En tant que croyants dans le Seigneur, avons-nous le chemin de la vie éternelle ?

Par Zhong Cheng

En tant que croyants dans le Seigneur, avons-nous le chemin de la vie éternelle ?

Le Seigneur Jésus dit : « Mais celui qui boira de l’eau que je lui donnerai n’aura jamais soif, et l’eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d’eau qui jaillira jusque dans la vie éternelle » (Jean 4:14). De nombreux frères et sœurs dans le Seigneur lisent la parole du Seigneur et croient que le Seigneur Jésus a le chemin de la vie éternelle et qu’Il nous a donné le chemin il y a longtemps. Les années où nous avons cru dans le Seigneur, nous avons continué à confesser nos péchés et à nous repentir selon Ses enseignements, nous avons souffert et payé un prix pour répandre l’Évangile du Seigneur, nous avons fait paître Ses églises, nous avons porté des croix pour Le suivre, nous avons été patients et tolérants avec les autres et nous n’avons pas rejeté Son nom quand des désastres ou des persécutions nous sont arrivés. Nous sommes capables de suivre la voie du Seigneur, donc nous avons déjà le chemin de la vie éternelle, et quand le Seigneur viendra, Il nous relèvera et nous fera entrer dans le royaume des cieux, où nous gagnerons la vie éternelle. Mais ce point de vue est-il correct ? Est-il conforme à la vérité ?

En fait, bien que nous soyons capables de nous appliquer, de travailler, de consentir à des renoncements, de nous dépenser, d’accepter des croix et de suivre le Seigneur, personne ne peut nier que nous sommes toujours liés et contrôlés par le péché et que nous trahissons souvent les enseignements du Seigneur et faisons des choses qui résistent au Seigneur. Par exemple : le Seigneur requiert que nous soyons des gens simples, honnêtes, mais nous racontons souvent des mensonges et mentons pour protéger nos propres intérêts, notre dignité ou notre statut ; le Seigneur requiert que nous soyons tolérants et patients envers les autres et aimions les autres comme nous-mêmes, mais quand quelque chose empiète sur nos propres intérêts, nous chicanons sur des détails mineurs et éprouvons même du ressentiment envers les autres ou devenons jaloux à leur égard. Le Seigneur requiert que nous L’aimions de tout notre cœur, de toute notre pensée et de toute notre âme, mais quand nous prêchons et travaillons, nous échouons souvent à faire tout ce que nous pouvons pour exalter le Seigneur et témoigner de Lui, prendre en considération Son fardeau et faire en sorte que nos frères et sœurs comprennent la volonté de Dieu, et au lieu de cela, souvent, nous nous mettons en valeur et nous faisons bien voir, essayons de faire en sorte que nos frères et sœurs nous admirent et essayons d’amener les autres avant nous-mêmes. Et bien que nous ayons abandonné nos maisons et nos carrières et répandu l’Évangile partout où nous le pouvons, il nous arrive encore souvent de tenir les comptes de nos propres travaux comme un moyen de négocier avec le Seigneur et de nous assurer une part des bénédictions du royaume des cieux. Ne s’agit-il pas là d’utiliser et de tromper le Seigneur ? Même si, en proie à une atroce souffrance, nous pleurons souvent en confessant nos péchés au Seigneur, après, il nous arrive encore souvent de pécher, et nous vivons pris au piège d’un cycle vicieux alternant péché et confession, incapables de venir à bout de l’esclavage du péché. En cela, ne demeurons-nous pas toujours dans notre état naturellement corrompu ? Le Seigneur Jésus a dit : « En vérité, en vérité, Je vous le dis, quiconque se livre au péché est esclave du péché. Or, l’esclave ne demeure pas toujours dans la maison ; le fils y demeure toujours » (Jean 8:34-35). La Bible dit : « Car le salaire du péché, c’est la mort » (Romains 6:23). Dieu est saint et les impurs et les corrompus n’ont pas le droit d’entrer dans Son royaume. Bien qu’extérieurement, nous consentions à des renoncements et nous dépensions pour le Seigneur, nous demeurons esclaves du péché et notre fin ultime reste l’oubli et la destruction. Comment donc pouvons-nous dire que nous avons gagné le chemin de la vie éternelle ?

