende, et m’a demandé si j’étais toujours avec les gens de l’Église de Dieu Tout-Puissant. J’ai répondu que oui, et le prédicateur m’a rappelé de cesser tout contact avec eux. Par ce nouvel avertissement, le prédicateur a chassé de mon esprit les pensées que je venais d’avoir en étudiant l’Église de Dieu Tout-Puissant. J’ai pensé : « Le pasteur et le prédicateur ont une bien meilleure compréhension de la Bible que moi et ne reconnaissent pas que le Seigneur est revenu. Moi, j’ai trop peu de compréhension de la Bible et manque de discernement, je ferais donc mieux d’écouter ce qu’ils disent. » Après avoir raccroché, j’ai dit à Frère Cheng : « Si Frère Yang veut continuer à parler de cela, alors je vous laisse discuter, mais je ne vous écoute plus. » C’est ainsi, qu’une fois de plus, j’ai brutalement rejeté le salut de Dieu.

Je suis retournée au travail après une semaine de traitement. En raison du décès de ma mère, j’avais le cœur empli de chagrin et d’angoisse, et ne pouvais m’empêcher de penser à elle. Chaque jour, quand je rentrais du travail, je regardais une photo de ma mère et lui parlais. Un jour, j’ai soudainement pensé : « Je crois au Seigneur et, à chaque fois que j’éprouve une difficulté ou de la faiblesse, je peux toujours Lui en parler. » Plus tard, à chaque fois que je subissais des épreuves, je me présentais devant Lui et priais pour Lui demander de me réconforter. Toutefois, j’avais beau prier, je ne ressentais pas d’émotion. Parfois, je m’endormais même pendant ma prière. À cette époque-là, je vivais au quotidien dans une grande anxiété, à tel point que le moindre bruit dans mon dos provoquait chez moi une peur indescriptible. Au beau milieu de ma peur et de mon impuissance, j’ai prié Dieu avec ferveur : « Ȏ Seigneur ! Mon cœur est en pleine obscurité et je tremble de peur. Aurais-je commis une erreur quelque part ? Ȏ Seigneur ! Depuis quelques jours, les gens me disent que Tu es revenu en tant que Dieu Tout-Puissant. Ȏ Seigneur ! Si Tu es réellement revenu et es réellement le Dieu Tout-Puissant dont ils m’ont parlé, je Te demande de définir un moment et de préparer les circonstances adaptées pour que Frère Yang m’appelle ou m’envoie un message. Quand ils reviendront, peu importe ce qu’ils diront, mon cœur acceptera Ta nouvelle œuvre et Tes nouvelles paroles avec obéissance et avidité. Si ce n’est pas Ton œuvre et si ce qu’ils me prêchent est faux et trompeur, alors fais en sorte de barrer leur route et de ne jamais les laisser revenir. »

Étonnamment, après cette prière, Dieu a accompli exactement ce que j’avais demandé en prière. Frère Yang m’a effectivement appelée, et je lui ai raconté tout ce qui s’était passé ces derniers jours. Frère Yang a dit que mon cœur s’était assombri parce que j’avais rejeté l’œuvre de Dieu des derniers jours et que je m’étais rebellée contre Lui. Il espérait que je continuerais d’étudier l’œuvre de Dieu des derniers jours et que, cette fois, je ne rejetterais pas sa suggestion.

