3. Ce que sont une personne qui suit la volonté de Dieu et le vrai témoignage de la foi en Dieu

3. Ce que sont une personne qui suit la volonté de Dieu et le vrai témoignage de la foi en Dieu

Versets bibliques pour référence :

« Voici la postérité de Noé. Noé était un homme juste et intègre dans son temps ; Noé marchait avec Dieu. Noé engendra trois fils: Sem, Cham et Japhet. La terre était corrompue devant Dieu, la terre était pleine de violence. Dieu regarda la terre, et voici, elle était corrompue ; car toute chair avait corrompu sa voie sur la terre. Alors Dieu dit à Noé: La fin de toute chair est arrêtée par devers moi ; car ils ont rempli la terre de violence ; voici, je vais les détruire avec la terre. Fais-toi une arche de bois de gopher ; tu disposeras cette arche en cellules, et tu l'enduiras de poix en dedans et en dehors. […] De tout ce qui vit, de toute chair, tu feras entrer dans l'arche deux de chaque espèce, pour les conserver en vie avec toi: il y aura un mâle et une femelle. Des oiseaux selon leur espèce, du bétail selon son espèce, et de tous les reptiles de la terre selon leur espèce, deux de chaque espèce viendront vers toi, pour que tu leur conserves la vie. Et toi, prends de tous les aliments que l’on mange, et fais-en une provision auprès de toi, afin qu'ils te servent de nourriture ainsi qu'à eux. C'est ce que fit Noé: il exécuta tout ce que Dieu lui avait ordonné » (Genèse 6:9-22).

« Dieu mit Abraham à l’épreuve, et lui dit : Abraham ! Et il répondit : Me voici ! Dieu dit : Prends ton fils, ton unique, celui que tu aimes, Isaac ; va-t’en au pays de Morija, et là offre-le en holocauste sur l’une des montagnes que je te dirai. Abraham se leva de bon matin, sella son âne, et prit avec lui deux serviteurs et son fils Isaac. Il fendit du bois pour l’holocauste, et partit pour aller au lieu que Dieu lui avait dit. […] Lorsqu’ils furent arrivés au lieu que Dieu lui avait dit, Abraham y éleva un autel, et rangea le bois. Il lia son fils Isaac, et le mit sur l’autel, par-dessus le bois. Puis Abraham étendit la main, et prit le couteau, pour égorger son fils » (Genèse 22:1-10).

« Il y avait dans le pays d’Uts un homme qui s’appelait Job. Et cet homme était intègre et droit ; il craignait Dieu, et se détournait du mal » (Job 1:1).

« Un jour que les fils et les filles de Job mangeaient et buvaient du vin dans la maison de leur frère aîné, il arriva auprès de Job un messager qui dit : Les boeufs labouraient et les ânesses paissaient à côté d'eux ; des Sabéens se sont jetés dessus, les ont enlevés, et ont passé les serviteurs au fil de l’épée. Et je me suis échappé moi seul, pour t’en apporter la nouvelle. Il parlait encore, lorsqu’un autre vint et dit : Le feu de Dieu est tombé du ciel, a embrasé les brebis et les serviteurs, et les a consumés. Et je me suis échappé moi seul, pour t'en apporter la nouvelle. Il parlait encore, lorsqu’un autre vint et dit : Des Chaldéens, formés en trois bandes, se sont jetés sur les chameaux, les ont enlevés, et ont passé les serviteurs au fil de l’épée. Et je me suis échappé moi seul, pour t’en apporter la nouvelle. Il parlait encore, lorsqu’un autre vint et dit: Tes fils et tes filles mangeaient et buvaient du vin dans la maison de leur frère aîné ; et voici, un grand vent est venu de l’autre côté du désert, et a frappé contre les quatre coins de la maison ; elle s’est écroulée sur les jeunes gens, et ils sont morts. Et je me suis échappé moi seul, pour t'en apporter la nouvelle. Alors Job se leva, déchira son manteau, et se rasa la tête ; puis, se jetant par terre, il se prosterna, et dit : Je suis sorti nu du sein de ma mère, et nu je retournerai dans le sein de la terre. L’Éternel a donné, et l’Éternel a ôté ; que le nom de l’Éternel soit béni ! » (Job 1:13-21).

Paroles de Dieu concernées :

Aujourd’hui, Dieu a officiellement commencé la perfection de l’homme. Pour être rendus parfaits, les gens doivent subir la révélation, le jugement et le châtiment de Ses paroles, ils doivent faire l’expérience des épreuves et de l’épurement de Ses paroles (telle que l’épreuve des exécutants), et ils doivent pouvoir résister à l’épreuve de la mort. Cela signifie qu’au milieu du jugement, du châtiment et des épreuves de Dieu, ceux qui respectent vraiment la volonté de Dieu sont capables de louer Dieu du plus profond de leur cœur et de totalement obéir à Dieu et de renoncer à eux-mêmes, aimant ainsi Dieu d’un cœur sincère, uni et pur ; telle est une personne parfaite, et c’est précisément l’œuvre que Dieu a l’intention de faire et l’œuvre qu’Il accomplira.

