69. La philosophie satanique enferme et dégrade

69. La philosophie satanique enferme et dégrade

Par Wu You, ville de Hechi, province du Guangxi

Il y a quelque temps, l’Église a organisé mon placement en famille d’accueil pour raisons professionnelles. Quand j’ai eu mon premier échange avec le frère et la sœur de la famille d’accueil, ils m’ont dit : « Nous avons très peur de prier pendant l’échange. Nous savons quoi dire quand nous prions par nous-mêmes, mais quand il s’agit de prier pendant l’échange, nous ne savons tout simplement pas quoi dire ». Quand j’ai entendu cela, je me suis dit : « Si nous ne prions pas pendant l’échange, nous ne pourrons pas recevoir l’œuvre du Saint-Esprit et la communication ne sera pas efficace. Il nous faut absolument prier ! » Mais j’ai alors reconsidéré mon opinion, pensant que, s’ils avaient vraiment peur de prier, n’allaient-ils pas se faire une opinion négative de moi si j’insistais pour qu’ils prient ? Pour m’acquitter de ma tâche de révision d’articles, j’aurais besoin de rester longtemps avec la famille d’accueil. Et s’ils se forgeaient une opinion négative de moi et ne voulaient pas m’héberger parce que je n’acceptais pas leurs souhaits ? Je suppose qu’il ne me reste plus qu’à accéder à leurs demandes. Ainsi, au cours du mois suivant, nous n’avons jamais prié pendant la communion fraternelle. Cela rendait terne et insipide la communication sur les paroles de Dieu, à laquelle manquait totalement l’illumination du Saint-Esprit. Nous nous éloignions également souvent du sujet. Peu à peu, l’état du frère et de la sœur est devenu moins normal et ils devinrent aussi moins désireux d’avoir des échanges. Même pendant l’échange, ils s’assoupissaient en permanence et, dans la vie quotidienne, ils n’accordaient pas d’importance à manger et boire la parole de Dieu. Ils regardaient la télévision chaque fois qu’ils en avaient le temps et n’étaient plus aussi chaleureux envers moi, hésitant même à me parler. Face à cette situation, je ressentais beaucoup de peine et de confusion : je suivais leurs souhaits en toute chose et ne les offensais pas. Pourquoi étaient-ils ainsi ?