Peu de temps après, Frère Yang m’a envoyé un film évangélique. Une réplique m’a fait réagir : « Puisque nous croyons en Dieu, nous devons écouter Dieu, et non les hommes. » « C’est vrai ! ai-je pensé. C’est en Dieu que je crois, et c’est Lui que je dois écouter ! Sauf qu’à cette époque-là, quand les frères Jin et Cheng me parlaient de l’œuvre de Dieu des derniers jours, je ne cessais de questionner le pasteur à ce sujet. Je respectais ce que le pasteur et le prédicateur me disaient et ne voulais pas étudier sérieusement la nouvelle œuvre de Dieu Tout-Puissant ni écouter la parole de Dieu. Je croyais au Seigneur, mais n’avais pas prié le Seigneur ni recherché auprès de Lui. Au contraire, j’avais fait aveuglément confiance aux propos du pasteur et du prédicateur. Qu’est-ce que j’avais été stupide ! La Bible dit : “Il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes” (Actes 5:29). Je croyais au Seigneur, mais ne Lui obéissais pas. À la place, j’obéissais aux gens. N’étais-je pas devenue quelqu’un qui croyait aux hommes et les suivait ? Si Dieu Tout-Puissant est le Seigneur Jésus de retour, que je me suis rebellée contre Lui et que je Lui ai résisté de la sorte, car j’étais réticente à L’accepter, n’ai-je pas alors été une imbécile aveugle ? N’ai-je pas tenu le Seigneur à l’écart ? » À cette pensée, je me suis profondément repentie dans mon cœur et je n’ai pu retenir mes larmes.

Je me suis à nouveau présentée devant le Seigneur et j’ai prié : « Seigneur Jésus-Christ ! Quelqu’un a prêché l’Évangile en disant que Tu étais déjà revenu sous forme incarnée et que Tu étais Dieu Tout-Puissant, Christ des derniers jours. Je ne parviens pas à en être certaine, mais je suis prête à me présenter devant Toi pour chercher et Te demander de m’éclairer, afin de pouvoir reconnaître Ta voix. Si Tu es réellement revenu et es bien Dieu Tout-Puissant, je veux me repentir auprès de Toi, accepter Ton œuvre et Ton salut. Je Te demande de me conduire à nouveau devant Toi. » Après avoir prié, j’ai ressenti une sorte de joie et un réconfort inexprimables. C’était quelque chose que je n’avais pas éprouvé depuis longtemps. Je savais que le Seigneur avait entendu mes prières, que c’était Lui qui me réconfortait et que c’était Dieu qui m’apportait une preuve. Je voulais aller immédiatement à l’Église de Dieu Tout-Puissant pour examiner cela de plus près, mais j’ai repensé à la manière dont j’avais dû offenser les frères et sœurs là-bas et me suis sentie trop honteuse pour m’y rendre.

Alors que j’étais en plein dilemme, Frère Yang m’a appelée pour me demander si j’avais un moment et m’a dit qu’il espérait que je continuerais à étudier l’œuvre de Dieu Tout-Puissant des derniers jours. Je lui ai parlé de mes réserves. Il a dit : « Pas de problème, nous les croyants en Dieu, nous formons une seule et même famille. Cela ne dérange absolument pas les frères et sœurs de l’Église de Dieu Tout-Puissant. » Quand j’ai entendu sa réponse, j’ai su que Dieu manifestait de la compréhension vis-à-vis de ma stature immature. Je suis donc allée à l’Église de Dieu Tout-Puissant le jour suivant avec Frère Yang.