Extrait de « Sur les étapes de l’œuvre de Dieu », dans La Parole apparaît dans la chair

Jésus a pu accomplir le mandat de Dieu – l’œuvre de la rédemption de toute l’humanité – parce qu’Il a prêté toute Son attention à la volonté de Dieu, sans planifier ni arranger quoi que ce soit pour Lui-même. De même, Il était aussi l’intime de Dieu, Dieu Lui-même, ce que vous comprenez tous très bien. (En fait, Il était Dieu Lui-même. Dieu a témoigné en Sa faveur. Je le mentionne ici pour utiliser le fait de Jésus afin d’illustrer le sujet.) Il a été en mesure de placer le plan de gestion de Dieu en plein centre et a toujours prié le Père céleste et cherché la volonté du Père céleste. Il a prié et dit : « Dieu le Père ! Accomplis ce qui appartient à Ta volonté et n’agis pas selon Mes désirs, mais selon Ton plan. L’homme peut être faible, mais pourquoi devrais-Tu prendre soin de lui ? Comment l’homme pourrait-il être digne de Tes préoccupations, l’homme qui est comme une fourmi dans Ta main ? Dans Mon cœur, Je veux seulement accomplir Ta volonté et Je veux que Tu puisses faire ce que Tu voudrais faire en Moi selon Tes propres désirs. » Sur la route de Jérusalem, Jésus était en agonie, comme si un couteau était tourné dans Son cœur, mais Il n’avait pas la moindre intention de revenir sur Sa parole ; une puissante force Le poussait toujours de l’avant, où Il serait crucifié. Finalement, Il a été cloué sur la croix et est devenu la ressemblance de la chair pécheresse, achevant l’œuvre de la rédemption de l’humanité. Il S’est libéré des chaînes de la mort et de l’Hadès. Devant Lui, la mortalité, l’enfer et l’Hadès ont perdu leur puissance et ont été vaincus par Lui. Il a vécu pendant trente-trois ans pendant lesquels Il a toujours fait de Son mieux pour répondre à la volonté de Dieu selon l’œuvre de Dieu à l’époque, ne considérant jamais Son propre gain ou Sa propre perte et pensant toujours à la volonté de Dieu le Père. Ainsi, après qu’Il a été baptisé, Dieu a dit : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai mis toute mon affection. » En raison de Son service devant Dieu en harmonie avec la volonté de Dieu, Dieu a placé sur Ses épaules le lourd fardeau du rachat de toute l’humanité et L’a envoyé pour l’accomplir, et Il était qualifié pour accomplir cette tâche importante et habilité à le faire. Tout au long de Sa vie, Il a enduré des souffrances incommensurables pour Dieu et Il a été tenté par Satan un nombre incalculable de fois, mais Il ne S’est jamais découragé. Dieu Lui a donné une tâche si énorme parce qu’Il Lui faisait confiance et L’aimait, et donc, Dieu a dit personnellement : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai mis toute mon affection. »

Extrait de « Comment servir en harmonie avec la volonté de Dieu », dans La Parole apparaît dans la chair

Ceux qui servent Dieu devraient être les intimes de Dieu, ils devraient être agréables à Dieu et capables de la plus grande loyauté envers Dieu. Peu importe que tu agisses en privé ou en public, tu es en mesure de gagner la joie de Dieu devant Dieu, tu es en mesure de tenir ferme devant Dieu, et quelle que soit la façon dont les autres te traitent, tu empruntes toujours le chemin que tu devrais emprunter et tu prêtes toute ton attention au fardeau de Dieu. Seules de telles gens sont des intimes de Dieu. Les intimes de Dieu sont capables de Le servir directement parce qu’ils ont reçu le grand mandat de Dieu et le fardeau de Dieu, qu’ils sont en mesure de considérer le cœur et le fardeau de Dieu comme le leur et parce qu’ils n’accordent aucune importance à leurs perspectives d’avenir : même quand ils n’ont aucune perspective et qu’ils n’en retireront aucun avantage, ils croient toujours en Dieu avec un cœur aimant. Et donc, ce genre de personne est un intime de Dieu. Les intimes de Dieu sont aussi Ses confidents ; seuls les confidents de Dieu pourraient partager Son inquiétude et Ses pensées, et, bien que leur chair soit endolorie et faible, ils sont capables d’endurer la douleur et d’abandonner ce qu’ils aiment pour satisfaire Dieu. Dieu confie plus de fardeaux à de telles personnes et ce que Dieu désire faire est corroboré dans le témoignage de telles personnes. Ainsi, ces gens sont agréables à Dieu, ils sont les serviteurs de Dieu, selon Son cœur et seuls des gens comme cela peuvent régner avec Dieu.