Pourquoi nous n’avons toujours pas le chemin de la vie éternelle

À ce stade, certains frères et sœurs sont peut-être perplexes parce que le Seigneur Jésus a dit : « Mais celui qui boira de l’eau que Je lui donnerai n’aura jamais soif, et l’eau que Je lui donnerai deviendra en lui une source d’eau qui jaillira jusque dans la vie éternelle » (Jean 4:14). Le Seigneur Jésus est la source d’eau vive, Il a le chemin de la vie éternelle, et nous croyons dans le Seigneur, lisons la parole du Seigneur et réalisons les enseignements du Seigneur, mais pourquoi le chemin de la vie éternelle, qui est à même de nous purifier et de nous changer, nous fait-il toujours défaut ?

Quel est le chemin de la vie éternelle ?

Pour comprendre cette question, nous devrions d’abord comprendre l’œuvre du Seigneur Jésus et l’effet qu’elle obtient. Quand le Seigneur Jésus est apparu et a œuvré, les Israélites vivaient dans le péché, étaient incapables d’observer les lois de l’Éternel et faisaient face au danger d’être condamnés à mort par les lois. Le Seigneur Jésus est arrivé et a enseigné la voie : « Repentez-vous, car le royaume des cieux est proche » (Matthieu 4:17), a appris aux gens à confesser leurs péchés et à se repentir et, finalement, est devenu semblable à la chair pécheresse et a été crucifié comme un sacrifice d’expiation pour l’humanité, achevant Son œuvre de rédemption de l’humanité. À partir de cela, nous pouvons voir que même si, effectivement, le Seigneur Jésus avait certainement le chemin de la vie éternelle, en fonction de la stature spirituelle et des besoins des hommes de l’époque, Il nous a seulement donné la voie du repentir et n’a pas exprimé le chemin de la vie éternelle par lequel les hommes peuvent être délivrés du péché et complètement purifiés.

Tout comme le dit la parole de Dieu : « En ce temps-là, Jésus a enseigné à Ses disciples par une série de prédications pendant l’ère de la Grâce : la manière de pratiquer, de se rassembler, de demander dans la prière, de traiter les autres, et toutes ces autres choses. L’œuvre qu’Il a accomplie est celle de l’ère de la Grâce, et Il a seulement expliqué la façon dont les disciples et ceux qui Le suivaient devaient pratiquer. Il a seulement accompli l’œuvre de l’ère de la Grâce et non des derniers jours. […] L’œuvre de Dieu dans chaque ère a des limites claires ; Il ne fait que l’œuvre de l’ère actuelle et ne réalise jamais à l’avance l’œuvre de l’étape suivante. Ce n’est que de cette manière que Son œuvre représentative de chaque ère peut être mise en évidence. Jésus a parlé uniquement des signes des derniers jours, de la manière d’être patient et d’être sauvé, de se repentir et de se confesser, aussi de la manière de porter la croix et d’endurer la souffrance. Il n’a jamais dit comment l’homme devait entrer dans les derniers jours ni comment chercher à satisfaire la volonté de Dieu » (« Comment l’homme qui a défini Dieu dans ses conceptions peut-il recevoir les révélations de Dieu ? », dans La Parole apparaît dans la chair). « Même si l’homme a été racheté et si ses péchés ont été pardonnés, c’est seulement considéré comme si Dieu avait oublié les transgressions de l’homme et n’avait pas traité l’homme en conformité avec ses transgressions. Toutefois, lorsque l’homme vit dans un corps charnel et qu’il n’a pas été libéré du péché, il ne peut que continuer à pécher, révélant sans cesse son tempérament satanique corrompu. C’est la vie que l’homme mène, un cycle sans fin de péché et de pardon accordé. La majorité des hommes pèchent dans la journée pour simplement se confesser dans la soirée. Ainsi, même si le sacrifice d’expiation est toujours efficace pour l’homme, il ne peut pas sauver l’homme du péché. Seulement la moitié de l’œuvre du salut a été achevée, car l’homme a encore un tempérament corrompu » (« Le mystère de l’incarnation (4) », dans La Parole apparaît dans la chair).