Les frères et sœurs étaient heureux de voir que j’avais réussi à retrouver le bon chemin. Ils m’ont formellement témoigné que le Seigneur Jésus était revenu pour exprimer la vérité et accomplir l’œuvre de jugement qui commence à la maison de Dieu dans les derniers jours. Ils ont aussi échangé avec moi sur la signification de l’œuvre de Dieu incarné dans les derniers jours et l’importance de l’incarnation pour le salut de l’humanité. Ensuite, j’ai lu les paroles de Dieu suivantes : « Je vous le dis, ceux qui croient en Dieu à cause des signes sont sûrement la catégorie qui souffrira de la destruction. Ceux qui sont incapables d’accepter les paroles de Jésus qui est revenu dans la chair sont sûrement la lignée de l’enfer, les descendants de l’archange, la catégorie qui sera soumise à la destruction éternelle. Beaucoup de gens ne se soucient peut-être pas de ce que Je dis, mais Je veux toujours dire à chaque soi-disant saint qui suit Jésus que, quand vous verrez Jésus descendre du ciel sur une nuée blanche de vos propres yeux, ce sera l’apparition publique du Soleil de justice. Peut-être que ce sera un moment de grande excitation pour toi, mais tu dois savoir que le moment où tu seras témoin de la descente de Jésus du ciel est aussi le moment où tu descendras en enfer pour être puni. Ce sera l’annonce de la fin du plan de gestion de Dieu et ce sera quand Dieu récompensera le bien et punira les méchants. Car le jugement de Dieu aura pris fin avant que l’homme ne voie des signes, quand il n’y aura que l’expression de la vérité. Ceux qui acceptent la vérité et ne cherchent pas des signes, et donc ont été purifiés, iront devant le trône de Dieu et entreront dans les bras du Créateur. Seuls ceux qui persistent à croire que « le Jésus qui ne monte pas sur une nuée blanche est un faux Christ » seront soumis à un châtiment éternel, car ils ne croient qu’au Jésus qui manifeste des signes, mais ne reconnaissent pas le Jésus qui proclame le jugement sévère et libère la vraie voie de la vie. Et donc, Il est certain que Jésus s’occupera d’eux quand Il reviendra ouvertement sur une nuée blanche. Ils sont trop têtus, trop confiants en eux-mêmes, trop arrogants. Comment ces dégénérés pourraient-ils être récompensés par Jésus ? Le retour de Jésus est un grand salut pour ceux qui sont capables d’accepter la vérité, mais un signe de condamnation pour ceux qui sont incapables d’accepter la vérité. Vous devriez choisir votre propre chemin, et ne devriez pas blasphémer contre le Saint-Esprit et rejeter la vérité. Vous ne devriez pas être quelqu’un d’ignorant et d’arrogant, mais quelqu’un qui obéit à la direction du Saint-Esprit, qui désire et cherche la vérité ; ce n’est que de cette manière que vous en profiterez » («Tu verras le corps spirituel de Jésus lorsque Dieu aura renouvelé le ciel et la terre », dans La Parole apparaît dans la chair).

Après avoir lu la parole de Dieu, j’ai soigneusement réfléchi aux vérités que mes frères et sœurs avaient partagées avec moi et dont ils avaient témoigné. J’ai compris que le Seigneur revenait dans les derniers jours de deux façons : l’avènement invisible et Sa venue publique. À présent, l’œuvre de jugement de Dieu Tout-Puissant incarné qui commence à la maison de Dieu est effectivement l’œuvre de l’avènement invisible du Seigneur. Puisque Dieu incarné est revenu parmi les hommes, Son apparence est celle de quelqu’un d’ordinaire et personne n’est capable de dire, simplement en Le regardant, qu’Il est Dieu. Personne ne connaît Sa véritable identité, qui n’est pas divulguée aux hommes. Seuls ceux qui sont capables de distinguer Sa voix Le connaîtront, L’accepteront et Le suivront. Comme le Seigneur Jésus a dit, « Mes brebis entendent ma voix ; je les connais, et elles me suivent » (Jean 10:27). Ceux qui ne reconnaissent pas la voix de Dieu traiteront certainement Dieu incarné comme une personne ordinaire. Ils renieront Dieu, Lui résisteront et refuseront de Le suivre, tout comme l’ont fait les pharisiens juifs à l’époque. Ils voyaient le Seigneur Jésus, mais ne connaissaient pas Son identité et ont condamné le Seigneur aveuglément. L’époque actuelle constitue l’étape de l’œuvre invisible de Dieu visant à sauver l’humanité. Dieu Tout-Puissant délivre Sa parole pour juger, purifier et perfectionner les hommes. Avant les catastrophes, Il transformera un groupe de gens en vainqueurs et, une fois celui-ci au complet, l’œuvre de l’avènement invisible de Dieu incarné arrivera à son terme. Quand les catastrophes débuteront, Dieu récompensera les bons, punira les méchants et apparaîtra publiquement à toutes les nations et tous les peuples. À ce moment-là, les prophéties selon lesquelles le Seigneur Se manifestera publiquement seront accomplies, tout comme il est dit dans la Bible : « Alors le signe du Fils de l’homme paraîtra dans le ciel, toutes les tribus de la terre se lamenteront, et elles verront le Fils de l’homme venant sur les nuées du ciel avec puissance et une grande gloire » (Matthieu 24:30). « Voici, il vient avec les nuées. Et tout oeil le verra, même ceux qui l’ont percé ; et toutes les tribus de la terre se lamenteront à cause de lui » (Apocalypse 1:7). C’est pourquoi tous les peuples de la terre gémiront quand le Seigneur descendra sur une nuée. À ce moment-là, mon cœur s’est soudainement empli de lumière, et j’ai compris que l’œuvre de l’avènement invisible du Seigneur est un grand salut pour nous. Nous ne pouvons être purifiés et atteindre le salut de Dieu qu’en acceptant le jugement de Sa parole au cours de l’avènement invisible du Seigneur. Si nous n’acceptons pas l’œuvre de jugement de Dieu maintenant, alors, quand Il viendra publiquement sur des nuées, nous serons ceux qui auront résisté au Seigneur et, sans aucun doute, nous pleurerons et grincerons des dents. À ce stade, il sera trop tard pour regretter, car Dieu Tout-Puissant dit : « Le jugement de Dieu aura pris fin avant que l’homme ne voie des signes, quand il n’y aura que l’expression de la vérité. »