Extrait de « Comment servir en harmonie avec la volonté de Dieu », dans La Parole apparaît dans la chair

Pour Dieu, peu importe que les gens soient grands ou insignifiants, tant qu’ils peuvent L’écouter, obéir à Ses instructions et à ce qu’Il confie, ainsi que coopérer à Son œuvre, à Sa volonté et à Son plan, de sorte que Sa volonté et Son plan puissent être réalisés en douceur. Ce comportement-là mérite qu’Il S’en souvienne et est digne de recevoir Sa bénédiction. Dieu valorise de telles personnes et Il chérit leurs actions, leur amour et leur affection pour Lui. Telle est l’attitude de Dieu.

Extrait de « L’œuvre de Dieu, le tempérament de Dieu et Dieu Lui-même I », dans La Parole apparaît dans la chair

Quand Job subit ses premières épreuves, il fut dépouillé de tous ses biens et de tous ses enfants, mais il ne s’effondra pas et ne dit rien qui aurait été un péché contre Dieu pour autant. Il avait surmonté les tentations de Satan, ses biens matériels, sa progéniture et l’épreuve de la perte de tous ses biens matériels. Autrement dit, il pouvait obéir à Dieu, alors même qu’Il le dépouillait, et Lui offrir remerciements et louanges pour l’avoir fait. Telle fut la conduite de Job pendant la première tentation de Satan et son témoignage pendant la première épreuve de Dieu. Dans la seconde épreuve, Satan étendit la main pour affliger Job et, même si celui-ci ressentit une douleur plus grande que jamais auparavant, son témoignage suffit toujours à stupéfier les gens. Il vainquit Satan une fois de plus grâce à son courage, sa conviction et son obéissance à Dieu, ainsi que sa crainte de Lui. Dieu a, une fois de plus, approuvé et trouvé sa conduite et son témoignage acceptables. Pendant cette tentation, Job proclama à Satan par son comportement que la souffrance de la chair ne pouvait altérer ni sa foi ni son obéissance à Dieu, ni lui enlever sa dévotion et sa crainte pour Lui. Il ne renierait pas Dieu ni n’abandonnerait son intégrité et sa droiture face à la mort. La détermination de Job a fait de Satan un lâche. Sa foi l’a laissé timoré et tremblant. La force avec laquelle il s’est défendu contre lui dans leur bataille de vie ou de mort a fait naître en Satan une haine et un ressentiment profonds. Son intégrité et sa droiture ont enlevé à Satan tout ce qu’il pouvait lui faire, de sorte qu’il cessa ses attaques contre lui et abandonna ses accusations contre lui devant l’Éternel Dieu. Cela signifiait que Job avait triomphé du monde, de la chair, de Satan et de la mort. Il était complètement et totalement un homme qui appartenait à Dieu. Au cours de ces deux épreuves, Job tint bon dans son témoignage, vécut réellement son intégrité et sa droiture et élargit l’étendue de ses principes de vie consistant à craindre Dieu et s’éloigner du mal. Après avoir subi ces deux épreuves, naquit en Job une expérience plus riche, qui le rendit plus mûr, plus aguerri, plus fort, plus convaincu, plus sûr de la justesse et de la dignité de l’intégrité à laquelle il s’accrochait fermement. Les épreuves de l’Éternel Dieu ont donné à Job une compréhension et une idée profondes de la sollicitude de Dieu pour l’homme. Elles lui ont permis de ressentir toute la valeur de l’amour de Dieu. Après ces épreuves, la bienveillance et l’amour pour Lui furent ajoutés à sa crainte de Dieu. Les épreuves de l’Éternel Dieu n’ont pas éloigné Job de Dieu, mais ont au contraire rapproché son cœur de Lui. Lorsque la douleur charnelle subie par Job atteignit son point culminant, il sentit une inquiétude de la part de l’Éternel Dieu qui ne lui laissa pas d’autre choix que de maudire le jour de sa naissance. Une telle conduite n’était pas planifiée depuis longtemps, mais une révélation naturelle de la bienveillance et de l’amour pour Dieu dans son cœur. C’était une révélation naturelle qui venait de sa bienveillance et de son amour pour Dieu. Autrement dit, parce qu’il se détestait, ne voulait pas tourmenter Dieu et ne supportait pas de le faire, sa bienveillance et son amour ont atteint le point de l’altruisme. À ce moment-là, Job a élevé son adoration de Dieu, son désir pour Lui et sa dévotion de longue date envers Lui au niveau de la bienveillance et de l’amour. En même temps, il a également élevé sa foi, son obéissance à Dieu et sa crainte de Lui à ce même niveau. Il ne se permettait aucune action qui fasse du tort à Dieu, aucune conduite qui Le blesse. Il ne s’autorisait pas non plus à causer ni tristesse, ni chagrin, ni même malheur à Dieu pour ses propres raisons. Bien que Job fût encore le même qu’auparavant, sa foi, son obéissance et sa crainte pour Dieu Lui avaient apporté, à Ses yeux, une satisfaction et une jouissance totales. À ce moment-là, Job avait acquis l’intégrité à laquelle Dieu S’attendait. Il était devenu quelqu’un de vraiment digne d’être appelé « intègre et droit » aux yeux de Dieu. Ses actes justes lui ont permis de vaincre Satan et de tenir bon dans son témoignage pour Dieu. De même, ses justes actions l’ont rendu intègre et ont permis d’élever et de transcender plus que jamais la valeur de sa vie, ainsi que de faire de lui le premier homme à ne plus être attaqué ni tenté par Satan. Parce que Job était juste, il fut accusé et tenté par Satan. Parce que Job était juste, il fut livré à Satan. Parce que Job était juste, il triompha de Satan et a tint bon dans son témoignage. Désormais, Job était devenu le premier homme à ne plus jamais être livré à Satan. Il se présenta réellement devant le trône de Dieu et vécut dans la lumière, sous Ses bénédictions, sans l’espionnage ni la ruine de Satan… Il était devenu un vrai homme aux yeux de Dieu, il avait été libéré…