Juste au moment où j’étais devenue extrêmement perplexe face à cette situation, les paroles de Dieu m’ont éclairée : « Si tu n’as pas une bonne relation avec Dieu, quoi que tu fasses pour préserver tes relations avec les autres, quels que soient tes efforts et l’énergie que tu y emploies, cela appartiendra toujours à une philosophie de la vie humaine. Tu maintiens ta position parmi les autres grâce à une perspective humaine et à une philosophie humaine de manière à ce qu’ils te louent. Tu n’établis pas des relations convenables avec les autres conformément à la parole de Dieu. Si tu ne te concentres pas sur tes relations avec les autres, mais que tu maintiens une bonne relation avec Dieu, si tu es prêt à donner ton cœur à Dieu et à apprendre à Lui obéir, très naturellement, tes relations avec les autres deviendront convenables. […] Une relation convenable entre les gens est établie sur la base du don de leur cœur à Dieu ; elle n’est pas obtenue grâce à un effort humain » (« Il est très important d’établir une bonne relation avec Dieu », dans La Parole apparaît dans la chair). Grâce aux paroles de Dieu, j’ai soudain vu la lumière. Il s’avère que cette situation était arrivée parce que j’étais aveuglément concentrée sur le maintien de relations entre les gens fondées sur la chair, et non sur la construction d’une relation normale avec Dieu. En repensant à la façon dont je m’entendais avec ma famille d’accueil, pour qu’elle ait de moi une bonne impression et qu’elle ait envie de m’accueillir, je l’ai suivie en tout et j’ai tout fait pour lui être agréable, sans tenir compte des principes de vérité ni essayer de savoir si mes actions lui seraient bénéfiques. Quand j’ai appris qu’elle avait peur de prier pendant l’échange, je n’ai pas communiqué avec elle sur des vérités pertinentes pour l’aider à comprendre le sens et l’importance de la prière ; au lieu de cela, pour sauvegarder mes propres intérêts, je lui ai obéi et j’ai respecté son désir de ne pas prier pendant l’échange. Comme il n’y avait ni prière, ni recherche, ni délivrance, il n’y avait pas moyen d’atteindre l’illumination du Saint-Esprit et Sa direction pendant l’échange, ni d’obtenir de la nourriture en mangeant et buvant la parole de Dieu. Par conséquent, nos situations sont devenues moins normales et nous n’avons pas réussi à maintenir une relation normale. J’étais bien consciente de l’importance de la prière. La prière aide les gens à être mus par l’Esprit de Dieu et c’est l’une des façons dont travaille le Saint-Esprit. La prière peut nous aider à obtenir plus d’illumination du Saint-Esprit pour mieux comprendre la vérité. De plus, prier avant l’échange est toujours une manière de montrer la place que tient Dieu dans le cœur de l’homme et de montrer que l’homme honore Dieu par-dessus tout. Mais je suivais toujours la philosophie de vie inspirée de Satan : « restez calme pour votre propre protection » – j’annulais la prière pour préserver mes relations. Cela démontrait que je ne laissais aucune place à Dieu dans mon cœur, et que, intérieurement, j’étais complètement dominée par la philosophie de Satan. Je me suis toujours efforcée de maintenir une relation physique avec les gens – ce comportement était attribuable à mon adoption en bloc de la philosophie satanique, « restez calme pour votre propre protection ». Il a corrompu mon cœur et mon âme, m’a rendue lâche, égoïste et méprisable, injuste et incapable de mettre la vérité en pratique. Je me rappelais les nombreuses fois où, par le passé, je m’étais opposée à Dieu, au motif de préserver ma vie : quand je dirigeais l’Église, j’ai vu des gens répandre certaines notions, dégager de la négativité, perturber la vie ecclésiale, mais je n’osais pas les en empêcher de peur que, si je disais quelque chose, cela mettrait en danger mes intérêts. Dans la gestion du travail évangélique, je reculais immédiatement dès que les frères et sœurs se plaignaient que c’était trop dur, et je n’osais pas leur en demander davantage, craignant de les offenser et de perdre ma place dans leur cœur. Ce faisant, j’ai rendu inefficace notre travail évangélique. En travaillant avec le groupe responsable de la révision des articles, j’ai remarqué que la sœur avec qui je travaillais en partenariat n’était pas sérieuse dans son travail, mais j’avais peur de le lui signaler, craignant de la rendre malheureuse et qu’elle développe envers moi des préjugés qui affecteraient notre harmonie… À ce moment-là, j’ai vu clairement que, dans tout ce que je faisais, je me concentrais toujours sur l’attitude des autres à mon égard et sur l’évaluation qu’ils me portaient. J’ai sauvegardé intactes ma place et mon image dans le cœur des autres, et ne me suis préoccupée que de mes propres gains et pertes. On pourrait dire que je vivais entièrement selon la philosophie de Satan : « Sois prudent sur terre si tu veux sauver ta peau ». C’était devenu le principe de mes actions, la base de mon fonctionnement en tant que personne. Par conséquent, je ne considérais pas le principe ou la position dans tout ce que je faisais, mais seulement si je pouvais en tirer un avantage personnel. Cette philosophie satanique de « Sois prudent sur terre si tu veux sauver ta peau » est un principe négatif totalement opposé à la vérité – un outil utilisé par Satan pour corrompre les gens. En vivant selon ce principe, les gens ne deviennent que plus trompeurs, fourbes, égoïstes et méprisables. Ils perdent progressivement ces caractéristiques qui constituent un véritable être humain. La philosophie satanique est un piège nuisible. Je ne veux plus jamais revivre cette philosophie ! Une fois que j’ai reconnu tout cela, j’ai communiqué avec le frère et la sœur de la famille d’accueil sur la vérité concernant la prière. Une fois qu’ils eurent compris le sens et l’importance de la prière, ils étaient prêts à prier pendant l’échange et, grâce à cela, leur situation a changé.

Face à la réalité de la situation, j’ai appris que vivre selon la philosophie satanique est nuisible à tout point de vue. Désormais, je jure de poursuivre sans réserve la vérité, de percer à jour toutes les philosophies sataniques que j’ai adoptées et de cesser de vivre en suivant ces philosophies. Je veux laisser Dieu et la parole de Dieu régner dans mon cœur et en prendre le contrôle. Que la vérité soit maîtresse de mon cœur afin que je vive par la parole de Dieu en toute chose.

69. La philosophie satanique enferme et dégrade