Rendons grâce à Dieu Tout-Puissant ! La parole de Dieu dévoile tous les mystères et élucide clairement la vérité dans tous les aspects. On m’avait ouvert les yeux et, par conséquent, j’étais entièrement convaincue. Les jours suivants, je suis allée régulièrement à l’église pour lire avec les frères et sœurs les paroles exprimées par Dieu dans les derniers jours. Nous avons écouté des cantiques et regardé des clips musicaux, des vidéos de récitations de la parole de Dieu et des films évangéliques, tous produits par les frères et sœurs de l’Église de Dieu Tout-Puissant. J’avais le sentiment de gagner quelque chose de nouveau à chaque rassemblement et éprouvais une joie incomparable. Dans les films évangéliques en particulier, les frères et sœurs échangeaient sur chaque sujet avec tant de détail et de clarté que les doutes et la confusion qui lésaient ma croyance au Seigneur depuis de nombreuses années ont peu à peu été levés. J’ai compris que l’Église de Dieu Tout-Puissant possédait réellement l’œuvre du Saint-Esprit et que Dieu Tout-Puissant était le Seigneur Jésus de retour ! J’ai été encore plus enthousiasmée lorsque, trois jours après avoir rejoint l’Église, j’ai vu la sœur qui avait interprété sur scène le chant de louange en 2016, à Noël. Elle avait également accepté l’œuvre de Dieu Tout-Puissant des derniers jours. Je rends vraiment grâce à Dieu, car c’est Son orientation et Son éclairage qui nous a conduites à suivre les pas de l’agneau, qui nous a accompagnées depuis les contrées sauvages vers la bonne terre de Canaan puis ramenées à la maison de Dieu et qui nous a amenées à jouir avec Lui de l’abondance et de la provision de Ses paroles de vie.

Je pense avoir été capable de revenir à la maison de Dieu grâce à une bonté spéciale de Sa part. Étant donné ma nature rebelle, comment aurais-je pu accueillir le retour du Seigneur sans le commandement et l’orientation de Dieu, ni la patience dont ont fait preuve les frères et sœurs en échangeant sur la parole de Dieu avec moi ? L’amour de Dieu envers moi est véritablement si grand qu’il m’est impossible de le décrire ! Je ne désire qu’une seule chose : chanter ma louange à Dieu par des cantiques et suivre Dieu Tout-Puissant sans relâche !

44. Retour à la maison