Extrait de « L’œuvre de Dieu, le tempérament de Dieu et Dieu Lui-même II », dans La Parole apparaît dans la chair

Quant à Pierre, tout ce qui ne satisfaisait pas le désir de Dieu dans sa vie le rendait mal à l’aise. Si quelque chose ne satisfaisait pas le désir de Dieu, alors il avait des remords et cherchait un moyen approprié par lequel il pouvait s’efforcer de satisfaire le cœur de Dieu. Même dans les plus petits détails et aspects de moindre importance de sa vie, il s’imposait toujours de satisfaire le désir de Dieu. Il n’était pas moins exigeant quand il s’agissait de son ancien tempérament, toujours rigoureux dans ses exigences envers lui-même à progresser plus encore dans la vérité. […] Dans sa croyance en Dieu, Pierre a cherché à satisfaire Dieu en tout et a cherché à obéir à tout ce qui venait de Dieu. Sans la moindre plainte, il a pu accepter le châtiment et le jugement, ainsi que l’épurement, la tribulation et les carences dans sa vie, rien de tout cela ne pouvait modifier son amour pour Dieu. N’était-ce pas l’ultime amour pour Dieu ? N’était-ce pas l’accomplissement du devoir d’une créature de Dieu ? Que ce soit dans le châtiment, le jugement ou la tribulation, tu es toujours capable de rester obéissant jusqu’à la mort, et c’est ce qui doit être accompli par une créature de Dieu, c’est la pureté de l’amour pour Dieu. Si l’homme peut en atteindre autant, alors il est qualifié pour être une créature de Dieu, et il n’y a rien qui satisfasse mieux le désir du Créateur.

Extrait de « Le succès ou l’échec dépendent du chemin que l’homme emprunte », dans La Parole apparaît dans la chair