À partir de la parole de Dieu, nous pouvons voir que le Seigneur Jésus requérait seulement que nous fassions des choses comme confesser nos péchés et nous repentir, ne plus transgresser, renoncer à nous-mêmes, accepter la croix et suivre le Seigneur, aimer le Seigneur de tout notre cœur, de toute notre pensée et de toute notre âme, aimer les autres comme nous-mêmes, être humbles, tolérants et patients envers les autres et pardonner les autres « jusqu’à soixante-dix fois sept fois ». Une fois que nous croyons dans le Seigneur, tant que nous prions le Seigneur, confessons nos péchés et nous repentons, nos péchés sont pardonnés. Cependant, personne ne peut nier que les tempéraments sataniques qui nous poussent à pécher sont profondément enracinés en nous : des choses comme l’arrogance, l’égoïsme, la ruse, l’avidité et la malveillance. Nous sommes contrôlés par ces tempéraments sataniques et même si, extérieurement, nous sommes capables de quelques bonnes actions, cela ne correspond pas à un changement de tempérament. Quand nous interagissons avec les autres, par exemple, nous sommes toujours capables de ruse et de tromperie. Ou quand des choses surviennent qui ne sont pas conformes avec nos notions, souvent, nous faisons des reproches à Dieu et Le jugeons. En deux mille ans, aucun de ceux qui ont cru dans le Seigneur, quelle qu’ait été la qualité de sa confession, de son repentir, de son application et de son travail, n’a été capable d’échapper à l’esclavage du péché et aucun n’a atteint de changement dans son tempérament de vie. C’est un fait incontestable. Ainsi, nous n’avons pas été délivrés du péché ni complètement purifiés, et nous n’avons pas gagné le chemin de la vie éternelle.

Le chemin de la vie éternelle n’est pas quelque chose qui nous fait simplement confesser nos péchés et nous repentir, c’est le chemin de la vérité qui nous permet de vivre éternellement. Autrement dit, il peut entièrement résoudre nos natures pécheresses, nous sauver en nous permettant d’échapper à l’influence de Satan et nous débarrasser de nos tempéraments sataniques, nous habiliter à être purifiés et à atteindre le plein salut qui vient de Dieu, nous faisant ainsi devenir compatibles avec Dieu et entièrement gagnés par Dieu. Ce genre de voie est le chemin de la vie éternelle. Les hommes qui gagnent le chemin de la vie éternelle comme leur vie, ont une authentique connaissance de Dieu, sont capables de craindre Dieu et de s’éloigner du mal, peuvent sincèrement obéir à Dieu, L’adorer et L’aimer, sont complètement compatibles avec Dieu et font la volonté de Dieu sont ceux qui recevront la promesse et les bénédictions de Dieu et qui sont qualifiés pour entrer dans le royaume des cieux.

Comment gagner le chemin de la vie éternelle

Alors, comment pouvons-nous gagner le chemin de la vie éternelle ? En fait, le chemin de la vie éternelle, c’est ce que le Seigneur Jésus apporte quand Il revient. Le Seigneur Jésus a prophétisé de nombreuses fois qu’Il reviendrait, et Il le fera pour nous apporter le chemin de la vie éternelle, de sorte que nous puissions gagner la vie éternelle. Le Seigneur Jésus a annoncé : « J’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais vous ne pouvez pas les porter maintenant. Quand le consolateur sera venu, l’Esprit de vérité, Il vous conduira dans toute la vérité ; car Il ne parlera pas de Lui-même, mais Il dira tout ce qu’Il aura entendu, et Il vous annoncera les choses à venir » (Jean 16:12-13). « Si quelqu’un entend Mes paroles et ne les garde point, ce n’est pas Moi qui le juge ; car Je suis venu non pour juger le monde, mais pour sauver le monde. Celui qui Me rejette et qui ne reçoit pas Mes paroles a son juge ; la parole que J’ai annoncée, c’est elle qui le jugera au dernier jour » (Jean 12:47-48). Ces prophéties nous annoncent que dans les derniers jours, le Seigneur Jésus reviendra pour exprimer la vérité, accomplir l’œuvre du jugement en commençant par la maison de Dieu, résoudre nos natures pécheresses, nous habiliter à échapper complètement à l’esclavage du péché et nous permettre de vivre les réalités de la parole de Dieu et de gagner la vie éternelle. C’est-à-dire qu’avant de nous sauver et de nous accorder la vie, Dieu nous a d’abord rachetés du péché en nous permettant de gagner la rédemption du Seigneur Jésus et, sur cette base, Il nous accordera à nouveau la vérité qui nous permettra de ne plus souffrir de l’esclavage et des contraintes de nos natures pécheresses, purifiera et changera nos tempéraments corrompus et fera de nous des hommes nouvellement créés. Alors, si nous souhaitons gagner le chemin de la vie éternelle, nous devons accepter l’œuvre du Seigneur Jésus revenu, accepter la vérité exprimée par le Seigneur dans les derniers jours et suivre les pas de l’Agneau.

Rendons grâce à Dieu de nous avoir éclairés et guidés. Puissions-nous tous nous efforcer de prier Dieu et de chercher la vérité plus souvent et que Ses conseils nous permettent à tous de gagner le chemin de la vie éternelle. Amen !

Contenu connexe