Dès que Pierre est mentionné, tout le monde ne tarit pas d’éloges à son sujet. Ils se souviennent instantanément des trois fois où il a renié Dieu, comment il a testé Dieu en rendant un service à Satan, et comment, à la fin, il a été cloué à l’envers sur la croix pour Dieu, et ainsi de suite. Maintenant, Je vais Me concentrer sur la manière dont Pierre Me connaissait et quelle a été sa fin. Pierre était de bon calibre, mais ses circonstances étaient différentes de celles de Paul. Ses parents M’ont persécuté, ils étaient des démons possédés par Satan, et pour cette raison, ils n’ont rien transmis à Pierre au sujet de Dieu. Pierre était intelligent, talentueux, adoré par ses parents dès l’enfance. Cependant, une fois adulte, il est devenu leur ennemi, car il cherchait toujours à Me connaître, et cela l’a amené à tourner le dos à ses parents. Cela s’explique, avant tout, par sa croyance que les cieux, la terre et toutes les choses sont entre les mains du Tout-Puissant, et que toutes les choses positives ont leur origine en Dieu et viennent directement de Lui sans être traitées par Satan. Le contre-exemple des parents de Pierre lui a donné une plus grande connaissance de Mon amour et de Ma miséricorde, enflammant ainsi son désir de Me chercher. Il portait une attention particulière, non seulement à s’alimenter et à s’abreuver de Mes paroles, mais, de plus, à saisir Mes desseins, et était constamment attentif en son cœur, de sorte qu’il était toujours sensible au niveau de son esprit, et donc était un homme selon Mon propre cœur en tout ce qu’il faisait. Il portait une attention constante aux échecs des gens dans le passé afin de se stimuler, craignant profondément de tomber dans les filets de l’échec. Il portait également une attention particulière à assimiler la foi et l’amour de tous ceux qui ont aimé Dieu à travers les âges. De cette manière, il a grandi plus rapidement, non seulement dans les aspects négatifs, mais beaucoup plus dans les aspects positifs, jusqu’à ce qu’il devienne, en Ma présence, l’être humain qui Me connaissait le mieux. Pour cette raison, il n’est pas difficile d’imaginer comment il a pu placer tout ce qu’il avait dans Mes mains, n’étant plus son propre maître, même de sa nourriture, son habillement, son sommeil et son logement, mais au contraire, a joui de Mes richesses afin de Me satisfaire en tout. Je lui ai envoyé de si nombreuses épreuves, qui bien sûr l’ont laissé à demi-mort, mais même au milieu de ces centaines d’épreuves, il n’a jamais perdu la foi en Moi ni n’est devenu désillusionné à Mon égard. Même quand J’ai dit que Je l’avais abandonné, il ne s’est pas découragé, mais a continué à M’aimer de façon concrète et en accord avec les principes de pratique du passé. Je lui ai dit que Je ne le louangerais pas même s’il M’aimait, qu’au final, Je le jetterais dans les mains de Satan. Toutefois, au milieu de telles épreuves, des épreuves qui ne l’ont pas atteint dans la chair, mais étaient des épreuves par des mots, il a continué à Me prier : « Oh, Dieu ! Dans les cieux et sur la terre, et parmi les myriades de choses qui existent, est-il un homme, une créature ou toute autre chose qui ne soit pas dans Tes mains, Toi le Tout-Puissant ? Lorsque Tu me fais miséricorde, mon cœur se réjouit grandement grâce à Ta miséricorde. Lorsque Tu me juges, indigne que je sois, je sens d’autant plus le mystère profond de Tes actes, car Tu es empli d’autorité et de sagesse. Bien que ma chair puisse souffrir, mon esprit est réconforté. Comment ne pourrais-je exalter Ta sagesse et Tes actes ? Même si je mourais après T’avoir connu, comment pourrais-je mourir sans joie et bonheur ? Oh, Tout-Puissant ! Ne désires-Tu vraiment pas me laisser Te voir ? Suis-je vraiment indigne de recevoir Ton jugement ? Se pourrait-il qu’il y ait quelque chose en moi que Tu ne souhaites pas voir ? » Au milieu de telles épreuves, même si Pierre était incapable de bien saisir Mes desseins, il est évident qu’il était fier et honoré d’être utilisé par Moi (même s’il a reçu Mon jugement afin que l’humanité puisse voir Ma majesté et Ma colère), et qu’il n’était pas abattu par ces épreuves. En raison de sa loyauté en Ma présence et de Mes bénédictions sur lui, il est devenu un exemple et un modèle pour l’humanité pendant des milliers d’années.

Extrait du Chapitre 6 des « Paroles de Dieu à l’univers entier », dans La Parole apparaît dans la chair

Quand il fut châtié par Dieu, Pierre pria : « Oh Dieu ! Ma chair est désobéissante et Tu me châties et me juges. Je me réjouis de Ton châtiment et de Ton jugement, et même si Tu ne me veux pas, dans Ton jugement, j’aperçois Ton saint et juste tempérament. Quand Tu me juges, afin que d’autres puissent voir Ton juste tempérament dans Ton jugement, je me sens heureux. S’il peut exprimer Ton tempérament et faire que Ton tempérament juste soit vu par toutes les créatures et s’il peut rendre plus pur mon amour pour Toi, que je puisse atteindre l’image d’un juste, alors Ton jugement est bon, car telle est Ta volonté de grâce. Je sais qu’une grande part de moi-même est encore rebelle et que je ne suis toujours pas apte à me présenter devant Toi. Je veux que Tu me juges encore plus, que ce soit par un milieu hostile ou par de grandes tribulations ; peu importe ce que Tu fais, pour moi c’est précieux. Ton amour est si profond et je suis disposé à être à Ta merci sans la moindre plainte. » C’est la connaissance de Pierre après qu’il a expérimenté l’œuvre de Dieu et c’est aussi un témoignage de son amour pour Dieu. […] À la fin de sa vie, après avoir été rendu parfait, Pierre a dit : « Oh Dieu ! Si je devais vivre encore quelques années, je voudrais arriver à un amour plus pur et plus profond pour Toi. » Quand il était sur le point d’être cloué à la croix, dans son cœur il a prié : « Oh Dieu ! Ton temps est arrivé maintenant, le temps que Tu as préparé pour moi est arrivé. Je dois être crucifié pour Toi, je dois Te rendre ce témoignage, et j’espère que mon amour pourra satisfaire Tes exigences et qu’il pourra devenir plus pur. Aujourd’hui, pouvoir mourir et être cloué à la croix pour Toi me réconforte et me rassure, car rien n’est plus gratifiant pour moi que de pouvoir être crucifié pour Toi, de satisfaire Tes désirs et de pouvoir me donner à Toi, de T’offrir ma vie. Oh Dieu ! Tu es si beau ! Si Tu me permets de vivre, je serai encore plus disposé à T’aimer. Tant que je serai en vie, je T’aimerai. Je veux T’aimer plus profondément. Tu me juges, Tu me châties et Tu m’éprouves parce que je ne suis pas juste, parce que j’ai péché. Et Ton tempérament juste devient plus évident pour moi. C’est une bénédiction pour moi, car je suis capable de T’aimer plus profondément et je suis prêt à T’aimer ainsi même si Tu ne m’aimes pas. Je suis prêt à contempler Ton tempérament juste, car cela me rend plus capable de vivre une vie pleine de sens. Je sens que ma vie est plus significative maintenant, car je suis crucifié pour Toi, et mourir pour Toi a beaucoup de sens. Pourtant, je ne me sens pas encore satisfait, car je Te connais trop peu, je sais que je ne peux pas réaliser pleinement Tes désirs et que je T’ai trop peu remis en échange. Dans ma vie, j’ai été incapable de me donner entièrement à Toi ; j’en suis loin. Lorsque je me souviens de ce moment, je me sens tellement redevable à Toi, et je n’ai que cet instant pour compenser toutes mes erreurs et tout l’amour que je ne T’ai pas donné en retour. »

Extrait de « Les expériences de Pierre : sa connaissance du châtiment et du jugement », dans La Parole apparaît dans la chair

Aujourd’hui, tu dois être conscient de la façon d’être conquis et de la façon dont les gens se conduisent après avoir été conquis. Tu peux dire que tu as été conquis, mais peux-tu obéir jusqu’à la mort ? Tu dois pouvoir suivre jusqu’au bout, peu importe qu’il y ait des perspectives ou non, et tu ne dois pas perdre la foi en Dieu, indépendamment de l’environnement. En fin de compte, tu dois accomplir deux aspects du témoignage : le témoignage de Job – l’obéissance jusqu’à la mort – et le témoignage de Pierre – l’amour suprême envers Dieu. D’un certain aspect, tu dois être comme Job : il a perdu toutes ses possessions matérielles et était en proie à la douleur de la chair, mais il n’a pas renié le nom de l’Éternel. Tel fut le témoignage de Job. Pierre a aimé Dieu jusqu’à la mort. Quand il a été cloué sur la croix et a fait face à sa mort, il aimait toujours Dieu ; il ne pensait pas à sa propre perspective ou à poursuivre de belles ambitions ou des pensées extravagantes, et il ne cherchait qu’à aimer Dieu et à obéir à tous les arrangements de Dieu. Telle est la norme que tu dois réaliser avant de pouvoir être considéré comme quelqu’un qui a porté témoignage, avant de devenir quelqu’un qui a été perfectionné après avoir été conquis.

Extrait de « La vérité intérieure de l’œuvre de la conquête (2) », dans La Parole apparaît dans la chair

Qu’est-ce que le vrai témoignage, exactement ? Le témoignage dont il est question ici comporte deux parties : l’une est le témoignage d’avoir été conquis et l’autre est le témoignage d’avoir été rendu parfait (qui, naturellement, sera le témoignage qui suit les plus grandes épreuves et les tribulations de l’avenir). En d’autres termes, si tu es capable de rester ferme pendant les tribulations et les épreuves, alors tu auras réalisé la deuxième étape du témoignage. Ce qui est crucial aujourd’hui, c’est la première étape du témoignage : être capable de rester ferme dans toutes les épreuves de châtiment et de jugement. C’est le témoignage d’être conquis. C’est parce que le moment de la conquête est arrivé. (Tu devrais savoir que le temps de l’œuvre de Dieu sur la terre est advenu ; l’œuvre principale du Dieu incarné sur terre est la conquête, par le jugement et le châtiment, de ce groupe d’hommes qui Le suivent sur terre.) Que tu sois capable ou non de témoigner d’être conquis, dépend non seulement de ta capacité de suivre jusqu’à la fin, mais, plus important encore, pendant ton expérience de chaque étape de l’œuvre de Dieu, dépend de ta capacité de vraiment comprendre le châtiment et le jugement de Dieu, et de ta capacité de vraiment percevoir toute cette œuvre. Tu ne pourras pas te débrouiller en suivant simplement jusqu’à la fin. Tu dois être capable de te rendre volontairement dans chaque cas de châtiment et de jugement, tu dois être capable de vraiment comprendre chaque étape de l’œuvre dont tu fais l’expérience, et tu dois pouvoir acquérir la connaissance du tempérament de Dieu et obéir à Son tempérament. C’est le témoignage ultime d’être conquis, que tu es tenu de porter. Le témoignage d’être conquis se réfère principalement à ta connaissance de l’incarnation de Dieu. Fondamentalement, cette étape du témoignage porte sur l’incarnation de Dieu. Ce que tu fais ou dis devant les hommes du monde ou ceux qui exercent le pouvoir n’a pas d’importance ; ce qui compte avant tout, c’est que tu sois capable d’obéir à toutes les paroles de la bouche de Dieu et à toute Son œuvre. Par conséquent, cette étape du témoignage s’adresse à Satan et à tous les ennemis de Dieu : les démons et les ennemis qui ne croient pas que Dieu va devenir chair une seconde fois et viendra accomplir une œuvre encore plus grande et, en outre, ne croient pas au fait du retour de Dieu dans la chair. En d’autres termes, elle s’adresse à tous les antéchrists, tous les ennemis qui ne croient pas à l’incarnation de Dieu.

[…]

La dernière étape du témoignage est un témoignage qui vérifie si tu peux être rendu parfait, c’est-à-dire, ayant compris toutes les paroles prononcées par la bouche de Dieu incarné, tu en viens à posséder la connaissance de Dieu et à être certain de Lui, tu vis toutes les paroles de la bouche de Dieu et accomplis les conditions que Dieu exige de toi : avoir le style de Pierre et la foi de Job, de sorte que tu peux obéir jusqu’à la mort, te donner entièrement à Lui, et finalement atteindre l’image d’une personne qui est à la hauteur, ce qui signifie l’image de quelqu’un qui a été conquis et rendu parfait après avoir fait l’expérience du jugement et du châtiment de Dieu. C’est le témoignage ultime : c’est le témoignage qui doit être porté par celui qui est finalement rendu parfait. Ce sont les deux étapes du témoignage qu’il faut porter, et elles sont interdépendantes, chacune étant indispensable. Mais il y a une chose que tu dois savoir : le témoignage que J’exige aujourd’hui n’est pas destiné aux hommes du monde ni à un seul individu, mais à ce que J’exige de toi. Il est mesuré par ta capacité de Me satisfaire et ta capacité de respecter complètement les normes de Mes exigences envers chacun de vous. C’est ce que vous devriez comprendre.

Extrait de « Pratique (4) », dans La Parole apparaît dans la chair

La croyance en Dieu exige qu’on Lui obéisse et que l’on fasse l’expérience de Son œuvre. Dieu a tellement œuvré : on pourrait dire que, pour les gens, tout concerne la perfection, l’épurement et, plus encore, le châtiment. Il n’y a pas eu une seule étape de l’œuvre de Dieu qui ait été conforme aux notions humaines ; les gens ont apprécié les paroles sévères de Dieu. Quand Dieu vient, les gens doivent apprécier Sa majesté et Sa colère. Cependant, peu importe la sévérité de Ses paroles, Il vient sauver et perfectionner l’humanité. En tant que créatures, les gens doivent remplir les devoirs qui leur incombent et témoigner de Dieu au milieu de l’épurement. Dans chaque épreuve, ils doivent rendre le témoignage qui convient et le faire d’une manière retentissante par égard pour Dieu. Quelqu’un qui le fait est un vainqueur. Peu importe comment Dieu t’épure, tu demeures plein de confiance et ne perds jamais confiance en Lui. Tu fais ce que l’homme est censé faire. C’est ce que Dieu exige de l’homme, et le cœur de l’homme doit être disposé à retourner entièrement à Lui et à se tourner vers Lui à chaque instant qui passe. C’est un vainqueur. Ceux à qui Dieu Se réfère en tant que « vainqueurs » sont ceux qui sont encore capables de témoigner, de maintenir leur confiance et leur dévouement envers Dieu lorsqu’ils subissent l’influence de Satan et lorsque Satan les assiège, c’est-à-dire lorsqu’ils se retrouvent au milieu des forces des ténèbres. Si tu es toujours en mesure de garder un cœur pur devant Dieu et de maintenir ton véritable amour pour Dieu, quoi qu’il en soit, tu es témoin devant Dieu, et c’est ce que Dieu appelle être un « vainqueur ». Si ta recherche est excellente lorsque Dieu te bénit, mais que tu te retires quand tu n’as pas Ses bénédictions, cela est-il la pureté ? Puisque tu es certain que cette voie est vraie, tu dois la suivre jusqu’à la fin ; tu devras maintenir ta dévotion à Dieu. Puisque tu as vu que Dieu Lui-même est venu sur la terre pour te rendre parfait, tu devrais Lui donner entièrement ton cœur. Maintenir ta pureté devant Dieu, c’est pouvoir Le suivre, peu importe ce qu’Il fait, même s’Il détermine pour toi un résultat défavorable à la fin. Offrir à Dieu un corps spirituel saint et une vierge pure signifie garder un cœur sincère devant Dieu. Pour l’humanité, la sincérité est la pureté, et la capacité d’être sincère envers Dieu, c’est maintenir la pureté. C’est ce que tu devrais mettre en pratique. Quand tu dois prier, tu pries ; quand tu dois te rassembler avec d’autres pour échanger, tu le fais ; quand tu dois chanter des hymnes, tu chantes des hymnes ; et quand tu dois renoncer à la chair, tu renonces à la chair. Lorsque tu accomplis ton devoir, tu ne le fais pas tant bien que mal ; lorsque tu es confronté à des épreuves, tu tiens bon. C’est la dévotion envers Dieu.

Extrait de « Tu devrais maintenir ta dévotion à Dieu », dans La Parole apparaît dans la chair

Porter un témoignage retentissant à Dieu est premièrement lié à la question de savoir si tu as une compréhension du Dieu concret et si tu es capable ou non de te soumettre devant cette personne qui n’est pas seulement ordinaire, mais normale, et même de te soumettre jusqu’à la mort. Si, au moyen de cette soumission, tu portes vraiment un témoignage à Dieu, cela signifie que tu as été obtenu par Dieu. Si tu peux te soumettre jusqu’à la mort et, devant Lui, ne pas te plaindre, ne pas faire de jugements, ne pas calomnier, n’avoir aucune notion et n’avoir aucune arrière-pensée, alors, de cette manière, Dieu gagnera de la gloire. La soumission devant une personne ordinaire qui est méprisée par l’homme et la capacité de se soumettre même jusqu’à la mort sans aucune notion : voilà ce qu’est un vrai témoignage. La réalité dans laquelle Dieu exige que les gens entrent est que tu sois capable d’obéir à Ses paroles, de les mettre en pratique, de te prosterner devant le Dieu concret et de connaître ta propre corruption, d’ouvrir ton cœur devant Lui et, au bout du compte, d’être gagné par Lui à travers ces paroles qui sont Siennes. Dieu gagne la gloire lorsque ces déclarations te conquièrent et te rendent pleinement obéissant envers Lui ; par cela, Il couvre Satan de honte et achève Son œuvre. Lorsque tu n’as aucune notion au sujet de l’aspect pratique de Dieu incarné, c’est-à-dire lorsque tu as tenu ferme dans cette épreuve, alors tu as bien porté ce témoignage. Si arrive un jour où tu as une compréhension complète du Dieu concret et peux te soumettre jusqu’à la mort comme Pierre, alors tu seras gagné et perfectionné par Dieu. Tout ce que Dieu fait qui ne correspond pas à tes notions est une épreuve pour toi. Si l’œuvre de Dieu était conforme à tes notions, elle n’exigerait pas que tu souffres ou sois épuré. C’est parce que Son œuvre est si pratique et n’est pas conforme à tes notions qu’elle exige que tu abandonnes de telles notions. C’est pourquoi c’est une épreuve pour toi. C’est à cause de l’aspect pratique de Dieu que tous les hommes sont au milieu des épreuves ; Son œuvre est pratique, non surnaturelle. En comprenant pleinement Ses paroles pratiques et Ses déclarations pratiques sans aucune notion, et en étant capable de véritablement L’aimer à mesure que Son œuvre devient encore plus pratique, tu seras gagné par Lui. Le groupe de gens que Dieu gagnera, ce sont ceux qui connaissent Dieu ; c’est-à-dire ceux qui connaissent Son aspect pratique. De plus, ce sont ceux qui sont capables de se soumettre à l’œuvre pratique de Dieu.

Extrait de « Ceux qui aiment vraiment Dieu sont ceux qui peuvent se soumettre absolument à Sa réalité », dans La Parole apparaît dans la chair

3. Ce que sont une personne qui suit la volonté de Dieu et le vrai témoignage de la foi en Dieu